Menu

Fil de navigation

Recherche

Pa. D. pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Devant les Aiglons vendredi soir ils ont encore dû courir après le score, mais une nouvelle fois les Toulousains sont parvenusà revenir à hauteurde leurs adversaires.

«Ce n'était pas notre meilleur match de la saison, mais on continue de s'accrocher.» Solide au poste avant-hier (quelle intervention, debout, sur Saint-Maximin en pleine surface à un quart d'heure de la fin !), François Moubandjé a aussi l'art de la concision. Le latéral suisse tweete, tacle, garde la tête sur les épaules. à l'instar de l'ensemble de l'effectif et du staff.

Analyse thématique au travers du 4e nul face à l'OGC Nice.


L'antivenin niçois

L'effet de surprise du nouveau Tef n'est plus de mise. «Nos adversaires qui nous observent mettent maintenant en place de l'antivenin, afin de nous empêcher de développer notre jeu.»

Le constat, signé Alain Casanova, trouve sa meilleure illustration dans le but azuréen, modèle de contre issu d'une double récupération musclée dans les pieds de Durmaz puis Dossevi. Ou, autrement formulé, comment piquer la formation en face… Or réduire le GYM de Vieira à une équipe rapide et habile à exploiter les supériorités numériques, ne serait pas honnête. Vraiment pas. «On aime dominer, poursuit le coach auvergnat, ce sont les Niçois qui s'en sont chargés. Ils nous ont été supérieurs dans l'organisation, la maîtrise. Au lieu de défendre en avançant – notre credo, on a énormément subi en première période.» Dommage après une entame pourtant dans le droit chemin : «On effectue 10 bonnes premières minutes, acquiesce le technicien toulousain, cependant devant leur pression on perd quelques ballons et de la confiance. Au foot, je le ressasse, l'équilibre est fragile…»

Le Toulouse FC est de nouveau respecté, donc redouté. C'est le bon revers de la médaille !


Les ressources téfécistes

Alors que dans un passé pas si éloigné le Téfécé se serait certainement désagrégé, celui de 2018-2019 s'est rebiffé.

Ce n'est pas la première fois que l'adversité a le don de transcender les coéquipiers d'un Gradel porte-drapeau des vertus violettes. En 9 journées disputées depuis l'ouverture du bal mi-août à Marseille, c'est – déjà – la 5e fois que les Haut-Gaonnais se retrouvent menés. énumérons ensemble : à l'OM ainsi (revers 0-4), devant Monaco (1-1), face à Saint-étienne (2-3), à Rennes (1-1) et, pour boucler la boucle, contre Nice (1-1). Bilan – pas anodin : 2 défaites, 3 nuls.

«Dans ces moments, insiste Casa, il faut rester calmes, lucides, sereins.» Faire le dos rond, en somme, en attendant la pause pour rectifier le tir.


Mi-temps salvatrice

Frustration et impuissance. Tels sont les mots (maux) répétés aux citrons avant-hier soir. Le but : une thérapie de groupe, si on ose.

«On a le sentiment que ce sera très dur de revenir et en même temps, assure l'entraîneur, je suis convaincu que nous pouvons y parvenir. Je ne pousse pas de coup de gueule, précise-t-il. Car cette équipe ne m'a jamais obligé à l'acculer dans ses derniers retranchements. Elle est très responsable, elle sait quand elle agit bien ou pas. C'est vrai, oui : elle ne lâche rien. Elle ne s'avoue jamais vaincue. J'ai dit aux joueurs que si on réussissait à égaliser, on était même capables de remporter la mise.»

Avec un peu plus de justesse et/ou de précision, le coup aurait pu être parfait. Quand bien même c'est l'OGCN qui sera le plus près des 3 points avec cet incroyable raté du trio Saint-Maximin-Srarfi-Maolida face au but déserté par Reynet, effacé d'un crochet, après une passe trop molle de Moubandjé (58e).


"Vrais" changements

Ils ne font pas partie du XI-type mais ont su apporter leur pierre à l'édifice.

Hier midi, Alain Casanova se réjouissait de l'entrée de ses trois remplaçants et du rôle tenu par chacun d'eux – par ordre d'apparition au casting. «Cahu (à la place de Durmaz) a stabilisé notre entrejeu permettant à Ibrahim (Sangaré) d'évoluer un cran plus haut et, de facto, limiter l'influence de leur milieu. Dès lors, nous n'avons plus été en danger. Issiaga (Sylla) lui venu au relais de Moreira dont la Première aura été très satisfaisante, a répondu présent comme d'habitude. Quant à Corentin (Jean, qui a suppléé le buteur Dossevi), il s'inscrit aussi en alternative au poste d'avant-centre.»

Entre blessures et suspensions (Leya Iseka a encore 2 matchs à purger, Sangaré fera défaut à Nantes), le championnat est un marathon. à chacun de tirer son épingle du jeu – avec le zeste de croyance qu'il faut.


Max-Alain Gradel : «On doit faire plus»

Vendredi, à l'issue de la rencontre, le capitaine toulousain s'est montré déçu d'avoir une nouvelle fois laissé échapper des points sur la pelouse du Stadium. La faute, principalement, à une première demi-heure manquée : «On a eu du mal à les mettre en danger, ils arrivaient bien à faire tourner le ballon. Ce n'est pas ce qu'on avait prévu, mais parfois les plans ne marchent pas… À l'inverse, Nice a su nous mettre en difficulté tactiquement.» Une nouvelle fois, le Tef a su réagir après l'ouverture du score azuréenne, et cette force de caractère est sans doute le gros point positif sur lequel peuvent s'appuyer les Téfécistes depuis plusieurs matchs. Une qualité que souligne Gradel, tout en insistant sur la nécessité de ne pas s'en contenter : «C'est une très bonne chose de revenir au score et de récupérer un point. On a démontré cette force lors des trois derniers matchs, mas il faut vraiment essayer de faire plus, de prendre l'avantage et de prendre les choses en main. En ce moment on ne se rend pas les choses faciles… Je préférerais qu'on évite de se mettre dans ce genre de situations.» Et pour y arriver, comme souvent, un seul maître mot, le travail : «Il faut prendre les choses en main, je répète, et on va travailler, on va regarder les matchs et corriger ce qui ne va pas. Le chemin reste encore très long, et il faut continuer à croire en notre philosophie de jeu. à un moment donné, ça va aller dans le bon sens.»

Espérons que ce moment arrive vite.


Dossevi : «J'étais revanchard»

L'ailier togolais a inscrit contre Nice son deuxième but de la saison, et a permis au TFC de récupérer un point. Retour en questions sur sa performance et celle de l'équipe.

Vous prenez encore un point, on imagine qu'il a une saveur un peu différente que celui de Rennes ?

Oui… Il faut reconnaître la supériorité des Niçois dans le jeu, ils nous ont posé énormément de problèmes. On n'a pas su mettre notre jeu en place et eux l'ont fait quasi tout le match, donc c'était compliqué. Mais je pense qu'il faut tout de même être contents de ce point. Maintenant, on doit repartir sur de bonnes bases.

Tactiquement, quelle a été la clé du match ?

On a rectifié le tir à la mi-temps en essayant de prendre les joueurs en un contre un. En première période on n'était pas au point, on leur a laissé trop de libertés. Ça a été un peu mieux ensuite, mais ils ont une très bonne base collective ; et on l'a senti.

Quel a été le tournant du match ? Votre but ou la grosse occasion manquée par Nice ?

Je ne sais pas s'il y a vraiment eu de tournant dans ce match. On y a cru jusqu'au bout, c'est une très bonne chose d'avoir réussi à revenir tout de suite au score. Après, ils avaient de très bonnes individualités, on sentait qu'ils pouvaient marquer à n'importe quel moment. On a essayé de faire le dos rond, et avec nos armes on aurait même pu l'emporter.

Après cette première partie de saison, vous croyez en vos chances de grimper au classement ?

Il va falloir qu'on retrouve notre jeu collectif du début de saison, notre salut passera par là. On a très bien commencé le championnat, avec beaucoup de confiance. Il va falloir la retrouver pour pouvoir imposer notre jeu. On va bosser, il n'y a pas de raison que ça ne marche pas.

Vous élevez souvent votre niveau à partir du moment où vous êtes menés…

Quoi qu'il arrive, on a le groupe pour faire un bon jeu, on l'a vu à de multiples reprises. Mais ce match de Saint-étienne nous a fait du mal au niveau de la confiance. On a du mal à retrouver les intentions qu'on avait au départ.

Cette confiance, elle est revenue à titre personnel ? Ce soir on vous a senti beaucoup mieux.

J'essaye de me remettre en question après chaque match, on a envie d'être toujours plus décisif. J'étais revanchard, je n'avais pas fait un très grand match à Rennes. On en a parlé avec le coach, et j'ai essayé de faire mieux ce soir. J'ai été récompensé, et c'est bien pour le club.


Sanogo forfait à Nantes

C'est la mauvaise nouvelle de fin de semaine. Indisponible depuis le 18 septembre, jour où il s'est planté le pied droit dans le gazon à l'entraînement (hématome derrière la rotule), Yaya Sanogo a dû subir une arthroscopie vendredi matin. Un arrêt de dix jours est nécessaire avant la reprise de la course puis des séances individuelles et collectives. D'ores et déjà out pour le voya-ge à Nantes après la trêve (20 octobre), l'ancien Gunner est espéré pour la réception de Montpellier le samedi suivant.

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES