Menu

Fil de navigation

Recherche

Pa. D., Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Du «neuf» avec du vieux. Michel Der Za- karian sait faire. Alors que pendant les trois quarts de la partie, ses deux avant-centres Andy Delort et Gaëtan Laborde n'avaient pas trouvé la faille dans la défense toulousaine, l'entraîneur montpelliérain a dégainé du banc son joker. Troisième ballon à négocier pour Souleymane Camara, 180 secondes après son entrée en jeu, et l'attaquant de 36 ans place une tête victorieuse. Qui vaut 3 points précieux permettant à La Paillade de continuer à rêver de 5e place (européenne si le PSG remporte la Coupe de France le 27 avril, ndlr). «On est 6es, non ?» remarqua après-coup un Delort toujours aussi direct. Oui, à un succès de l'OM même (48 vs 51pts)…

«''Souley'' est comme Vito(rino Hilton, 41 ans) : ils sont tous les deux tout le temps à fond. Ce sont des exemples de ce qu'est le foot de haut-niveau, relève ''MDZ'', sur et en dehors du terrain.»

Camara a donc ruiné les espoirs du Tef tandis qu'à l'autre bout du pré le central brésilien en a muselé les velléités. Il est vrai, bien timorées. On a beau retourner les pages de notre calepin, on ne trouve en tout et pour tout que deux tirs cadrés pour les visiteurs : une tentative de Sangaré dans les bras de Lecomte (53) et… le but (1-1, 67e).

«Nous n'avons pas été assez conquérants et ambitieux sur le plan offensif, dira pour sa part Alain Casanova, notamment en première période.»

Il serait trop facile de «taper» sur Sanogo, esseulé et si peu alimenté ; Durmaz, qui repique souvent intérieur là où son influence est la meilleure ; ou encore Gradel, qui, en revanche c'est définitif, n'aime pas les années impair. Non, il faut comme souvent regarder l'animation dans sa globalité : hier, les remontées de balle téfécistes ne furent pas au niveau. «Montpellier nous a perturbés dans nos ressorties, continue d'analyser ''Casa''. Et, à notre décharge, on n'est pas parvenus à bien utiliser la largeur, le but étant de jouer dans le dos des pistons pour créer une supériorité numérique à l'opposé.»


DER ZAK : «C'est mérité»

Son alter ego confirme : «Notre plan consistait à presser notre adversaire pour pouvoir récupérer en position haute. C'est ce qu'on a fait. De manière consistante. Nous avons dominé notre sujet.»

Résultat : le Schmilblick n'a pas avancé pour le TFC qui, avec certes 10 points d'avance sur la zone rouge, n'est pas encore mathématiquement sauvé. «Il nous en manque dans la besace, assure Alain Casanova. Et notre calendrier est difficile.»

Dès dimanche, c'est Lille qui se pointe au Stadium…


Le chiffre : 7

buts > pour Camara. Contre Toulouse. Quand vous êtes attaquant, il y a des équipes qui vous réussissent. Pour «Souley» Camara, le TFC est de cette trempe-là. En 17 rencontres de L1, avec le MHSC, l'avant-centre a marqué à 7 reprises. Plus délivré 2 passes décisives. Inoxydable, qu'on vous dit !


Ils ont dit…

Alain CASANOVA : «J'ai des regrets car nous avions égalisé – le plus dur. Et je pensais qu'avec les joueurs frais nous pouvions aller chercher la victoire. Mais si défensivement on a tenu la route, devant on s'est montrés par trop insuffisants où la justesse nous aura fait défaut. Globalement, notre première période fut ratée ; je ne pouvais naturellement me satisfaire de l'image donnée. Dossevi ? Il n'avait repris avec nous que mercredi. Même si on connaît son importance dans notre jeu, il lui faut un peu de temps.»

Michel DER ZAKARIAN : «Il n'y a pas de lézard, on savait que ce serait compliqué. On a été bons sur les côtés, surtout à droite. Après, on redoutait leurs coups de pied arrêtés avec leurs ''grandes tiges'', nous avions raison. On est toujours en course ! Il faut qu'on gagne nos trois autres matchs à la maison (Paris-SG, Amiens SC, Nantes) et qu'on fasse des exploits à l'extérieur chez des concurrents directs – devant nous (Saint-étienne et Marseille).»

Andy DELORT : «On a un peu râlé sur l'égalisation parce que je crois que c'est un 6m et ils obtiennent un corner à la place… Sinon, on prouve une fois de plus qu'on a des ressources pour arracher le succès.»

 

Une gauche peu soignée

Reynet (9/20).

- Il a repoussé comme il pouvait deux frappes vicieuses d'Andy Delort (15, 50). Mais a commis une erreur d'appréciation sur celle de Skhiri (55e). Non, elle n'était pas hors-cadre.

Amian Adou (12).

- Même si Oyongo a eu plusieurs possibilités de centres, il a été sérieux défensivement. Mais c'est surtout son jeu offensif qui a été intéressant : il s'est rendu disponible pour offrir des solutions dans la moitié de terrain montpelliéraine, notamment dans l'axe.

Shoji (11).

- Malgré la présence des deux feux follets montpelliérains, Laborde et Delort, il n'a pas eu grand-chose à faire, mais l'a bien fait. Sa capacité d'anticipation lui a permis de ne pas se faire avoir physiquement, et de remporter plusieurs duels.

Jullien (11).

- Précieux dans la couverture lorsque les Montpelliérains, Laborde principalement, trouvaient la faille côté droit. Un exemple sur ce tacle dans la surface pour stopper l'attaquant avant la mi-temps (42). Camara lui est passé devant sur le deuxième but, mais il venait de loin.

Sylla (7).

- Laborde et Aguilar lui ont fait vivre un cauchemar. Deux passes décisives pour le latéral droit du MHSC, qui l'a mystifié avant de délivrer la première à Skhiri (55e).

Sangaré (12).

- Au four et au moulin. Son impact physique a été vital au milieu, et sa capacité à ressortir les ballons a souvent soulagé les Violets. On pense par exemple à cette relance initiée dans sa surface, plein axe, où il a fait admirer son aisance technique (27). Forcément un peu de déchet, inhérent à son style de jeu.

Cahuzac (9).

- Choisi pour densifier le milieu de terrain, il n'a sans doute pas passé le meilleur après-midi de sa vie. Il n'a pas beaucoup vu le cuir, et a tenté de colmater les brèches.

Sidibé (10).

- Un premier but en Ligue 1 à la Sanogo, tout en déséquilibre, qui lui a permis de rester plus longtemps que prévu sur le terrain, et une belle image avec sa célébration dans les bras d'Alain Casanova (67e). Dans ce milieu à 3, il a eu du mal à orienter le jeu vers l'avant, et a peu touché le ballon. Finalement remplacé par Manu Garcia (78), qui n'a pas eu le temps de briller.

Durmaz (10).

- Il s'est rendu disponible, notamment en désertant son couloir droit pour venir au cœur du jeu, où il a réussi à trouver de bons angles de passes, comme une belle ouverture pour Gradel (34). Mais au final, il ne s'est pas montré vraiment dangereux. Remplacé par Dossevi (59), qui revenait de blessure, et n'a rien réussi.

Sanogo (7).

- Il a plus vu le but de Reynet que celui de Lecomte. Muselé par la défense pailladine, il a très peu eu d'occasions pour se retourner. D'occasions tout court, il n'en a pas eu (aucun tir tenté). Remplacé par Leya Iseka (56), qui n'a pas fait mieux.

Gradel (8).

- Un gros combat contre Pedro Mendes sur le côté, qu'il a perdu aux points. A trouvé quelques solutions dans l'axe en début de match, avant de progressivement disparaître.

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES