Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Coupe France

Samedi en début de soirée, après être passé dans la douleur chez les Val-d'Oisiens de l'Entente SSG (N1/1-0), le coach du FC Nantes Vahid Halilhodzic a annoncé la couleur : éliminer le Toulouse FC. Et sur le papier, ses Canaris peuvent être… sereins, eux qui avaient laminé les Violets en Loire-Atlantique au match aller de L1 en date du 20 octobre (4-0, 10eJ). Avec un triplé de Sala : intérieur du pied, reprise de près, tête smashée. Alors que le partenaire du goleador argentin, le virevoltant milieu Boschilia, s'était entre-temps invité à la fête dans un stade où le technicien bosnien vivait son baptême du feu.

 

Emporté par les déferlantes jaunes. Touché, coulé le TFC ! Dans les mêmes proportions qu'au Vélodrome lors de l'ouverture du bal. «Cette claque, un truc de ouf» va déplorer dans les couloirs de Louis-Fonteneau Mbia, noyé au milieu du terrain. «Notre prestation n'est pas digne d'une équipe de Ligue 1» lâchera pour sa part le capitaine Max Gradel. «Lundi, on va se faire tout-petit et remettre l'ouvrage sur le métier» avait embrayé l'entraîneur Alain Casanova.

Après Nantes au cœur de l'automne ; Monaco en plein hiver, avant-hier. Décidément, ce TFC a le chic si on peut dire pour relancer les formations moribondes. A l'époque, le FCN était englué à la 19e place depuis trois week-ends. Depuis, les Canaris se sont fait un nid, naturellement, un peu plus douillet : 2 points et une place derrière le Tef mais avec un match en retard (celui de la journée présente, à Caen, qui sera disputée dans une semaine, le 13 février). Cependant que l'ASM, remuons une dernière fois le couteau dans la plaie, a attendu samedi et la visite des Toulousains pour signer son premier succès de la saison à Louis-II en championnat.

Pour terminer, rappelons l'anecdote gouleyante si elle en est : avant le coup d'envoi de FCN-TFC, «Coach Vahid» avait promis d'offrir à ses joueurs, en cas de victoire, du champagne Dom Pérignon rosé !


Nantes marqué à vie par la disparition d'Emiliano Sala

La Coupe, justement : ça tombe bien, Alain Casanova et ses protégés l'ont aussi érigée au rang de priorité. «Beaucoup de frustration encore», avait évoqué à l'aune du premier tour l'Auvergnat 10 ans après la fameuse désillusion en demi-finale. «J'ai toujours en travers de la gorge notre élimination à la maison, face à l'EA Guingamp (L2/1-2), lors de ma première saison en tant que numéro un, répète-t-il à l'envi. Tout le monde nous envoyait déjà, logiquement, en finale au Stade de France pour y défier Rennes (qui s'inclinera également 1-2, ndlr)…»

Le TFC avale le biniou, avions-nous titré le lendemain, jeudi 23 avril 2009. Alors oui, vous allez dire qu'on s'emballe car, là, il ne s'agit que d'un huitième à Nantes demain. Or, historiquement parlant (voir ci-dessous), généralement lorsque le Toulouse Football-Club franchit l'obstacle des 8es il a de fortes chances d'atteindre le dernier carré. Plus précisément, statistiquement, il se qualifie pour les demies 7 fois sur 10. Ou encore, dans le détail, cela donne – sur 10 fois où il a passé le cut des huitièmes : une victoire (1957, évidemment), 6 demi-finales, 3 quarts.

Avant le TFC-EAG de 2009, il y eut le TFC-Laval de 1993 en quarts de finale. Déjà sur l'île du Ramier, encore face à une deuxième division, toujours un camouflet à l'arrivée : défaite 0-1 avec, dans la cage téféciste, un certain Alain Casanova. Les Garonnais où évoluaient notamment Debu, Arribagé, Delpech et Bancarel, sont cueillis à froid dès la 4e minute par un but de Bonora. Triste mercredi 19 mai que la bande à Casa aimerait bien balayer d'un bon coup de balai.

Pour cela, il faudra donc passer par Nantes, meurtri dans sa chair et marqué à vie par la disparition en mer au large des plages du Cotentin d'Emiliano Sala le 21 janvier alors qu'il ralliait en avion privé son nouveau club de Cardiff (les recherches repris hier matin avec deux bateaux et un puissant sonar ont permis de retrouver l'épave). Demain, ce sera le 3e match depuis, le second à La Beaujoire après le bouleversant hommage contre Saint-étienne. «Le groupe recommence un peu à vivre» a avoué samedi Vahid Halilhodzic.


Reçu 10 fois sur 24 en 8es

Depuis la création du club en 1937, d'après nos recherches, Toulouse a atteint les huitièmes de finale à 24 reprises. Il s'en est sorti 10 fois. Pour : chuter au tour suivant 3 années (1955, 1959, 1993), s'arrêter en demies 6 éditions (1941, 1942, 1945, 1966, 1985, 2009), remporter le trophée en 1957 face à Angers à Colombes sur le score de 6-3 – qui reste à ce jour parmi les 101 éditions disputées la finale la plus prolifique de l'histoire.

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES