Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Le temps presse. Les signes sont là, avec une nuit prête à se prolonger d'une heure : l'hiver arrive, et le TFC n'a plus gagné au Stadium depuis le 25 août, face à Nîmes (1-0). Une éternité, déjà.

L'enthousiasme né de la série de trois victoires en début de championnat s'est essoufflé, et Montpellier n'a pas vraiment la tête de celui qui va le faire renaître.


Grand voyageur

Durant les deux mois où les Violets ont vendangé les points de la victoire, les Montpelliérains, eux, ont récolté. Jusqu'à se hisser, sans faire de bruit, à la troisième place du classement. D'une équipe qui encaissait 66 pions sur la saison 2016-2017, les Héraultais sont devenus, sous les ordres de Michel Der Zakarian, l'une des meilleures défenses du championnat. Précisément la deuxième (derrière Paris) à l'aube de cette onzième journée, avec seulement sept buts concédés.

Un deuxième rang également occupé par les Pailladins au classement à l'extérieur, toujours derrière le PSG. C'est simple, le MHSC n'a jamais perdu loin de chez lui, en quatre matchs.

Des chiffres qui auraient de quoi faire frissonner les Toulousains, en mal d'efficacité offensive, et qui seront à nouveau privés d'Aaron Leya Iseka (suspendu), et Yaya Sanogo (en phase de reprise) ce soir.


Delort et l'efficacité retrouvée

Et ce n‘est pas tout. Car les Montpelliérains ne se contentent pas de bien défendre. Alain Casanova le sait : «Ils sont capables de presser haut, de prendre des risques et de jouer au ballon.» Une bonne santé offensive rendue possible par un recrutement malin cet été, avec notamment Gaëtan Laborde, Florent Mollet et Andy Delort, prêté par le TFC, déjà auteur de quatre buts. «Je ne suis pas surpris. Il a de la qualité, apporte beaucoup à une équipe quand il se sent en confiance et c'est le cas à Montpellier», analyse le coach toulousain. «Quand le président Laurent Nicollin m'a fait venir, je lui ai dit merci. J'étais fier et je lui ai dit que j'allais lui rendre ce qu'il a fait pour moi. Ils ont des «couilles», c'est pour ça que ça va le faire,» détaille pour sa part l'attaquant dans l'équipe.

C'est peut-être ça qu'il faudra au TFC pour venir à bout de Montpellier ce soir.


Changement tactique ?

«Un vrai manque de chance», a dit Alain Casanova. Au moins ça : Ibrahim Sangaré, qui a glissé dans le vestiaire et s'est cogné contre un mur, sera absent durant au moins un mois et demi selon le staff, après une opération cette semaine d'un tendon du gros orteil. La chute, et la tuile pour le Tèf, qui ne pourra pas compter sur l'un de ses éléments les plus rassurants depuis le début de saison.

Après le naufrage à Nantes, il faudra commencer par bien défendre ce soir. Une solution possible pourrait être un système à trois centraux derrière, avec deux latéraux. Si un tel système est choisi, Toulouse évoluerait avec deux pointes, qui pourraient attirer plus de ballons que dans l'organisation précédente, où l'on a trop souvent vu le numéro 9 isolé.

Quoi qu'il en soit, Alain Casanova ne veut pas s'abriter derrière les absences : «On peut toujours se lamenter. Mais on a un groupe programmé pour faire la saison entière, et j'ai confiance en tout le monde. On n'est pas là pour parler des problèmes, mais pour trouver des solutions.» Il sait également que le TFC devra augmenter d'au moins un cran son niveau par rapport à ces dernières semaines : «Montpellier est largement favori. On est moins forts qu'eux…» À moins que ces mots ne soient un début de solution pour remporter le match de ce soir. «L'être humain est comme ça : quand on le flatte, qu'on lui dit qu'il est fort, qu'il est beau, a tendance à se relâcher, à faire moins d'efforts. Et c'est là que la chute commence…» expliquait Michel Der Zakarian cette semaine.

Les Toulousains auront une heure en plus cette nuit. Espérons qu'elle leur serve à fêter une victoire.


Casanova, de la suite dans les idées

La gifle a dû faire mal, et Alain Casanova n'a pas cherché à la minimiser : «Nous sommes très d'écus par notre match à Nantes. Nous n'avons pas été comme nous l'aurions souhaité. Mais il ne s'agit pas d'être défaitiste. Il faut trouver un équilibre.» Et comme ce qu'il prône depuis le début de saison, le technicien veut que cela passe par le ballon : «Si on peut, on essayera d'avoir le ballon pendant 95 minutes. On pense que tout au long de la saison, c'est ce qui nous permettra de gagner le plus de fois.» Malgré une série de six matchs sans victoire, le Tèf veut continuer à produire du jeu. C'est déjà ça de gagné.

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES