Menu

Fil de navigation

Recherche

VINCENT VILLA pour L'Equipe

 

Ligue1

Il n’y a pas seulement son joli retourné, réussi le 2 décembre face à Dijon (2-2, 15e journée.), qui soit renversant. À l’échelle toulousaine, ses statistiques de la première moitié de saison le sont tout autant : avec huit buts et quatre passes décisives en Championnat, Max-Alain Gradel fait preuve d’un engagement maximal dans les dix-sept réalisations du TFC.

 

En étant impliqué dans 12 des 17 buts de Toulouse (70,6 %), l’international ivoirien est même le joueur de Ligue 1 le plus déterminant pour son équipe. Certes, quatre penalties nourrissent sa réussite offensive, mais les transformer est un talent (*), que même Mike Maignan, le gardien lillois, spécialiste de ce genre de duel, n’a pas su contrer juste avant la trêve. En réussissant deux coups de pied de réparation à Lille (1-2, le 22 décembre), où il a provoqué un penalty pour la seconde fois de la saison, l’ancien Stéphanois (31 ans) a confirmé son omniprésence, voire son omnipotence.

Car le meilleur passeur et buteur des Violets est champion toutes catégories dans son équipe : il est celui qui tire le plus au but (62), délivre le plus de centres (97), tente le plus de dribbles (5 par match), provoque le plus de fautes (41) et accumule le plus de temps de jeu (1 620 minutes) en Championnat. En s’occupant de tout, ou presque, en attaque, il assume le leadership offensif, doublé de celui, plus général, porté par son brassard. « L’apport de ‘‘ Max ’’ est indéniable, opine son coach, Alain Casanova. C’est un très, très grand compétiteur qui tire vraiment le groupe vers le haut et joue son rôle de capitaine de manière absolue. Il est très exigeant avec lui-même et avec tout le monde, toujours pour le bien de l’équipe. Ce n’est pas un joueur qui fanfaronne. Il se met en avant par l’entraînement, par le match. C’est un Robocop ! Il s’entraîne comme une bête, il a une super mentalité. C’est un vrai leader par l’exemple. »

Mais Gradel, présent à Toulouse depuis l’été 2017, est un général en manque de colonels. Si Leya Iseka (3 buts) et Dossevi (2 buts) le poursuivent au classement des artificiers locaux, Mubele, Sanogo et Jean, zéro but à eux trois, n’ont toujours pas secoué leurs statistiques. « Dans le même temps, il va falloir que d’autres joueurs prennent le relais et deviennent à leur tour décisifs, à l’image des attaquants, poursuit l’entraîneur des Violets. Sur la seconde partie de saison, j’attends beaucoup plus de nos autres joueurs offensifs. On peut expliquer leur réalisme insuffisant pour différentes raisons, mais on garde une grande confiance en eux. Yaya Sanogo a longtemps été blessé, Aaron Leya Iseka est un jeune joueur, qui va exploser à un moment ou un autre, j’en suis sûr. Il y a Mubele, aussi, sur qui je compte. » Les autres doivent prendre du grade, derrière Gradel.

(*) Cette saison, Gradel n'a raté qu'un seul penalty face à Nîmes (1-0, 3 e journée), avant de réussir le second qu’il a eu à tirer, ce soir-là.

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES