Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère et Lucas Serdic pour La Dépêche du Midi

 

Coupe France

Face à des Nantais rigoureux et réalistes, un TFC remanié en raison des blessures et de l'état de forme de certains joueurs cadres n'a pas réussi à se montrer dangereux.

Celle-là, ils ne la ramèneront pas à la maison. À Nantes, les Toulousains ont vu les Canaris s'envoler vers les quarts de finale de la Coupe de France, et leur dernier espoir de gagner un titre cette saison s'envoler tout court. Une défaite 2-0 qui met fin à un parcours jusque-là encourageant, avec deux victoires contre des équipes de Ligue 1, Nice et Reims, tombées au Stadium. Mais mardi, contrairement aux deux tours précédents, les Violets se sont montrés incapables d'emballer la rencontre, d'apporter ce supplément d'âme qui aurait pu leur permettre de gravir un échelon supplémentaire. Ce quelque chose qui permet souvent de faire la différence en Coupe de France.


Nantes trop solide

«Nantes est une équipe solide, avec des joueurs puissants. Ils nous ont posé des problèmes à l'intérieur du jeu et nous ont fait mal sur les phases de transition.» Voilà pour les explications d'Alain Casanova concernant l'impuissance des Violets sur le terrain. Au vrai, Nantes s'est contenté de contenir, sans trop de problèmes, une équipe toulousaine sonnée par un but dès la 9e minute de jeu, sur un coup de pied arrêté (coup franc de Lima repris de la tête par Coulibaly). «On était venus jouer notre chance à fond, mais on a payé cash nos erreurs défensives, d'entrée. Ensuite, ça a été dur face à un gros bloc nantais», regrette Yannick Cahuzac. Trop timides, les Violets ne sont pas parvenus à déstabiliser des Canaris très cohérents dans leur organisation. Une solidité jaune aussi illustrée par la récupération de Girotto dans les pieds d'El Mokeddem, plein axe, qui a amené le deuxième but signé Limbombe au pire moment, juste avant la pause. Le match était plié. Malgré des prises de risques en fin de partie, et quelques occasions, dont ce duel entre Sanogo et Tatarusanu remporté par le roumain à la 62e minute, Toulouse n'a jamais semblé en mesure de renverser Nantes, qui a eu de nombreuses occasions d'enterrer le suspens en contre.


Plus le choix

Un mois après avoir battu Nice pour son entrée en lice, le Tef quitte la piste à la Beaujoire. Entre les deux, il y aura eu six autres rencontres ; un rythme effréné, qui a fini par avoir raison des corps. Amian, Moubandjé, Sangaré et Jullien blessés, Manu Garcia, Dossevi, Gradel, ménagés et sur le banc à Nantes. Contrairement à un Vahid Halilhodzic qui avait décidé d'aligner, à peu de chose près, son XI type, Alain Casanova avait, par choix et contrainte, fait tourner. «Le coach avait fait des choix, en voulant mettre de la fraîcheur. Il ne faut pas se chercher d'excuses, nous étions tous à 100 %.» Si Yannick Cahuzac assume ses responsabilités, l'élimination toulousaine amène le constat suivant : le TFC n'avait pas les moyens, à ce moment de la saison, de jouer sur deux tableaux en même temps. Max-Alain Gradel, qui a disputé tous les matchs en intégralité depuis le début de saison (excepté face à Lyon le 16 janvier, suspendu), avait, selon le staff, besoin de souffler, tout comme Dossevi, l'un des meilleurs Toulousains depuis la reprise début janvier.

De choix, il n'en reste désormais plus beaucoup pour le Tef. Éliminés des deux coupes, les Violets n'ont plus qu'à se concentrer sur le championnat. «On va prendre match après match, et essayer d'engranger les victoires. La priorité, c'est d'assurer le maintien au plus vite», estime Yannick Cahuzac. Ils sont déjà loin, les derniers espoirs de titre.


Les affiches des quarts

Dans la foulée du match entre Rennes et Lille remporté par les Bretons hier soir, le tirage du tour suivant a été exécuté au Roazhon Park. Les Nantais, tombeurs du TFC, se déplaceront sur le terrain du petit poucet, Vitré, qui s'est qualifié face à Lyon Duchère hier. Deux rencontres entre équipes de Ligue 1 seront au programme, avec PSG-Dijon, et Caen qui se déplacera sur la pelouse du vainqueur entre Guingamp et Lyon, ce soir.

Le tirage :

Vitré (N2) – Nantes

Paris-SG – Dijon

Rennes – Orléans (L2)

Guingamp ou Lyon – Caen

Les matchs se joueront les mardi 26 et mercredi 27 février prochains.

Le match entre Bordeaux et le TFC décalé au dimanche 17 février à cause de la manifestation des Gilets jaunes

Initialement prévu à Bordeaux le samedi 16 février, le "derby de la Garonne" entre les Girondins de Bordeaux et le Toulouse Football Club, se jouera finalement le lendemain, dimanche 17 février, à la demande de la préfecture de Gironde.

Il s’agit d’un énième match reporté en raison des perturbations et des mobilisations des forces de l’ordre dans le cadre du mouvement des Gilets Jaunes. Le match entre Bordeaux et Toulouse, devenu le "derby de la Garonne", comptant pour la 25e journée de Ligue 1, a été reporté ce jeudi, a annoncé la LFP (Ligue de football professionnel).

Initialement programmé le samedi 16 février à 20 heures, il aura finalement lieu le lendemain, dimanche 17 février, à 15 heures, à la demande de la préfecture de la Gironde, qui préfère disposer de ses forces de l’ordre lors d’un éventuel acte XIV en fin de semaine prochaine.

Bordeaux, au même titre que Toulouse, fait partie des villes où la contestation des Gilets Jaunes est la plus forte depuis le début du mouvement le 17 novembre dernier. Les manifestations chaque samedi n’y ont jamais cessé.

 

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES