Menu

Fil de navigation

Recherche

Christophe Larcher (avec Valentin Pauluzzi) pour France Football

 

Footballeur

Partis très jeunes de Toulouse l’été dernier, Issa Diop et Alban Lafont ont pour l’instant réussi leur pari en s’imposant à West Ham et à la Fiorentina.

 


Diop, fort comme un Hammer

Issa Diop trône dans la même équipe que la flèche de Manchester City Leroy Sané, l’orfèvre de Tottenham Dele Alli et le dragster de Liverpool Trent Alexander-Arnold… Fin décembre, le sérieux quotidien The Guardian a retenu le Français dans son onze des meilleurs U23 de Premier League avec ce commentaire : « Il démontre une autorité remarquable au sein d’une défense qui n’avait pas paru aussi solide depuis des lustres. » Une sacrée distinction pour un nouveau venu dans la mêlée anglaise. Il faut dire que le natif de Toulouse multiplie les louanges depuis l’automne. L’une est venue de José Mourinho, pourtant chiche en compliments, après la défaite de son MU face à West Ham (1-3) : « Il a été fantastique. C’est un monstre qui domine tous les duels. » Alan Shearer, qui s’y connaît en défenseurs centraux, lui, a tweeté « Very good again » (« Encore très bon ») le 1er décembre, après une sortie impressionnante à Newcastle (3-0).


DÉJÀ DANS LE VISEUR DE MANCHESTER UNITED

Acheté 25 M€ (record du club) l’été dernier, Issa Diop a vécu les deux premiers matches (et défaites) de Premier League sur le banc. Très vite, l’entraîneur Manuel Pellegrini, ancien du Real Madrid et champion d’Angleterre 2014 avec Manchester City, l’a lancé au détriment de l’Italien Angelo Ogbonna. Depuis, le Français ne sort plus de l’équipe et forme une charnière de costauds aux côtés de l’aguerri Paraguayen Fabian Balbuena, autre recrue. Face aux Lukaku, Kane et autres Giroud, le champion d’Europe U19 2016 (avec Kylian Mbappé) affiche son assurance : « Je suis jeune, je ne suis pas fatigué, je veux jouer tous les matches. Ici, tout va plus vite qu’en France, c’est du box to box avec des attaquants et des ailiers sacrément athlétiques. » Le 12 janvier, lors de la victoire des Hammers (1-0), il a de nouveau épaté les observateurs face à la doublette d’Arsenal Aubameyang-Lacazette. De l’envergure (1,94 m), de l’impact (92 kg) et de l’à-propos, une prestation de taulier qui a accrédité l’information du Daily Mail concernant l’intérêt de Manchester United, à hauteur de 68 M€. De plus, l’arbitrage à l’anglaise, moins punitif, convient parfaitement à un gaillard de vingt-deux ans qui accumulait trop de cartons jaunes en France.

L’avis de Pascal Dupraz, consultant Canal+, entraîneur d’Issa Diop à Toulouse (mars 2016-février 2018) : « Je ne suis pas surpris par les bonnes performances d’Issa en Premier League. Déjà, en Ligue 1, pendant trois saisons (85 matches), il avait démontré son gros potentiel. C’est un garçon extrêmement bien structuré, avec des valeurs familiales, un respect profond de son club formateur. Il sait ce qu’il veut, il accepte les conseils comme un moyen de s’améliorer, pas comme une critique. Cette maturité m’avait poussé à le nommer capitaine, à vingt ans. Avec West Ham, il est présent dans l’engagement physique, ce n’était déjà pas son défaut à Toulouse. Il s’est amélioré dans le jeu sous pression, mais doit encore affiner sa relance. Il est très à l’aise dans la lecture du jeu et dans la distance d’intervention. Il ne se précipite pas, ne prend pas de risques balle au pied, c’est une preuve d’intelligence. Il a choisi le bon club pour avancer dans la carrière, auprès de (Manuel) Pellegrini qui a beaucoup d’expérience. Issa possède une autorité naturelle, un charisme qui ne s’improvise pas. Mais il ne brûle pas les étapes, il va devenir un top joueur, il évoluera bientôt dans l’un des cinq grands clubs anglais. »


Lafont, le Florentin qui promet

Gonzalo Higuain marque des valises de buts depuis son enfance. Le 22 décembre dernier, le bref attaquant du Milan AC n’a pas trouvé l’ouverture face un Alban Lafont en alerte et bondissant, également décisif face aux frappes de Suso et de Rodriguez. La Fiorentina s’est imposée à San Siro (1-0) et l’ex-portier de Toulouse, acheté 8,5 M€, a affermi sa réputation en Serie A. Dans un pays qui a enfanté Dino Zoff, champion du monde à quarante ans, et Gigi Buffon, il surprend de semaine en semaine dans un rôle de titulaire sans concurrent dans la cage de la Viola, au même âge (20 ans depuis une semaine) que le surdoué Milanais Gianluigi Donnarumma. L’ancien Pitchoun (98 matches de L1) reçoit la récompense de son choix estival, quand son refus de jouer les doublures l’a conduit à repousser les approches d’Arsenal et d’Everton. Lancé en pros à seize ans et dix mois, il n’avait aucun désir de s’asseoir sur un banc.


UN GRAND EN DEVENIR

À l’image de son équipe, la plus juvénile des cinq grands Championnats, Alban Lafont ne réalise pas que des prestations sans taches. Placement parfois incertain, manque de justesse technique, abattage insuffisant, la Gazzetta dello sport le situe en bas de son classement des gardiens de but de Serie A, mais les commentateurs insistent sur son application et son fort potentiel. Ainsi Giovanni Galli, portier du grand Milan vainqueur de la C1 en 1989 et 1990, cité par le Corriere dello sport : « Il réussit des matches convaincants et commet aussi des erreurs. C’est normal pour un gardien de cet âge, sinon il serait un vrai monstre. Il a une structure athlétique et des caractéristiques uniques. Il doit améliorer sa lecture du jeu et mieux diriger sa défense. Cela viendra avec l’expérience. » L’ancien international insiste sur la nécessité de renforcer la musculature de ses jambes. Ancien grand portier de la Fiorentina, Francesco Toldo, lui aussi, plaide pour la patience : « Lafont possède un physique incroyable. S’il travaille beaucoup, il peut devenir un grand à son poste. L’important est que ses erreurs ne le conditionnent pas. J’aime les gardiens qui osent, et tant pis s’ils se trouent. » L’intéressé, pour sa part, s’est fixé un objectif, presque un rêve : stopper un penalty de Cristiano Ronaldo. Le déplacement à Turin est fixé au 21 avril.

L’avis de Pascal Dupraz, entraîneur d’Alban Lafont à Toulouse (mars 2016-février 2018) : « Le fait qu’il soit titulaire à la Fiorentina à vingt ans à peine veut tout dire ! Déjà, cela prouve qu’il ne s’est pas trompé dans son choix de carrière. Après trois saisons pleines au TFC, pour poursuivre sa progression, il ne pouvait pas devenir doublure. Il symbolise cette jeunesse dépourvue de doute, ça lui glisse dessus. Il est aussi l’un des porte-drapeaux de la formation toulousaine qui est basée sur un accompagnement humain de qualité, sur le sentiment d’appartenance. Il doit beaucoup à André Biancarelli, mon adjoint au TFC, excellent coach de gardiens. Alban a un caractère assez réservé, il est moins leader dans l’âme qu’Issa. Il a aussi plus de progrès à réaliser. En particulier dans le commandement de sa défense et dans sa capacité à la soulager en allant chercher les ballons plus loin de sa ligne de but. Il doit devenir le vrai patron de sa défense. À force d’aligner les matches en Italie, il va le devenir. »

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES