Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Une date mémorable, dimanche 22 mars 2009 ; un score sans appel, 4-1. Qui reste, à égalité avec le 12 mai 1990, le plus gros succès du Capitole sur la Capitale. Quels Violets étaient sur le pré et que font-ils aujourd'hui ? Suivez le guide…

 


CARRASSO.

-Étoile d'or 2008-2009 France Football (meilleur gardien), l'ex-portier de l'OM sort face au PSG un match qui résume sa saison : talentueuse (devant Hoarau, 10e et Rothen, 51e) et chanceuse (une barre contre).

Depuis novembre dernier, Cédric (37 ans) est consultant sur Eurosport pour la Coupe de France.


CONGRÉ

-Toujours en activité à Montpellier, le défenseur livre une copie à la Congré : nette et sans bavure.

Son contrat arrivait à terme, Daniel (33 ans) a prolongé fin janvier son bail avec La Paillade.


CETTO.

-Le patron plus que jamais, Mauro. Qui ne laissera passer aucun Parisien. Un brassard porté à merveille.

Directeur sportif de Rosario Central (ARG), le club de ses débuts où le libero âgé de 36 ans était retourné une fois les crampons remisés été 2017, a été remercié tout récemment : mardi 19 mars.


FOFANA.

-Son alter ego de la charnière, sangsue au marquage du 9 adverse. Ce jour-là, Hoarau n'aura pas existé devant Mohamed dit Momo (34 ans).

Après avoir continué sa carrière à Reims puis Lens (L2), le stoppeur malien est revenu en Champagne cette saison, à l'arrêt de sa carrière, pour occuper le poste d'entraîneur-adjointauprès de la réserve stadiste en N2.


M'BENGUE

-Son tonus était à son comble : dédoublements, débordements, etc. Avec, cerise sur le gâteau, un caviar de Cheikh pour Dédé Gignac (2e but).

âgé de 30 ans, l'arrière gauche sénégalais a émigré en Chine, au Shenzhen FC, en date du 9 février passé.


CAPOUE.

-Celui qu'on surnommait la Pieuvre, exerce toujours ses talents, outre-Manche, à Watford depuis 2015-2016. Contre Paris, c'est lui qui met Braaten sur orbite pour le 4-1.

Il y a un an pile, étienne (30 ans) a signé une prolongation chez les Hornets jusqu'en 2022.


BRAATEN.

-On vient d'en parler, du Koala. Attaquant fantasque par excellence, comprendre déroutant, le Norvégien d'origine nigériane inscrit vs Paris-SG son unique but en championnat de la saison. Il signe en 2013 à Copenhague puis rentre au pays – à Brann, jusqu'à cet hiver.

Il y a un mois, à 36 ans, «avec envie, santé et amour du jeu», Daniel s'est engagé à Stabaek (D1 NOR) pour ce qui ressemble à un dernier challenge.


SISSOKO.

-Entré pour le temps additionnel lundi avec les Bleus face à l'Islande (4-0), le milieu de terrain box to box continue son bonhomme de chemin en Premier League. Plus précisément à Tottenham. Sinon, il y a dix ans, en dehors du but du K.-O. il avait fait étalage de toute sa puissance.

Moussa (29 ans) est lié aux Spurs deux saisons encore.


DIDOT.

-De mémoire téféciste, l'autre étienne accomplit ce dimanche-là une de ses prestations les plus abouties sous les couleurs violettes. Matérialisées par deux offrandes.

Vendredi dernier, le chef d'orchestre (35 ans) qui fait désormais les beaux jours de Guingamp, a annoncé raccrocher à la fin du mois de mai.

Remplacé par Mathieu BERSON : le Nantais champion de France 2001 a coupé avec le monde du foot en 2013 après une expérience à Vannes en National. Il est revenu vivre à Nantes où il profite de la famille.


BERGOUGNOUX.

-Voir ci-dessous.

Remplacé par PAULO CESAR : depuis deux ans, le Brésilien s'occupe du Futsal Paulista, club basé à Clichy qui évolue au niveau régional.


GIGNAC.

-D'un plat du pied sécurité, le canonnier de la Garonne inscrit sa 18e réalisation.

Lié aux Tigres de Monterrey jusqu'en 2021, André-Pierre (33 ans) vient de dépasser le cap des 100 buts avec son équipe mexicaine.

Remplacé par Xavier PENTECÔTE : parti à Nice en août 2011 où il dut stopper le football quatre ans plus tard à la suite de blessures en cascade, la doublure de Dédé a racheté cet été avec son épouse un hôtel-brasserie à Biarritz, place Sainte-Eugénie. Le couple est propriétaire-gérant de l'Hôtel de l'O-céan et du Café de la Place.

 

 

Bergougnoux : «Mon but, on l'avait prémédité»

Témoignage. En feu ce soir-là, le milieu offensif est l'auteur de l'ouverture du score. Pour La Dépêche, il ouvre la boîte à souvenirs de l'Indre-et-Loire à la Haute-Savoie. Du terrain au banc. Fin de carrière à Tours, sur une descente en National 1, début d'une nouvelle aventure à Thonon, avec la montée en Régional 1 à l'horizon. Bryan Bergougnoux, aujourd'hui âgé de 36 ans, a vécu un été de changement(s). Il a raccroché les crampons pour se saisir du paperboard. Entraîneur de l'équipe du Thonon-évian FC Grand-Genève (ex-ETG), l'ancien Toulousain entre 2005 et 2009 est en train de passer ses diplômes – à commencer par le BEF (Brevet d'entraîneur de football, sésame jusqu'au niveau régional). Bien occupé le Lyonnais de naissance, mais, sollicité, il ne se fait pas prier pour se replonger, avec avidité, dans cette fameuse soirée enivrée du printemps 2009…

On ne s'en lasse pas : racontez-nous une énième fois votre but…

Je m'en rappelle parfaitement. Il arrive très tôt dans la partie (6e) et, surtout, il ne doit rien au hasard : c'est une phase de jeu qu'avait identifiée Casa(nova). On l'avait prémédité, en quelque sorte : le coach nous avait montré que Ceara – le latéral droit –n'était pas toujours attentif sur les coups francs. Qu'il dormait un petit peu, on va dire… Toute l'équipe a respecté les consignes, partant à l'opposé. Puis étienne (Didot) joue bien le coup en faisant semblant de replacer le ballon : il m'envoie une «galette». Je contrôle exter et je me retrouve tout seul à l'angle gauche de la surface, avec du temps ; en plus, Landreau s'avance un peu, ça me facilite la tâche même si, c'est vrai, je termine bien (large sourire).

Rebelote pour le 3-0, juste avant la pause, signé Moussa Sissoko : à nouveau sur phase statique travaillée !

Casa aime les combis, on le sait. C'est à nouveau étienne à la manœuvre, sur corner cette fois (45e) : il sert Moussa en retrait, dans la demi-lune des 16m50. équerre gauche de Landreau. Armand, blessé, était en bord de touche ; Paris défendait à 10.

Un mot sur la célébration de Daniel Braaten, en clôture du récital (4-1, 81e).

On ne l'avait jamais vu faire ça (NDLR : la toupie, finie sur la tête !). Dan était vraiment surprenant. La première fois que j'ai fait chambre avec lui, je le vois encore allongé, sur le dos, mains croisées sur le torse : il faisait la sieste, comme s'il était en train de méditer… Un mec extra qu'on avait découvert lors du bizutage estival (il avait signé fin juin en provenance de Bolton que ralliait en sens inverse Elmander). Il avait choisi Strangers in the Night de Frank Sinatra, s'il vous plaît. Et, sans rigoler, si c'était à«The Voice», il aurait gagné ; il nous avait tous scotchés…

Vous sentiez que vous pouviez surclasser le PSG ?

On était bouillants. Le match passait en prime. On avait à cœur de briller. Vraiment. L'ambiance allait de concert. Toute l'équi-pe était surexcitée. Perso, dans le tunnel, je me remémore avoir dit à Dédé Gignac : « Donne-moi le ballon, je suis chaud ! » On avait littéralement asphyxié les Parisiens. Au milieu, on était impressionnants, on gagnait tous les duels, on ne faisait qu'avancer. On n'était pas défensifs contrairement au procès qu'on a pu nous faire à l'époque : on jouait au ballon, on avait une telle emprise ! Assurément, ce match reste un de mes meilleurs souvenirs au Téfécé.

Et votre plus belle saison à titre personnel…

Cette année-là, le groupe était formidable ; on se chambrait tout le temps. Il y avait une sacrée osmose. On sortait d'une année compliquée (17e en 2007-2008) ; à l'intersaison, on s'était réunis avec le capitaine Mauro (Cetto) et les cadres Pantxi (Sirieix), étienne (Didot) et Jérémy (Mathieu) pour prendre André-Pierre (Gignac) à part qui, pour sa première saison, était resté dans l'ombre de Johan (Elmander). Notre message avait été simple : « On va tous jouer pour toi, libère-toi ! » Je crois que Dédé nous l'a bien rendu, non ?

 


Amian OK, Goicoechea vers un forfait

Alain Casanova n'aura peut-être pas à choisir cette fois… Touché au genou droit mardi (sur un tir qu'il a contré du pied), le gardien uruguayen Mauro Goicoechea, titularisé les deux derniers matchs, est très incertain selon le staff toulousain. Une décision sera prise au dernier moment, mais l'intéressé n'a pas pu chausser les gants pour garder la cage depuis.

En revanche, le latéral droit Kelvin Amian (alerte ischios droits en Espoirs mardi dernier) postule normalement. Tout comme Steven Moreira (mollet), indisponible avant la trêve.

2019 / 2020

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES