Menu

Fil de navigation

Recherche

Pa. D. pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

«Un point de plus engrangé, la dynamique conservée…» Alain Casanova ne faisait pas la fine bouche, hier midi, à l'heure de revenir sur ce second match nul consécutif, ramené la veille du SCO Angers. Le premier score vierge, la deuxième partie terminée avec sa cage inviolée, la cinquième rencontre sans défaite pour l'entraîneur téféciste dont les protégés s'apprêtent à disputer un marathon. Passage en revue des troupes.

 


Leçons angevines

Elles sont plurielles. En premier les Violets nouveaux savent – à défaut de pouvoir gagner – ne pas perdre. Une vertu qui avait disparu ces dernières années. «Parfois, même si notre jeu est insuffisant, que nous n'avons pas été capables de le mettre en place par manque de confiance ou de courage, il faut se contenter du résultat.»

Corollaire pour le second point : une défense d'attaque. «Oui, poursuit le coach, on a bien résisté. Ce n'est jamais facile au SCO avec son public qui pous-se, l'intensité que cette équipe met dans la bataille, des séquences rythmées. Je suis satisfait une fois de plus de la solidarité et de l'union affichées. Si on veut se montrer costauds, il faut de la rigueur et de la discipline. Et ça ne concerne pas que la ligne défensive, associée à notre très bon gardien ; les offensifs sont en pole pour empêcher la relance adverse.» à l'arrivée, le Téfécé a signé son deuxième clean-sheet – match sans prendre de but – depuis le début du championnat (avec la réception de Nîmes, 3eJ, 1-0). «Sur les longs ballons, les centres en nombre ou leurs contres redoutables, on est restés vigilants.»


En mode récupération

Trois matchs en neuf jours, donc ; ou 4 même en 14 (TFC-Nice programmé vendredi 5 octobre). Pas besoin de dessin, mais plutôt, ça rime en plus, de soins. «Ce matin (hier, ndlr), énumère Casanova, les titulaires en Maine-et-Loire sont d'a-bord restés à l'intérieur où ils ont reçu des massages, puis ont sacrifié à un petit footing de drainage, pour en finir par une bon-ne séance de cryothérapie. La ''cryo'', c'est très efficace ; ça permet d'accélérer la récup'. Diminution de la fatigue, cicatrisation des petits impacts et des contusions musculaires, tout ce qui est forme et bien-être n'a pas son pareil.»

«Après, surligne l'Auvergnat, on doit également insister sur le sommeil (on est rentrés à 2 heures du mat') comme l'alimentation (priorité à l'hydratation). Demain (aujourd'hui), 48h après le match, on aura davantage d'indications sur l'état de chacun.»


Gestion et rotation

Même si le technicien a son équipe-type, difficile de ne pas imaginer du turn-over pour les deux rencontres à venir. En tout cas, sur certains postes. D'ailleurs, «Casa» a déjà commencé sur la pelouse de Jean-Bouin, avec Durmaz préféré à Garcia (quand bien même le meneur de poche avait été souffrant dans la semaine). «L'effectif en entier doit se sentir concerné, personne n'est exclu. On aura besoin de tout le monde. Je rappelle que nous étions partis à 20 (Moreira et El Mokeddem en tribunes) ce week-end. Je suis contraint de tenir compte du calendrier, bien que notre philosophie soit de ne penser qu'à l'échéance la plus importante, c'est-à-dire celle qui vient.»


Ambitions en stock

Les journées se suivent et se ressemblent pour le Toulouse Football-club : depuis la fessée infligée u Vélodrome (0-4) en ouverture du bal, la formation haut-garonnaise capitalise à chaque partie. Elle reste, série en cours, sur 3 victoires et 2 matchs nuls. Et fait figure, au jour J, d'Européen en puissance. L'ex-mentor des Sang et Or continue de considérer «anecdotique» le classement des siens : «Nous n'avons rien fait pour l'instant, ressasse à l'envi Coach Casa. Mais il est vrai, concède-t-il, que cela nous permet de travailler dans un relatif confort. Maintenant, j'attends plus des garçons : ils doivent être en mesure d'imposer notre jeu y compris contre un adversaire coriace.»

Saint-étienne, dès demain, et Rennes dimanche ont la tête de tests révélateurs.


Mbia, titularisé et touché

C'était programmé, c'est arrivé. Sans club depuis fin février 2018, le défenseur central Stéphane Mbia, dernière recrue du Tef au mercato estival, a rejoué en compétition officielle avec la réserve en déplacement samedi soir à Alès (défaite 1-2). «Déjà, se réjouit Casanova,

je tiens à souligner sa détermination. Aller en N3 pour un joueur comme lui prouve toute sa détermination. Il s'agit d'une preuve de grande humilité.» L'ex-Marseillais, aligné au coup d'envoi, a disputé l'intégralité de la rencontre – à l'exception du temps additionnel. «Stéphane s'est donné une petite entorse à la cheville droite sur une impulsion pour un jeu de tête alors qu'un adversaire lui a marché sur le tendon d'Achille. Le Doc n'est pas inquiet, il n'est pas forfait pour mardi mais l'on va aussi se donner du temps. Il nous faut des garanties, des certitudes. Puis, à l'instar de l'ensemble des joueurs, lorsque les matchs sont rapprochés, on ne peut pas se projeter. On voit ''au jour le jour''.»


Quelle charnière face aux Verts ?

La grande interrogation du début de semaine. Si on met de côté le cas Mbia (lire ci-dessus), Alain Casanova va-t-il reconduire la paire Todibo-Jullien, performante à Angers (elle n'a pas cédé), ou recomposer le duo Fortes-Jullien, satisfaisant face à Monaco (il avait été mis en défaut à une reprise)…

«Pour ce week-end, répond en quelque sorte le tacticien des Violets, le choix ne fut pas facile. Je ne voulais pas condamner Jean-Clair (Todibo) – qui est un jeune sur lequel on fonde beaucoup d'espoirs – pour son expulsion à Guingamp (rappel : 2 jaunes en 10 minutes). Parallèlement, Steven (Fortes) avait aussi rempli mes attentes pour sa titularisation il y a une semaine alors que ce n'était pas aisé de rentrer dans le XI sur un tel rendez-vous.»

 

Jullien monte en puissance

Derrière le monstre Sangaré (111 ballons joués, 20 récupérés), le vice-capitaine Christopher Jullien en a gagné 18. Une stat qui n'aura pas manqué d'alerter son entraîneur – petit sourire en coin : «Chris a été très bon ce soir, s'est empressé de saluer Casa dans les sous-sols du stade anciennement baptisé Jean-Bouin. Je suis le premier à râler quand il en garde sous la semelle au vu de son potentiel et de sa marge de progression que j'estime énorme ; alors je ne vais pas manquer de souligner l'inverse.»

«Oui, un match d'hommes» nous opinera du chef «CJ» avant de remonter dans le bus.

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES