Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Interview

Il n'a même plus le temps. De peindre. C'est lui qui le dit. «Le foot va trop vite» lâche-t-il. Au vrai : le tableau qui préoccupe le technicien dijonnais, depuis le mois de septembre, est celui de la L1. Où son équipe est irrésistiblement attirée par les bas-fonds.

Interview d'Olivier Dall'Oglio, 54 ans, coach pro et dispo.

Vous sortez d'un bon nul face à Bordeaux (0-0), non ?

Notre sentiment est mitigé. Si on s'est rassurés par notre prestation défensive – on n'a pas pris de but –, en terme de résultat on aurait préféré les 3 points. On en a besoin, on court après.

Avec 2 buts contre vous refusés à la vidéo pour hors-jeu, le DFCO n'est pas malheureux quand même…

Le VAR nous a aidés. Ces positions illicites étaient difficiles à repérer, d'ailleurs les juges de touche n'avaient pas levé leur drapeau. Sans assistance à l'arbitrage, les réalisations auraient été accordées ; ç'eût été injuste.

En attendant, cela fait 11 matchs sans victoire en championnat : sacrée série.

On vit une période compliquée. Même si on a connu une petite bouffée d'air en Coupe de la Ligue (3-1 face à Caen, ndlr). J'avoue qu'après avoir eu des soucis derrière, ils sont un peu plus offensifs. Puisqu'on marque très peu de buts, contrairement à la saison passée. C'est notre souci N°1. En dehors de Kwon (convalescent, rupture tendon d'Achille droit à la dernière journée de l'exercice précédent), je dispose pourtant des mêmes attaquants qu'en 2017-2018. Nous n'avons pas la même efficacité.

Due à la perte de confiance ?

En partie. D'où vient-elle ? Il peut y avoir chez les garçons, parfois, des petits problèmes personnels qui viennent troubler leurs bons fonctionnement et rendement. On a terminé 5e attaque (55 buts), cela n'est pas passé inaperçu ; des joueurs ont été mis sur le devant de la scène, certains pensaient partir et sont restés. On a besoin de retrouver nos individualités. Besoin d'un déclic.

Et de la justesse dans la dernière passe : on pense à Gourcuff.

Malheureusement, Yoann a rechuté. Son élongation aux ischios gauches contractée contre Lille risque donc d'avoir un délai un peu plus long que prévu. C'est embêtant, c'est certain.

Il y a de drôles de similitudes entre Toulouse et Dijon. Le TFC 10 matchs sans victoire et le podium à la trêve de septembre, le DFCO une place de dauphin après ces 4 journées. Vous êtes frères siamois ?

On se ressemble, on se ressemble sur le début de saison. On est un peu sur une voie identique, je dirais. Avec des lacunes dans les deux zones de vérité. On verra ce que dimanche va donner…

Je sens chez nous, depuis un bout de temps, un renouveau non pas dans les scores mais dans l'état d'esprit et la manière d'aborder les échéances. Il y a plus de force, quoi.

Que pensez-vous plus globalement du Téfécé ?

Je n'ai pas pour habitude de m'étendre sur l'équipe adverse. Maintenant, Toulouse a eu des changements sur des postes clé. Déjà le gardien, on est bien placé pour le savoir (Baptiste Reynet est passé cet été du DFCO au TFC) ; ou en charnière. Ce n'est jamais simple de recouvrer une stabilité. Chacune des deux équipes se cherche encore, est en quête d'équilibre.

Justement, votre regard sur l'évolution de Reynet ?

Chez nous, Baptiste a pris une belle ampleur. Il voulait découvrir autre chose, on le comprend car il était mature et armé pour partir. Je crois que le Toulouse FC est un choix idéal pour lui.

Et Jullien ?

Christopher a été un acteur performant de notre remontée en élite. On aurait aimé le conserver aussi… Lui a pris plaisir d'être avec nous. On aurait pu penser qu'il prenne une meilleure trajectoire encore, il a perdu un peu de sérénité. Mais j'ai apprécié sa prestation à Paris.

Revenons au match : un tournant à 6 points, déjà ?

Il est important, pas couperet. Il comptera essentiellement au niveau du mental. Et si une équipe venait à prendre le pas sur l'autre, il n'y aurait rien de définitif. Vous le savez : en L1, il faut enchaîner.

On risque des débats verrouillés !

Nous ne sommes pas non plus, je pense, deux formations qui fermons le jeu. Même s'il ne s'agit pas de partir la fleur au fusil. Il y a également des joueurs devant, peut-être en berne, néanmoins à tout moment susceptibles de se réveiller. Je ne citerai que Gradel côté toulousain.

Êtes-vous un barragiste inquiet ?

S'affoler ne sert à rien. On est tous conscients de la situation. Moi d'abord qui suis en première ligne. On travaille beaucoup, avec le staff on passe en revue toutes les possibilités envisageables ; il y a beaucoup de solidarité au sein du club. Ce n'est pas la peine d'en faire des tonnes non plus, de se lamenter. D'un autre côté, bien sûr : on ne peut pas dire que je sois serein. Après, ici, on est habitués à lutter, on sait ce qu'est la bagarre. D'ailleurs…

Oui…

On revient généralement de Toulouse content. Il y a deux ans, on se sauve sur l'île du Ramier à la 38e journée (0-0) ; en avril dernier, on avait empoché 3 unités vitales (1-0). Le Stadium nous sourit. Alors si ça peut se poursuivre…

Vous êtes en Bourgogne depuis 2012. Dall'Oglio, c'est un peu le Guy Roux de Dijon…

Je rigole or je le prends comme un compliment. Durer dans notre métier n est jamais aisé. J'ai le luxe d'évoluer dans un club qui me laisse manœuvrer. Si je n'étais pas soutenu, je ne serai déjà plus là vu les résultats.


TFC : ça rentre

Petit à petit, l'infirmerie téféciste se vide. Cette semaine trois joueurs ont réintégré l'entraînement collectif. Il s'agit des milieux défensifs Yannick Cahuzac (lourdeurs ischios, ménagé à Paris) et Stéphane Mbia (élongation avec décollement ischios) plus de l'avant-centre Yaya Sanogo (arthroscopie rotule droite, indisponible depuis le 18 septembre). Si le premier devrait postuler, pour les deux autres une décision sera prise cet après-midi après la dernière séance précédant le match. En attendant, deux éléments sont d'ores et déjà forfait : le défenseur central Fortes (décollement quadri gauche, mauvaises sensations), le gardien N°3 Vidal (décollement quadri droit, saignement encore présent) – qui s'ajoutent au blessé longue durée le milieu Sangaré (section tendon gros orteil gauche).

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES