Menu

Fil de navigation

Recherche

Pa. D. pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

«Sauver ce Téfécé que nous aimons tant.» C'est par ces mots qu'Alain Casanova avait quitté la petite estrade de la salle presse du Stadium en ce lundi 16 mars 2015 – les yeux qui brillent, les trémolos dans la voix. Et sous les applaudissements des médias, incrédules de voir un entraîneur qui part venir s'expliquer devant eux ! «S'il y a un dernier électrochoc à tenter, avance ce jour-là l'Auvergnat engoncé dans sa parka, c'est celui-ci… L'intérêt du club prime toujours.»


«Pas une démission»

Défaits 0-1 chez l'avant-dernier Lens à Amiens, les Violets n'arrivent pas à s'extraire des tréfonds du classement, naviguant en eaux dangereuses depuis le début du mois de février (17es puis 18es). Il faut faire quelque chose. «Ce n'est pas une démission car Alain n'est pas du genre à démissionner, précise son président Olivier Sadran, c'est le fruit d'une discussion.» «Un échange entre gens de bonne intelligence», ajoute celui que tout le monde au club surnomme «Casa».

Estime et respect mutuel entre deux hommes qui n'auront jamais rompu le contact depuis leur séparation. Bien au contraire. à grand renfort de SMS, notamment. Si bien qu'aujourd'hui le couple se reforme pour de bon.


Un contrat de 3 saisons

Selon nos informations, Alain Casanova – dont nous avons été les premiers hier après-midi à donner le nom comme possible successeur de Michaël Debève –, va s'engager dans les prochains jours pour une durée de 3 ans. Revenant en pleine lumière après son limogeage de Lens à la fin du mois d'août dernier. Bien joué.

Sitôt sa nomination révélée sur la Toile en soirée, les réseaux sociaux se sont étonnés que le TFC venant d'annoncer des «modifications majeures» commence par « faire du neuf avec du vieux ».

On imagine l'état-major téféciste leur répondre que sur les 6 techniciens sous l'ère Sadran, il n'y a pas photo : avec un classement moyen au 9e rang, «AC» est celui qui a obtenu les meilleurs résultats devant Baup et Mombaerts (10e place en moyenne). Sans parler des nombreux jeunes arrivés à maturité sous sa coupe. On se bornera à n'en citer qu'un : Wissam Ben Yedder. à l'annonce mi-mars de la 1re convocation en Bleu de l'attaquant sévillan, Alain Casanova nous avait accordé une interview. Il disait : «Dès le premier entraînement, on s'aperçoit qu'il est totalement différent.»

Lui, en revanche, ne devrait pas être trop dépaysé en retrouvant le chemin du Centre technique sur l'île du Ramier…


Sa vie à Toulouse, son œuvre au Téfécé

Un premier passage de 23 ans.-C'est ce qu'on appelle un serviteur du club. Joueur – près de 400 matches en élite – sur les bords de Garonne de 1992 à 1995 où il stop-pe sa carrière, le goal finaliste avec l'OM de la Ligue des champions 1991 (sur la feuille de match, perdue 3-5 tab/0-0 ap face à l'étoile Rouge de Belgrade) entame de suite une reconversion dans le staff de Courbis, Giresse, Lacombe puis Nouzaret en tant que chargé des gardiens. Il devient coach-adjoint avec l'arrivée au club d'Olivier Sadran en 2001. Et, in fine, entraîneur numéro un le 30 mai 2008, date à laquelle il succède à élie Baup. Casanova sera lui remplacé par Arribagé.

Plus de 250 matches au compteur.

- Diplômé en 2006, Alain Casanova, aujourd'hui âgé de 56 ans (il est né le 18 septembre 1961 à Clermont-Ferrand), affiche avec le TFC en L1 précisément 256 rencontres sur le banc, en réalité 257 à la tête de l'équipe puisque pour son baptême du feu à Gerland en août 2008 il était suspendu. Son bilan : 90 victoires, 76 nuls, 91 défaites. Autrement chiffré, Casa gagne 1 match sur 3.

Deux demies au menu.

- En dehors de la 4e place en mai 2009, il aura accroché deux demi-finales de coupe (France-2009 et Ligue-2010).

La piste Pelissier abandonnée hier midi, les dirigeants du Toulouse FC ont rappelé à la barre leur ex-coach Alain Casanova. Après son escapade lensoise, «Casa» va s'engager 3 ans. Récit d'une drôle de journée.


Pourquoi ce ne sera pas Pelissier

Il était en pole depuis lundi matin, il n'aura pas su couper la ligne d'arrivée. Contacté en direct par Olivier Sadran le lendemain du barrage retour, l'entraîneur de l'Amiens SC Christophe Pelissier – en pleine négociation parallèlement avec l'ASC pour une prolongation et, de facto, une revalorisation salariale – devait donner sa réponse au TFC vendredi soir au plus tard. Finalement, les dirigeants du club de la Ville rose ont décidé en fin de matinée, hier, de ne pas poursuivre les discussions. Deux raisons à notre connaissance : les exigences du technicien picard, la piste Casanova privilégiée. En effet, Pelissier voulait venir avec son staff de toujours (adjoint Jean-Marie Stephanopoli, chargé des gardiens Olivier Lagarde) et bénéficier de prérogatives aussi étendues que dans son cocon picard. Au vrai, Toulouse a certai-nement devancé le refus de l'ancien coach de Luzenac.
 

Les supporters du TFC incrédules face à la nomination d'Alain Casanova

Il fallait qu'il y ait du mouvement. D'ailleurs, la direction du club, dans un communiqué signé conjointement par Olivier Sadran et Jean-François Soucasse, avait annoncé mardi envisager "des changements majeurs" dans la structure du TFC, afin de sortir d'une spirale négative qui a vu le club toulousain flirter très dangereusement avec la Ligue 2 lors de trois des quatre dernières saisons.

Une information qui a suscité des espoirs du côté des supporters violets, avec qui la rupture avait été consommée au soir de la rencontre capitale tristement perdue à domicile face à Lille (2-3) et après laquelle supporters et forces de l'ordre en étaient venus aux mains sur le parvis du Stadium. Beaucoup d'entre eux estimaient en effet que le club devait sortir de "l'entre-soi", sans quoi les choses ne changeraient jamais et le club verrait indéniablement son avenir se dessiner en Ligue 2.


Retour d'un historique

Pourtant, c'est bien vers un historique du TFC que la direction a choisi de se tourner pour redresser le navire. Alain Casanova s'apprête en effet à reprendre du service sur l'île du Ramier, lui qui a passé sept saisons sur ce banc (de 2008 à 2015) en tant qu'entraîneur principal et dont on sait qu'il ne s'est jamais trop éloigné, même après son départ.

La nouvelle a pour le moins surpris les supporters, qui espéraient sans doute l'arrivée d'un nouveau visage, comme celui de Christophe Pelissier, dont on sait qu'il a eu des contacts avec Olivier Sadran. Certains se sont même montrés très déçus.

La stratégie du TFC laisse sans voix. Le club est gangrené par le copinage, l'entre-soi et les petits arrangements entre amis d'Olivier Sadran.

À force de tirer sur la ficelle, elle finira par casser.#Casanova
— Arthur Stroebele (@ArthurStroe) 30 mai 2018

Le nouveau logo du TFC #Casanova pic.twitter.com/YhY3tOdGEx
— Aerock (@Aerock811) 30 mai 2018

Peu importe au final ce que fera - de nouveau - Casanova au TFC.

Le message envoyé aux supporters, aux joueurs, aux potentielles recrues, est atroce.#Casanova
— DLFDV (@dlfdv) 30 mai 2018

Heureusement pour le président Sadran, d'autres sont tout de même prêts à faire de nouveau confiance à celui qui avait réussi à hisser le club à la 4e place de Ligue 1 en 2009.

Contrairement à beaucoup de monde, Casanova est plutôt un entraineur que j'apprécie et dont j'ai de bons souvenirs... MAIS quand on te reproche de faire toujours des choix internes sans inventivité, c'est pas avec ce choix que les critiques vont cesser... #JeSuisCirconspect #TFC
— Nicolas Sanfilippo (@Juanpipo31) 30 mai 2018

Bon ok ! On est tous un peu blasé du retour de Casanova. Mais laissons lui une chance, on a quand même vécu de belle année avec lui !
Mais pour moi le réel problème c'est Arribagé ! #TFC #Mercato
— Ju' Jammes (@JulienJammes) 30 mai 2018

Le nouvel entraîneur et le club ont tout l'été pour convaincre les supporters du bienfait de cette annonce et faire en sorte que l'accueil réservé pour la reprise au Stadium se fasse dans de bonnes conditions.

2018 / 2019

CALENDRIER

2017/2018

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2017/2018

STATISTIQUES