Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Deux journées, un point de retard. Dis comme ça, la pilule passe mieux. à une semaine du clap de fin du Championnat «régulier» (sans play-offs), la situation est critique, pas désespérée du côté de l'île du Ramier. Hier en début d'après-midi, après une semaine «à remous» dixit l'intéressé, Michaël Debève a tenu à positiver. Utilisant diverses méthodes.

Coué, d'abord, une histoire de logique : «Je répète que le groupe est réceptif, travailleur, et a vite évacué la défaite de dimanche face à Lille (2-3) pour se projeter sur le rendez-vous ô combien important à Bordeaux. Depuis ce week-end, on a beaucoup échangé, il n'y a pas de raison que cela ne reparte pas !»


Un discours à la… Dupraz

Dupraz, ensuite, une forme d'héritage : «On va se maintenir, j'en suis persuadé ! Contrairement à ce que j'entends, rien n'est fini – même si on est barragistes. La ligne de flottaison est une longueur au-dessus de nous, rappelle ''MD'', alors qu'il reste 6 unités en jeu avec une ultime levée à la maison.» Autre version, plus imagée. «L'opération se poursuit : on n'a pas avancé, on a même reculé or on garde en ligne de mire la bouée de sauvetage qu'on peut accrocher sur les deux rencontres qui viennent.»

L'entraîneur toulousain ne se voile pas la face pour autant. «On a du mal à se libérer, faire le vide par rapport à l'événement ; on l'aura vu à plusieurs reprises au cours de la saison. Mon effectif est très jeune, on peut comprendre qu'à certains moments il y ait un peu de doute qui s'installe.» De peur (de bien faire, généralement), également. «Et qu'on en arrive, déplore Debève, à déjouer et perdre le fil des débats. Cependant, rétorque-t-il tout de go, il n'y aura pas de chamboulement tactique. J'ai toujours été fidèle à mes principes, mes schémas qui, sur certaines échéances, ont très bien marché.»

Avec ou plutôt sans soutien puisque les ultras violets – par rapport au hara-kiri sportif de leurs protégés devant les Lillois puis aux incidents avec la police après le coup de sifflet final ayant conduit à 4 interpellations dans leurs rangs – ont décidé de boycotter le déplacement en Gironde.

«C'est leur droit, n'a pas éludé le coach téféciste. Les supporters peuvent manifester leur colère, avoir des revendications. En revanche, qu'ils sachent que le technicien que je suis et les joueurs que je dirige, nous allons tout mettre en œuvre pour faire chuter Bordeaux. Et espérer que le public vienne face à Guingamp.»

On revient au terrain : «On va là-bas pour ramener un point a minima, insiste le Picard, mais on veut l'emporter. Le but est de rester en course et s'offrir un match vital pour la Der au Stadium.»


Un œil sur les autres

Au vrai, même si le couperet définitif ne saurait tomber en soirée, l'évolution au classement du Toulouse FC est interdépendante des autres mal-classés (5 équipes menacées). Le staff surveillera ainsi avec un œil avisé les compagnons de galère.

«Surtout pas pendant, prévient Mika Debève, à la mi-temps et après oui.» Un entraîneur qui, pour la première fois hier, a prononcé le mot barrages : «Si jamais on doit en passer par-là pour se sauver…»


Braithwaite, neuf de cœur

Son retour en L1, six mois après avoir tenté sa chance outre-Manche, en avait surpris plus d'un. Dépité pas mal, également, chez les supporters du Tef, ne goûtant guère à ce que leur ancienne coqueluche signe chez l'ennemi héréditaire.

Parti à Middlesbrough (D2) à la mi-juillet, le chevelu danois Martin Braithwaite – qui depuis a opté pour la boule à zéro – a été prêté aux Girondins le dernier jour du mercato hivernal. Avec option d'achat et, d'après nos infos, le billet retour déjà en poche.


Feuille de match maigre

Pas assez décisif : 1 but et 1 passe en 12 apparitions ; ne répondant pas non plus au profil de l'oiseau rare recherché pour l'exercice prochain : un avant-centre de surface autour duquel de Préville et Laborde auront tout à loisir de tourner.

Si le Scandinave âgé de 26 ans ne devrait plus enfiler le maillot scapulaire, il n'en laissera pas moins une belle trace du côté du Haillan. Où, pareillement qu'au Centre technique du Stadium, sa générosité est louée. «C'est un équipier modèle, témoigne un fan de longue date des Girondins. Jamais avare en efforts.

Martin a une super-mentalité.»


Il a fait un vœu face au TFC

Pas rancunier l'ami, car Braithwaite a souvent martyrisé la défense marine et blanc. Un chiffre : 4. Comme le nombre de buts marqués par l'ancien attaquant d'Esbjerg contre son futur club. Soit simplement son meilleur total, après Bastia (6).

En parlant stats, l'ancien «hirsute» a fait un vœu pour le sprint final : «Inscrire 2 buts lors des 2 dernières journées.» Son ancien entraîneur-adjoint à Toulouse – où il est à créditer de 40 réalisations en 149 rencontres – de le prendre au mot : «OK, sourit Mika Debève, mais à Metz lors de la fermeture.»


Toulouse : les clés du «Garonico»

Deux victoires sur les dix derniers derbies en Gironde. La chose n'est donc pas impossible pour le Téfécé. à condition, comme on dit dans le jargon, d'y mettre les bons ingrédients. Voici quelques éléments de la recette que nous pensons gagnante…

Un Lafont en forme.
-à l'instar de dimanche avec un mur qui ne lâche pas le portier franco-burkinabé sur le 2e but et une sortie perso moins aventureuse sur le 3e. Sinon, la même, garçon ! Avec, STP Alban, une attention particulière envers (et contre) ton ex-bourreau des séances d'entraînement : un certain Martin Braithwaite (lire aussi p.12).

Verrouiller les couloirs et déjouer les faux-pieds.
-ça va débouler à coup sûr ! Il ne peut en être autrement : déployer ses ailes constitue la grande force de la formation à Gustavo Poyet. à main gauche, la doublette Poundjé-Kamano ; en face, où le jeu penche, Sabaly-Malcom. On notera que le tacticien uruguayen suit la mode des pieds inversés aux avant-postes. Traduire : un droitier à gauche (Kamano, l'ancien Bastiais) et vice-versa un gaucher à droite (Malcom, le bientôt ex' de Gironde). Avantage : le latéral adverse peut être pris sur ses appuis, son mauvais… pied, quoi. Inconvénient : l'attaquant qui a tendance à repiquer intérieur offre moins de possibilités de centres à son numéro neuf. Quoi qu'il en soit, la donnée sera à prendre en considération par la défense toulousaine commandée par capitaine Issa Diop.

Cerner Plasil pour faire la loi au milieu.
-Classique, efficace. Mais en même temps inéluctable. L'équipe qui règne dans l'entrejeu, part en ballottage favorable – on parle du score à l'arrivée. Une chance, allez osons, c'est un derby après tout : le relayeur en forme du moment, Younousse Sankharé, est out victime d'une lésion aux ischio-jambiers droits. Il sera suppléé numériquement par Plasil qui glissera en sentinelle. Jaroslav, de son prénom, du haut de ses 36 ans et sa 9e saison au FCGB, «est un joueur d'expérience qui a l'habitude de ces matches à enjeu», commente l'entraîneur du TFC Michaël Debève. D'un autre côté, le Tchèque n'a peut-être plus ses jambes de 20 ans. à la meute Sangaré-Blin-Somalia d'en tirer profit.

Poundjé, maillon faible ?
-à première vue et sans manquer de respect au latéral gauche girondin Maxime Poundjé (expulsé au demeurant lors du denier succès téféciste à Chaban, 1-0 le 11 janvier 2014), c'est l'élément qui apparaît le plus «prenable» de la solide arrière garde marine et blanc. Car Sabaly a de la pile électrique en lui et la charnière jeunesse-roublardise (Koundé-Pablo) commence à être pas mal huilée…

Un Gradel retrouvé pour alimenter un Sanogo de retour.
-Il doit une revanche au peuple violet. Incapable de faire des différences devant Lille, Max-Alain Gradel, il est vrai vite recentré, doit ressortir de sa boîte à dribbles quelques bottes secrètes. But : servir Yaya Sanogo qui, une fois n'est pas coutume, serait inspiré de scorer hors-Stadium.

Costil, rempart à briser.
-Capable du meilleur (1 penalty sur 2 stoppé cette saison, c'est le recordman), comme du moins bon (quelques cagades, la dernière faute de main en date face à son ancien club rennais mi-mars avait précipité la défaite des siens). Tel est Benoît Costil, gardien N°3 bis de l'équipe de France. Les attaquants – ou défenseurs – du Toulouse FC auront fort à faire pour tromper sa vigilance, notamment aérienne. Petit conseil : préférez la clé… de sol.

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES