Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Le TFC a renoué avec la victoire sur la pelouse de Reims, hier soir, au terme d'un match tendu. Les Violets ont su concrétiser une bonne première période, et ne pas craquer en seconde. Ils respirent mieux.

Enfin ! L'éternité s'est achevée hier soir, à Reims. Elle aura duré près de trois mois, pendant lesquels le TFC a couru après la victoire. Et il aura surtout fallu surmonter 97 minutes intenses sur la pelouse d'Auguste-Delaune pour glâner ces trois nouveaux points. Attendre un ultime centre dans la boîte, du gardien Edouard Mendy venu amener le surnombre, pour que les Violets exultent enfin.


Le 3-4-3 triomphant

Edouard Mendy, symbole de cette équipe rémoise, troisième meilleure défense du championnat, et détenteur du record de clean sheet en France (9). C'est paradoxalement contre ce groupe-là que le Tef aura retrouvé la clé, et il faut avant tout saluer le plan d'Alain Casanova. Sans Christopher Jullien resté à Toulouse, le technicien dégaine un 3-4-1-2, avec Mbia dans l'axe de la défense, le jeune Diakité en piston pour sa première, et Gradel en meneur de jeu. Le Tef ne répète pas l'erreur de dimanche face à Dijon et entre bien dans le match, même si c'est Reims qui se crée la première grosse occasion avec un centre d'Oudin qu'Engels ne parvient pas à pousser dans le but vide (18). Toulouse égalise au tableau des ratés avec Corentin Jean, qui manque son face à face avec Mendy après une passe plein axe manquée d'Engels (30).

Les Violets convertissent leur première période appliquée grâce à Sylla, à la conclusion d'une belle action au point de penalty (45+1). Comme Diakité à droite, le buteur toulousain du soir aura su assurer ce rôle de piston, avec plusieurs situations dangereuses à son actif. Piqués au vif, les Rémois reviennent de la pause remontés, et poussent devant leur kop. Durmaz et Romao donnent le ton du second acte en récoltant deux jaunes d'entrée (46,47), et preuve de l'emprise que prennent les rémois sur le match, les corners s'enchaînent. Les Garonnais commettent quelques erreurs techniques, et permettent à leurs hôtes d'ajuster la mire. Sur un centre de Foket, Chavarria décoche une tête et oblige Mauro Goicoechea à sortir l'horizontale pour repousser le danger (56). Le gardien uruguayen, première titularisation de la saison en l'absence de Reynet suspendu (il sera de retour pour le prochain match à Caen), est le grand artisan de la victoire hier, permettant ses coéquipiers de rester à flot face aux assauts rémois.


Pluie de jaunes sur Delaune

Quelques secondes après avoir sorti celle de Chavarria, il voit la tête décroisée d'Abdelhamid échouer sur son poteau, et la défense toulousaine commence à grincer.

Casanova lance Cahuzac pour densifier l'entrejeu (60), et le combat se durcit. Une pluie de cartons s'abat sur Delaune (dix en tout en même temps que les huées de ses supporters), jusqu'au rouge de Manu Garcia récolté en toute fin de match. La partie se termine dans une atmosphère électrique mais les Toulousains tiennent le résultat. Trois points acquis avec une grande force de caractère, et surtout, avec un réalisme qui avait fait défaut ces derniers temps.


Le chiffre : 4

buts encaissés > à Auguste-Delaune. Issiaga Sylla est venu marquer le 4e but encaissé par Reims cette saison sur sa pelouse. Seuls Angers, Montpellier et Guingamp y étaient parvenus.


Alain Casanova :

«Comme toutes les victoires, ces trois points nous font du bien. Le mérite en revient aux joueurs, qui ont encore une fois prouvé leurs vertus mentales. Je savais que ça n'allait pas être facile, mais je m'attendais à ce que l'équipe de Reims change peu par rapport à celle qui a affronté Marseille ce week-end. On pouvait donc être un peu supérieurs sur le plan de la fraîcheur. Il fallait surtout ne pas prendre de buts.

On avait un dispositif avec ballon, et un autre quand on ne l'avait pas. On avait un plan de jeu pour leur poser des problèmes dans certaines zones. Mais eux nous ont aussi embêtés, notamment avec Cafaro qui est venu entre les lignes, et quand Doumbia est passé à gauche. On a connu un début de deuxième période difficile, jusqu'à la rentrée de Cahuzac. Mais je trouve que globalement, à part sur certaines situations dans le jeu aérien et sur les coups de pied arrêtés nous n'avons pas été trop mis en difficulté. Mauro Goicoechea a également fait un excellent match. Chaque fois qu'il a été amené à jouer il a toujours répondu présent. C'est un garçon avec une très bonne mentalité et une grande qualité, très bon sur sa ligne, dans les un contre un, et avec une bonne lecture du jeu. Après il y a beaucoup à redire sur notre deuxième mi-temps, on doit mieux ressortir les ballons, aller au bout de nos actions, et les breaker, leur mettre ce deuxième but pour tuer le match.»

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES