Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Toujours 17e après le Troyes-OM d'hier à l'heure du thé, la jeune troupe de Michaël Debève a quelques arguments à faire valoir dans la lutte finale. Instantané à J-6.

Un signe au printemps. Ou plutôt deux : les Guingampais sont revenus sur les Lillois à la 90e puis ont égalisé à la 90+3, les Marseillais ont privé les Troyens du nul à la 85e. Résultat des courses et des comptes : les Violets,un temps barragistes samedi soir comme hier après-midi, continuent de flirter avec la zone rouge sans y tomber. Mais la chance, seule, ne maintiendra pas le club du Président Sadran.

Revue de détail, avec la parole bienveillante de Monsieur Ligue 1 à beIN SPORTS, élie Baup, technicien téféciste de 2006 à 2008.


Parce que son calendrier est le plus avantageux

On l'a déjà surligné, ici : sur le papier, Toulouse a assurément le meilleur programme des réjouissances eu égard à ses compagnons de galère (voir ci-dessous). Normal lorsqu'on se remémore son début de parcours digne du combattant : 1re journée à Monaco, 3e au Paris-SG, 7e à Marseille. On appelle ça un juste retour des choses…

« En ayant perdu hier face à l'OM, Troyes, avec sa programmation, n'est pas bien loti. C'est une réalité : les concurrents directs du TFC pour la descente – entre guillemets – ont des matches plus délicats à négocier. »

Après, toujours la même rengaine : il faut le prouver sur le terrain !


Parce que les autres font du surplace

Sur les 5 dernières journées, ça ne carbure pas fort dans le fond de la classe. Un chiffre, un seul, suffit à étayer notre propos : le 15e Caen est carrément fanny (nonobstant son match à rejouer), le 16e Strasbourg a glané 3 points, le 17e notre Tef 1 seul (idem), le 18e Lille 2 et, enfin, le 19e Estac 1 petit aussi. Il ne pleut souvent que sur les mouillés ; comprendre : la guigne ne frappe jamais au hasard, elle s'acharnerait plutôt sur les infortunés du ballon rond.

« Le Losc est vraiment dans une spirale maudite : ce nul face à l'EAG est assez incroyable (ne pas l'emporter malgré une avance de 2 buts au moment d'entrer dans les arrêts de jeu, il s'agit d'une Première depuis Lyon en avril 2011)… Les Strasbourgeois, pareillement, ne sont pas vernis, victimes d'un gardien en feu. »

Cependant attention, car à force de gâcher des opportunités de prendre une respiration quand elles se présentent…


Parce que son vécu plaide pour lui

En comptabilisant cette saison, les Haut-Garonnais en sont à 3 opérations maintien en 4 années. Récapitulons : 17e en 2015 et en 2016 au terme de la célèbre remontada, 13e entre-deux. ça commence à faire beaucoup. être usant – pour les corps autant que les têtes.

« Il y a une certaine habitude dans l'approche, une manière d'appréhender pareille difficulté. Des repères, quoi. Cette donnée ne concerne pas seulement joueurs et entraîneur, elle impacte toutes les composantes du club et son environnement. Je trouve qu'il y a une certaine forme de contrôle du groupe, de croyance dans le travail et de savoir qui finit par payer. C'est important. Au Téfécé, ça ne part pas dans tous les sens, on ne sent pas d'affolement. Au contraire une prise de conscience collective. Bref, la panique n'est pas de mise. Et cela peut se révéler vital dans le money-time. »

Le couperet passe près et un jour la guillotine tranche : on n'invente rien en répétant que jouer avec le feu est dangereux.


Parce que son effectif est taillé pour mieux

Même si le supporter, à l'intersaison, est par définition (ou passion) tel un môme au pied du sapin de Noël, reconnaissons que la cuvée du TFC 2017-2018 avait un certain cachet au coup d'envoi. Surtout aux avant-postes. Jean et Gradel, Durmaz et Toivonen, Delort et Sanogo. Si ce n'est pas de la richesse tout ça…

« Malheureusement, il n'y a que les points qui le disent. Ou pas. Ainsi, le Toulouse FC aurait dû remporter beaucoup de matches. Si tu te bases sur la valeur intrinsèque de ses éléments, il devrait être dans la première partie de tableau. C'est le distinguo entre théorie et pratique, en somme. »

Un seul mot d'ordre : aux armes, Toulousains !


Match reporté, cadeau empoisonné ?

Selon toute vraisemblance, Caen-TFC sera joué mardi 24 ou mercredi 25 avril. Ce qui nous donne la trilogie Angers ce samedi – qui est requinqué, Malherbe donc – qui n'est pas encore sauvé, Rennes le dimanche suivant – qui vient de s'incliner face à la lanterne rouge mais continue de rêver d'Europe. En résumé, 3 rencontres à forts enjeux en l'espace de 9 jours. Jamais une panacée comme l'a reconnu de suite avant-hier avant de redécoller l'entraîneur garonnais Mika Debève. «Personnellement, abonde Baup, je n'aime pas ce genre de situation par expérience. Déjà le match n'est pas gagné d'avance, même si l'on parle vite de bonus. Ensuite, tu ne joues pas de quinze jours, rarement bon. Enfin, c'est neuf donc, par essence, il faut apprendre à gérer.»


Au Stadium...

Pression > de Paris ?. Inciter le délégué de la Ligue à reporter le match sine die (c'est-à-dire ni dimanche). Telle était la rumeur dans les alentours du stade Michel-d'Ornano, samedi en début de soirée. Alors, nous avons tout bonnement demandé à l'un des concernés en chef, le président caennais Jean-François Fortin. Sa réponse ne souffre pas de contestation : «Non-non, je n'ai rien entendu de tel ! La LFP a agi en son âme et conscience.» Mais peut-être, émettons le doute, un peu trop hâtivement en ce qui concerne la journée de dimanche, comme le suggérait en revanche l'entraîneur du SMC Patrice Garande. Après le dernier des trois épisodes «averses orageuses» de samedi après-midi, il n'y a plus eu de précipitation dans la nuit où, au réveil, le soleil avait même chassé les nuages jusqu'après 17 heures – horaire censé de clôture du match s'il s'était joué hier !

Le malheur > des uns... Pas de match, pas de VIP, pas de réception. Du gâchis, alors ? Que nenni ! C'était sans compter sur la réactivité des personnels du club normand qui ont décroché leurs téléphones, après avoir ouvert le carnet d'adresses, et ont trouvé «preneur» pour les provisions acheminées à destination des 1.300 repas prévus. Pas de perte mais au contraire cinq associations caritatives qui ne s'en plaindront pas…

Cahuzac > si tout va bien. Victime d'une petite déchirure aux ischios droits, le taulier de l'entrejeu reprendra avec le groupe en milieu de semaine. Il devrait ainsi pouvoir postuler pour la réception d'Angers, ce samedi (20h), dans un Stadium dont les Violets auront bien besoin.


Notre Baromètre du championnat d'«en-bas» : Lille barragiste, Troyes redevient relégable

Deux défaites, un nul qui ressemble à s'y méprendre à un revers, une rencontre remise. Voilà, comme d'accoutumée, le bilan de l'épisode N°33 de nos mal-classés – qui ne cessent d'avancer au rythme d'un troupeau d'escargots. Méfiance d'ailleurs, comme le souligne notre expert du jour élie Baup, pour Metz. En s'imposant à la surprise générale (doublé de Roux) chez l'Européen Rennes, les Grenats sont peut-être en train de nous rejouer «La cave se rebiffe». Faut bien sûr attendre l'épilogue. Mais les valeureux Lorrains, sous la férule de l'Aveyronnais Frédéric Hantz – rendons-lui hommage –, ne sont plus très loin des talons des 19 et 18es puisque ces deux «derniers» affichent la même unité au compte-tours (29, vs 25 au FCM). Et s'ils chipaient la place de barragiste ? Vu leur dynamique retrouvée, impossible n'est pas messin. Sachant qu'une courbe de résultats, justement, se révèle ardue à inverser. «Regardez les Dogues de Galtier, commente encore le Commingeois Baup. Tous les leviers ont été activés, à l'image du changement de gardien, et ça ne marche toujours pas… C'est pareil pour les variations de systèmes permanentes : je n'y crois pas trop car il s'agit d'un travail sur du long terme.»

Pour Amiens et Angers, ça fleure bon

Sinon, on vous rappelle que notre classement des «cancres» continue, pour l'heure, de passer sous silence la lanterne rouge messine, jugée trop en retard à 5 encablures maintenant de la ligne d'arrivée. Comme l'Amiens SC et le SCO Angers, ex æquo avec 37 points dans la besace.

Ultime précision : les confrontations directes, cruciales, sont soulignées et les scores font abstraction de l'hôte, s'entendant succès ou revers.


Caen 15 e, 35pts ; -19

Comme le Tef, les hommes de Patrice Garande voulaient jouer ce week-end ! Histoire d'enrayer, il… coule de source (sans jeu de mots), une spirale de 4 défaites et 10 buts encaissés. Le ciel en aura décidé autrement.

Auparavant :

-> est allé à Lyon..... 0-1

-> est allé à Angers ..0-3

a reçu Montpellier .1-3

->est allé à l'Amiens SC.0-3

Avant-hier :

recevait le TFC ...remis

La prochaine journée :

-> ira à Metz

Les 4 dernières :

-> va à Troyes

reçoit Monaco

-> va à Nice

reçoit le Paris-SG

Très certainement le calendrier le plus démentiel de tous les clubs menacés : l'ASM et le PSG au cours des trois ultimes échéances.


Strasbourg 16e, 34pts ; -20

Pas de veine. Le Racing de Thierry Laurey ne méritait pas de perdre face aux Verts. Mieux, il aurait dû gagner. La faute à un Ruffier XXL. Place désormais à une sale série de 8 rencontres sans succès (4 revers et 4 nuls)…

Auparavant :

a reçu Monaco ...1-3

-> est allé au TFC .....2-2

a reçu Metz ........2-2-> est allé à Angers ..1-1

Avant-hier :

recevait Saint-étienne .0-1

La prochaine journée :

-> ira à l'Amiens SC

Les 4 dernières :

reçoit Nice

-> va à Rennes .

reçoit Lyon -> va à Nantes

Avec deux déplacements coton en Bretagne plus l'OL à la 37e journée, on ne peut pas vraiment prévoir une balade de santé.


Toulouse FC 17 e, 30pts ; -15

Vivement samedi… Réduits au chômage technique en Normandie après avoir raté leur réception du DFCO la joute d'avant, les protégés de Mika Debève ont soif de retrouver le terrain. Et d'empocher des points !

Auparavant :

a reçu Marseille ...1-2 a reçu Strasbourg .2-2

->est allé à Lyon .....0-2 a reçu Dijon .......0-1

Avant-hier :

-> était à Caen .......remis

La prochaine journée :

recevra Angers .

Les 4 dernières :

-> va à Rennes

reçoit Lille

-> va à Bordeaux

reçoit Guingamp

Sur le papier, le money-time ne paraît pas insurmontable. Attention néanmoins au dernier voyage, à J-1, chez les «amis» Girondins.


Lille 18 e, 29pts ; -21

Samedi soir les Costarmoricains pouvaient parler d'un miracle (réduction à la 90e, égalisation à la 90+3), les Dogues d'une scoumoune sans précédent. Pour Christophe Galtier, c'est toujours Lille aux cauchemars.

Auparavant :

a reçu Montpellier .1-1

->est allé à Monaco .1-2

a reçu l'Amiens SC. 0-1

-> est allé à Bordeaux.1-2

Avant-hier :

recevait Guingamp.2-2

La prochaine journée :

-> ira à Marseille

Les 4 dernières :

reçoit Metz .-> va au TFC reçoit Dijon .

->va à Saint-étienne

L'OM au Vél' puis Saint-é toujours particulier pour «Galette» : non-non, ça ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices pour le Losc.


Troyes 19 e, 29pts ; -22

Le coach aubois Jean-Louis Garcia doit être dépité. Que reprocher à ses ouailles en ce dimanche sous le soleil – eux qui auront mené à 2 reprises face à un OM encore la tête dans les étoiles de la C3 ? Le syndrome du mal en point(s).

Auparavant :

-> est allé à Nantes ...0-1

-> est allé à l'Amiens SC .1-1

a reçu Nice ..........0-2

->est allé à Guingamp.0-4

Hier :

recevait Marseille .2-3

La prochaine journée :

-> ira à Saint-étienne

Les 4 dernières :

reçoit Caen .....

-> va à Lyon

-> va à Montpellier .

reçoit Monaco

Les Troyens partagent avec les Caennais le menu le plus épicé. Jugez plutôt : l'OL et le MHSC à l'extérieur puis, in fine, la réception du champion en titre !

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES