Menu

Fil de navigation

Recherche

Vincent Villa pour L'Equipe

 

Ligue1

Après avoir sauvé sa place en Ligue 1 grâce aux barrages, le TFC a rappelé Alain Casanova, son coach de 2008 à 2015, qui revient avec de l'ambition dans le jeu.

 

Les règlements administratifs pallient les dérèglements sportifs, parfois. Sans la mise en place des barrages, en avril 2016, le TFC aurait directement valdingué en Ligue 2 en mai dernier. Il longeait le gouffre depuis trop longtemps pour ne pas risquer de chuter : dix-septième en 2015 comme en 2016, treizième en 2017 et, donc, dix-huitième en 2018. L’élimination facile de l’AC Ajaccio (3-0, 1-0), le challenger d’en dessous, affaibli après les sanctions qui ont suivi la réception houleuse du Havre au tour précédent (2-2, 5 t.a.b. à 3), lui a permis de conserver son logement dans l’élite, dont le bail remonte à 2003. Le mandat d’Alain Casanova comme entraîneur principal à Toulouse s’étend presque sur la moitié de ces quinze saisons de L 1, ce qui situe son empreinte, au moment où il revient sur ses pas.

Son retour n’a pas fait forcément plaisir, c’est une litote, aux fans des Violets, appâtés par les promesses de changements formulées en fin de saison passée et déçus de mesurer la part d’ancien dans le neuf. « Je fais abstraction de tout ça, mais en écoutant un peu ce qui se dit, quand même, explique celui qui a entraîné le TFC entre mai 2008 et mars 2015. Ça ne m’est jamais arrivé, mais le club m’a proposé de rencontrer les supporters et c’est avec grand plaisir que je le ferai. À un moment, ils ont été déçus, je les comprends, comme je comprends le club, le président (Olivier Sadran). Le passé ne décide pas le futur. Il ne s’agit pas de calmer les gens, mais de tout faire pour qu’on soit ensemble car, quand on est uni, on est plus fort. Je reviens avec plus d’expérience et beaucoup d’ambition, car j’aime ce club, qui a traversé des moments difficiles, comme moi (à Lens). Je veux gagner plus, avoir un jeu ambitieux, que l’équipe soit difficile à battre, capable de très bien défendre pour mieux attaquer. »

 

Un partenariat avec Manchester City ?

Si le chemin est annoncé, la destination reste inconnue. « On va tout mettre en œuvre pour essayer d’avoir les meilleurs résultats, poursuit-il. Après, donner une place précise, j’en suis incapable. En laissant partir quelques joueurs qui ont demandé à s’en aller ou qui ne correspondaient pas à ce que je voulais mettre en place, on se donne les moyens de monter un groupe qui, je pense, sera compétitif, grâce à un recrutement qualitatif. » Pour le moment, John Bostock, Baptiste Reynet, Aaron Leya Iseka et Manu Garcia ont rejoint le club haut-garonnais, qui a eu la bonne idée de fidéliser Max Gradel, prêté la saison dernière par Bournemouth. L’arrivée, en sus, d’un défenseur central est impérative aux yeux de Casanova, qui ne se privera pas de proposer des marche-pieds à la jeunesse pour monter chez les pros.

« On m’a fait revenir un peu pour ça, aussi, poursuit l’ancien gardien du TFC. On est un club formateur. Ça signifie donner l’opportunité à des joueurs de dix-sept, dix-huit ans d’intégrer le groupe maintenant ou progressivement. Avant de recruter, je regarde au centre s’il y a un jeune en passe d’avoir sa chance et s’il a le profil pour entrer dans l’effectif. Mais, en défense centrale, il me faut quelqu’un pour remplacer Diop (West Ham). »

L’ancien Toulousain a rejoint l’Angleterre, terre de fantasmes depuis que le « Téf » a annoncé, le 25 juin, un partenariat à venir avec un « très grand club européen ». Beaucoup ont vu dans le prêt de Manu Garcia par Manchester City un énorme indice semé sur le chemin du marché des transferts. Ce sera un autre enjeu de la saison à venir, en tout cas : essayer de grandir en s’associant à plus gros que soi.

Lʼavis de L'Equipe

En dehors de l’exercice 2014-2015, qui lui a été fatal, Alain Casanova a assuré pendant plusieurs années une compétitivité au club, malgré la perte régulière de ses meilleurs éléments. Son retour représente donc un gage de tranquillité pour le TFC, d’autant qu’on le sent revanchard après son passage à Lens. Si ses joueurs le sont tout autant, Toulouse, qui a fait le choix d’un recrutement ciblé, s’offrira peut-être une saison plus sereine. Mais le club a absolument besoin de se renforcer en défense centrale. De plus, la situation des trois mondialistes Toivonen, Durmaz et Moubandjé, sous contrat jusqu’en 2019, reste incertaine. En cas de départ(s), ces joueurs-là devraient être remplacés.

 

Manu Garcia, la touche espagnole

Manuel Garcia Alonso (20 ans) est un footballeur méconnu qui vient d’un club à la renommée inversement proportionnelle. L’étiquette de joueur prêté par Manchester City s’agrippe à son maillot, alors que la technique des milieux « à l’espagnole » colle à son jeu.« Il pourrait surprendre, prophétise Alain Casanova. Il faut faire attention aux comparaisons mais, dans le style et un peu dans l’attitude, c’est un peu Isco (Real Madrid).Iljoue juste, possède une très bonne qualité de première touche et de jeu dans le dos des défenses. Il déplace très bien le jeu et se montre dangereux quand il prend de la vitesse balle au pied, grâce à ses changements de rythme et sa capacité à perforer les lignes. En contrepartie, il sait très bien qu’il doit se montrer plus décisif à la passe comme à la finition et plus réactif sur le plan défensif, à la récupération. On s’est fixé des axes de travail et de progression. Pour le moment, il s’agit pour le club d’un pari, puisqu’il n’a jamais évolué dans un Championnat comme le nôtre. » Depuis son arrivée précoce en Angleterre, en effet, ce relayeur ou meneur de jeu de petit format (1,70 m) a seulement picoré dix minutes de jeu en Premier League (en 2015-2016). Ensuite, il n’a pas trouvé de place dans le City refaçonné par Pep Guardiola, ce qui l’a conduit la saison suivante à Alavés (D 1 espagnole), pour un prêt sans intérêt (0 minute en Liga), car il n’a quasiment pas joué. En janvier 2017, il a été envoyé par les Citizens au NAC Breda (D 2 puis D 1 néerlandaise), où son passage fut davantage réussi (34 titularisations la saison passée). Arrivé cet été à Toulouse, sa préparation a été prometteuse. À son âge, il a encore le temps de prendre son envol mais, pour décoller, à un moment, il faut finir par se poser.

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2017/2018

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2017/2018

STATISTIQUES