Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez, Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Mayonnaise ou moutarde. à l'heure où les supporters seront en pleine digestion, la bande à «Casa» n'aura pas d'alternative en début d'après-midi face à Dijon : soit elle gagne et se remet dans le sens de la marche, soit elle s'enfonce (encore plus) dans le doute. «Oui, concède l'entraîneur téféciste, je ne peux pas contredire qu'il y a un petit manque de confiance.» Les chiffres sont implacables. Avec 10 rencontres sans vaincre, le TFC, 2 points au-dessus du DFCO, ne fanfaronne pas mais se refuse à avoir des idées noires. Car effectivement, en cas de 4e revers à domicile (après Saint-étienne 2-3, 7eJ ; Montpellier 0-3, 11eJ ; Amiens SC 0-1, 13eJ), les Violets pourraient se retrouver dans la zone rouge. «Plutôt que de penser négatif, balaye Alain Casanova, on va positiver. On sait très bien que chaque échéance devient importante, explicite-t-il, qu'on soit en haut ou en bas du classement.»


Une cadence d'un point par match

à 5 journées de la trêve, les Toulousains tournent exactement à un point par match : 14 joutes, 14 unités, CQFD. Surtout, au même temps de passage que la saison passée, le compteur en affiche 2 de moins (14 vs 16) après le 25 novembre dernier et une défaite 1-3… au Dijon FCO. Ah !, l'ironie du ballon rond. Au passage, dans l'antre de Gaston-Gérard Max Gradel avait manqué un penalty dès la 5e minute ou plutôt un certain Baptiste Reynet avait repoussé la tentative de l'attaquant ivoirien. Alors que dans les 5 dernières minutes de la première mi-temps l'avant-centre sud-coréen des Bourguignons, Changhoon Kwon, déflorait le tableau d'affichage suite à un corner à la rémoise…

Arrêtés sur coups de pied, les coéquipiers d'Issa Diop. ça se joue sur des détails : une lapalissade, peut-être, une vérité dans le foot moderne en tous les cas. «Bon nombre de rencontres de notre championnat basculent sur des riens, renchérit Olivier Dall'Oglio. En début de saison, on est allés l'emporter 4-0 à Nice tandis qu'on aurait très bien pu repartir perdants de la Côte-d'Azur. À la différence près qu'on a la chance d'ouvrir la marque sur une phase statique (tête d'Aguerd sur coup franc indirect de Loiodice, ndlr), se félicite le technicien dijonnais. Derrière, de facto la physionomie des débats change radicalement.»


Marquer les premiers

Ne pas céder le premier, toujours la même histoire… «C'est le chantier N°1, poursuit le Gardois de naissance, même si le football est plus global et que le but est de mener plusieurs choses de front.» Bien attaquer commence par bien défendre, pourrait lui rétorquer l'ancien mentor des Sang et Or qui a eu recours pour la première fois au coup d'envoi, il y a une semaine contre le Paris-SG, à une arrière-base à 5. Avec le côté hermétique qu'on connaît : un seul but concédé face à l'ogre francilien – record hexagonal en cours.


Il était une foi…

Alors, bis repetita même à la maison et face au 18e ? «On a l'habitude de travailler plusieurs systèmes, différents de jeux de position, répond Casanova. Tout est possible.»On n'en saura pas davantage sur les intentions du coach. En revanche, sur la détermination de sa troupe, si. «Je le répète, énumère l'entraîneur haut-garonnais, j'ai une énorme confiance dans cette équipe, une foi terrible en elle. Car je sais que les joueurs ont du talent, du potentiel, l'envie de redresser la barre. Ils me montrent beaucoup de signes aux entraînements. Ce groupe est sain. Il a une farouche volonté de repartir de l'avant. Ce serait aussi une récompense pour notre public.» Qui se languit d'une victoire au Stadium depuis le 25 août (1-0, Nîmes ; 4eJ). P…, plus de 3 mois !


Avec Balmont, les trois font la paire

Balmont, Jullien, Reynet. Par ordre alphabétique et d'apparition au casting, voici les trois joueurs qui, ces dernières années, ont fait la navette entre les deux clubs du Toulouse Football-Club et du Dijon Football Côte-d'Or. Le milieu défensif Florent Blamont, prêté par Lyon au Tef saison 2003-2004, rejoint le DFCO à sa remontée en élite en mai 2016 ; de retour de blessure, il ne jouera pas cet après-midi. Grand artisan justement de l'accession bourguignonne avec 9 buts (prêté par Fribourg cette année-là), le défenseur central Christopher Jullien signe dans la Ville rose ce même été 2016. Quant au gardien de but Baptiste Reynet, après 7 ans passés chez les «Diables Rouges» dijonnais depuis 2011 – hormis une parenthèse 2013-14 à Lorient, il débarque en bord de Garonne à la fin du mois de juin dernier. Le compte est bon.

Un seul but, marquer

Un but sur les cinq dernières rencontres – encore un coup franc (Gradel, à Strasbourg). Le chat est maigre. Depuis que le Toulouse FC est entré dans sa «vilaine» spirale – que l'on peut dater de sa déroute nantaise (20 octobre ; 0-4, 10eJ), ce n'est pas sorcier : il est devenu muet. Ou quasi, donc. Au point d'être la 18e pire force de frappe du championnat. Autrement chiffré : avec 22 buts contre, les Toulousains ont encaissé le double de réalisations qu'ils ont inscrites (11B). Voilà pour le constat, qui fait froid dans le dos. Reste à en trouver les maux et, surtout pour le staff, les remèdes. Les raisons sont toujours plurielles. On peut commencer par avancer les absences qui, une fois n'est pas coutume, ont raison. à savoir d'abord la blessure de Yaya Sanogo, doublure en début de saison de l'avant-centre Aaron Leya Iseka. Un pied qui se plante dans le gazon (après la J10 face à Monaco) et, caricaturalement, c'est toute l'équipe qui se retrouve le nez dans le tapis… Quand Leya savait que Yaya – ce n'est pas que pour la rime – aller le relayer dans la dernière demi-heure, il pouvait jouer les coups à fond. Las.


Solutions pas légion

Deuxième pépin dans le fruit : trois matchs plus tard, à Rennes, c'est l'Espoirs belge qui voit rouge et se retrouve en tribune pour les 3 prochaines journées (ce qui nous amène à un retour la 12e joute en Alsace). Entretemps, Firmin Mubele, utilisé exclusivement axial par Casa, et Corentin Jean, plutôt ailier droit à l'ouverture du bal, alternent – le bon et le moins, sachant qu'ils ont plus un profil de second attaquant que de pur N°9 comme le réclame le schéma de prédilection téféciste du 4-2-3-1.

Question donc, là, de profondeur de banc.


Bottes secrètes, dites deux

Tandis que l'ex-Gunner revient enfin en jeu, de quels leviers dispose Coach Casanova pour retrouver le chemin des filets… «Si notre avant-centre touche moins de ballons, se crée moins d'occasions et, in fine, score moins, c'est que notre souci est avant tout collectif. Il s'agit de retrouver nos séquences, espère l'entraîneur, et nos automatismes du mois d'août.» L'on peut également ajouter la montée aux avant-postes en fin de partie de Christopher Jullien et la recherche de passe décisive sur les dégagements au pied de Baptiste Reynet…


Diakité, première à 17 ans ?

Le forfait de dernière minute d'Issiaga Sylla (épanchement synovie genou gauche) risque d'entraîner un nouveau baptême du feu au sein de la défense du TFC : celui de Bafodé Diakité. Ce jeune (17 ans) défenseur qui a signé pro 3 ans fin octobre (cf. La Dépêche du 31/10) devrait s'aligner en charnière tout à l'heure si une ligne à 5 est privilégiée. Poste qu'il a occupé lors du match amical contre la Real Sociedad à Tarbes (2-2) à la dernière coupure internationale, le jeudi 15 novembre.
 

Christopher Jullien, défenseur du TFC : «On est chez nous !»

La défaite au Parc est encourageante, non ?

On en a ramené des certitudes, c'est vrai.

Et cela nous accompagna toute la semaine pendant les séances. Mais on a récolté zéro point : on nourrit des regrets ; après, on est des pros, nous nous devons d'avancer.

Vous parlez de garanties – défensives on imagine…

La défense à 5 nous a aidés. D'un autre côté, quand tu débarques à Paris, tu sais que tu vas beaucoup subir. Donc tu es obligé de te mettre en condition. D'avoir une sur-concentration parce que tu vas être dominé. Bon, on ne rencontre pas le PSG tous les week-ends…

C'est-à-dire ?

C'est-à-dire que notre projet de jeu repose sur la possession du ballon.

On y revient : personnellement, qu'est-ce que ça change pour vous d'évoluer avec 3 axiaux ?

Pas grand-chose, au fond. Si ce n'est que le coach veut que je dirige toute la ligne. Qu'on parle pas mal. Puis j'ai évolué axial droit pour que Kelvin (Amian) puisse être vraiment central, il y est apparemment un peu plus à l'aise.

Alain Casanova, justement, que vous apporte-t-il ?

Tactiquement, il veut sans cesse que nous nous améliorions. Moi ça me va nickel. J'aime me lever chaque matin en me disant que je vais apprendre des trucs. Savoir qu'on va progresser, c'est cool, ça me donne la banane.

Comment jugez-vous votre première partie de saison ?

Collectivement, je pense que nous n'occupons pas la place que nous devrions. On a accusé un coup de moins bien. En somme, on a débuté par des hauts puis continué par un gros bas duquel il faut sortir.

Et individuellement ?

Mitigé. Je sais qu'il y a deux-trois matchs où je suis passé au travers.

Quels enseignements en tirez-vous ?

ça arrive, cela me fera grandir. Je garde confiance en moi.

Un mot, encore, sur votre positionnement d'avant-centre sur les dernières minutes.

C'est lorsqu'on est menés. Je l'ai signalé tout à l'heure : on aime avoir le contrôle et on n'abuse ainsi pas de longs ballons. Or, dans un tel contexte, l'équipe a nécessité de porter le danger très vite. On essaye d'utiliser ma taille.

Pour remiser ou marquer ?

Les deux. Même si mon job est d'abord défendre.

êtes-vous superstitieux ?

Pourquoi ?

Parce que Toulouse, depuis la remontée de Dijon, n'a jamais battu le DFCO au Stadium (0-0 et 0-1).

Exact. Sauf que l'an dernier je n'ai pas joué la rencontre (pas dans le groupe). Je suis invaincu… Ne vous inquiétez pas : on sera prêts.

…à prendre le taureau par les cornes ?

Absolument. C'est le mot d'ordre. Sans partir à l'abordage, il va falloir mettre les ingrédients. On est chez nous !


Bostock bloqué dans les starting-blocks

Il avait été l'un des frissons du mercato toulousain, en plein cœur de l'été. Débarqué le 5 juillet avec un contrat de 3 ans, John Bostock est arrivé à Toulouse les valises pleines de promesses. L'affaire sentait le bon coup d'Alain Casanova, qui avait entraîné le Trinidadien de 26 ans au RC Lens lors de la saison 2016-2017, au bout de laquelle il est élu meilleur joueur de Ligue 2.

Et à l'intersaison, le technicien compte bien faire de l'ex-Sang et Or un titulaire en violet. Il installe John Bostock dans son trident du milieu de terrain, aux côtés de Manu Garcia et d'Ibrahim Sangaré, où le gaucher doit amener son impact physique et sa qualité technique balle au pied. Mais après un bon début de saison, la dynamique téféciste s'étiole, et le statut de John Bostock change.


Aucune titularisation depuis deux mois

Le numéro 15 toulousain n'a plus démarré une rencontre comme titulaire depuis le 30 septembre, et un match nul à Rennes (1-1, 8eJ). La faute, en partie, à des pépins physiques (bassin, adducteurs) qui lui font manquer les matchs de Nice et de Nantes en octobre.

Une période qui correspond avec le début de la sinistrose pour Toulouse. Après le 0-4 encaissé à La Beaujoire, Casanova change ses plans, et développe un jeu beaucoup moins basé sur la possession du ballon, cherchant d'abord à assurer la solidité de l'équipe. «Sur le plan du jeu, nous avons un peu perdu de notre fluidité. John a besoin que l'équipe ait le ballon, d'avoir un collectif bien huilé autour de lui. À partir du moment où on a concédé une ou deux défaites, notre collectif a été un peu moins fort, et lui apparaît moins», expliquait Alain Casanova il y a quelques jours.

Un changement de système fatal pour John Bostock, dont le bilan statistique ne plaide pas non plus en sa faveur. Sur les 10 matchs qu'il a disputés (685 mi-nutes), le Trinidadien n'a ni trouvé le chemin des filets, ni délivré la moindre passe décisive.

Mais celui qui connaît cette saison son douzième club s'est aussi construit mentalement au cours des longues périodes de prêts qu'il a connu dans sa carrière. «John aura la possibilité de revenir rapidement, et de démontrer son potentiel», assure Casanova. Pourvu, alors, que le Tef retrouve son football.

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES