Menu

Fil de navigation

Recherche

ÉMERY TAISNE pour L'Equipe

 

Ligue1

Le TFC continue de cultiver une image décalée, à l’extérieur, pour attirer du monde en tribunes. Ses supporters préféreraient des résultats.

 



Son ton humoristique sur les réseaux sociaux et ses opérations innovantes – la « troll cam » lancée avant la réception du Paris-SG et de Marseille, par exemple – l’avaient, d’une certaine manière, fait passer pour le club « lol » de la Ligue 1. Mais le TFC n’amuse plus ses propres supporters. « Au début, ce côté-là, on l’a même cultivé, rappelle Marco, leader des Indians Tolosa 1993, le principal groupe d’ultras toulousain (250 membres environ). Sauf que là, ça fait trois, quatre saisons que la situation est catastrophique et que le club fait comme si de rien n’était. Ça ne nous fait plus rire, ça nous désole un peu ». À force de voir leur équipe lutter pour le maintien, ils sont de plus en plus nombreux à avoir été gagnés par une certaine usure : l’affluence moyenne de 17 067 spectateurs, l’an dernier, ne sera pas dépassée. Toulouse devrait redescendre sous la barre des seize mille, même s’il n’a pas non plus été aidé par le calendrier, qui l’a fait recevoir trois fois le mercredi. Malgré tout, ses dirigeants peuvent se targuer d’avoir doublé le nombre d’abonnés en l’espace de cinq ans : huit mille désormais.

Pour Boris Laffargue, directeur marketing au club, le travail réalisé auprès des associations de supporters et l’image divertissante assumée par le club n’y sont pas étrangers. Un exemple concret ? « L’an dernier, on avait créé un logo événementiel pour les quatre-vingts ans du club, indiquet-il. On avait reçu six cents logos et ça avait généré quinze mille votes. Contre l’OM, on avait aussi réussi à remplir le Stadium avec des gens en violet et pas en bleu et blanc, comme ça peut arriver. Ça veut dire qu’il y a un public, qu’il existe. » Le hic ? Les Toulousains, sur le terrain, ne donnent pas forcément envie aux gens de venir les voir. « On n’a pas un public à la hauteur d’une ville comme Toulouse, estime Alain Grolier, le président des Supporters des Violets – qui organisent notamment avec le club les soirées abonnés et le traditionnel repas de Noël. On vient au Stadium pour voir du spectacle ou au moins voir notre équipe gagner. Là, c’est dur. » « On ne sait pas trop où le club veut en venir, approuve Marco. Pour l’instant, on a décidé de leur faire confiance mais on a quand même l’impression qu’ils naviguent à vue. »

Malgré la situation préoccupante du club, les rapports entre la direction et ses supporters ne se sont pas dégradés. Le leader des Indians le reconnaît volontiers : ils ont toujours été reçus lorsqu’ils en ont manifesté le souhait. Le dernier échange remonte à cette fameuse réception de l'OM (1-2), le 11 mars. « Après, est-ce qu’ils en tiennent vraiment compte, c’est autre chose. Ils ont fait des choses pas mal sur la politique tarifaire, par exemple, mais le problème, c’est le sportif et ça, on ne maîtrise pas. Si le projet, c’est de finir 17 e chaque année… » Alors Toulouse aura bien du mal à franchir la barre des vingt mille supporters de moyenne, son objectif d’ici à un ou deux ans. À condition de ne pas descendre.

Toulouse

Stadium :
Inauguré en 1937, rénové en 1997 et 2016.
33 033 places

Affluence moyenne cette saison : 14 500

Taux de remplissage : 48 %

Nombre d’abonnés : 8 000

Principaux groupes de supporters : Indians Tolosa, Viola Club BFS, Visca Tolosa, Fan Club, Forza Viola FC, West Eagles, Occifans, Supporters des Violets.

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES