Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère, R.B., Pa. D pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Il reste un match pour clôturer 2018-2019 qui ne restera pas dans les annales du côté de l'île du Ramier. Si le Téfécé va bien enchaîner un 17e exercice consécutif en L1, les chantiers sont légion pour retrouver de la sérénité. L'entraîneur toulousain en est pleinement conscient. Bilan et perspectives.

Une mi-temps, temps additionnel compris. C'est ce que nous a accordé, hier midi, Alain Casanova. Pour revenir sur une année mouvementée, achevée avant la dernière sortie à Dijon vendredi par une fessée devant Marseille la veille au Stadium (2-5). Oui mais, Caen qui s'est incliné a offert le maintien au Tef. «J'aurais préféré qu'on décide nous-mêmes de notre destinée, déplore l'Auvergnat, on ne saute pas au plafond.» Plus terre à terre, des leçons s'imposent. Premier débriefing avec le technicien haut-garonnais, 57 ans, en contrat jusqu'en 2021.

Finalement, ce TFC-OM est un peu- beaucoup le résumé de votre saison : ça n'aura jamais trop voulu rigoler, non ?

Le score est vraiment très sévère. On peut mener 2-0 sur la barre de Leya (Iseka, 27e) et on est rejoints 1-1 (28e). Après, à 2-2, on a un ballon pour passer devant (toujours Leya, 73e). On s'est créé beaucoup de situations, on en a concédé pas mal aussi face à une équipe pas du tout démobilisée. Elle pose des problèmes car elle attaque à 5, donc ça part très vite. Et leurs un-contre-un sont très dangereux. Ça synthétise un peu notre championnat, c'est vrai, c'est un raccourci : en L1, il faut être efficace défensivement et offensivement.

Le vestiaire devait être morose…

Les garçons étaient très déçus. Je n'ai rien à leur reprocher au niveau de l'état d'esprit, la mentalité. Ils ont tout mis en œuvre pour gagner, offrir devant un adversaire prestigieux une belle victoire au Stadium. Mais l'OM a de la fierté, un orgueil ; tous leurs offensifs avaient envie de faire mal, de combiner.

La force de frappe, parlons-en : 34 buts seulement à J-1. Après la saison post-remontée (31 buts en 2003-2004), il s'agit du plus faible total sous l'ère Sadran. C'est quoi le problème, Docteur ?

Pour faire une année convenable, il faut dépasser les 40 buts. Il nous a manqué de la justesse – même si on peut toujours penser que nous n'avons pas eu de réussite à beaucoup de moments avec énormément de poteaux (14 montants touchés), des gardiens adverses en feu. Nous sommes dans les chiffres, c'est clair, je me répète, qui ne permettent pas de signer un exercice correct.

à vous entendre, la roue n'a pas tourné dans le bon sens ?

C'est un tout. La réussite amène de la confiance et la confiance… de la réussite. Tout est lié. Les offensifs se posent des questions, sont moins spontanés.

L'animation n'est pas à remettre en cause non plus ?

Il y a tellement de matchs où on a été menés, la configuration s'en trouve tourneboulée. Ce n'est pas une question ni de système ni d'animation ; de précision et de qualité de finition, si.

Un des axes forts de travail pour la cellule de recrutement, on suppose…

Cela fait partie de nos réflexions, bien sûr. À partir du moment où on fait des constats et qu'il y a des choses à améliorer, il y aura des décisions prises.

Côté arrière-garde, maintenant : 55 buts. C'est lourd !

On a pris face à Marseille et Lyon un total de 16 buts en 4 journées. Si on les enlève…

Pareil, les transferts devraient s'en ressentir.

Oui.

Surtout si Jullien part…

Je ne vais pas entrer dans les cas particuliers ; aujourd'hui, il n'y a rien d'acté, on vient juste d'assurer notre pérennité avec l'aide des autres en quelque sorte.

Mais le cas Moubandjé est réglé !

François s'en va parce qu'il était en fin de contrat et qu'il n'a pas accepté la prolongation du club. Ce qui est sûr, c'est qu'il y aura un peu de renouvellement. Maintenant, il ne s'agit pas de tout changer ; il faut de la continuité. Remplacer énormément d'éléments n'est pas un gage de réussite ; garder une ossature en apportant une plus-value à certains postes, là est l'important.

Y a-t-il du positif à retirer cette saison ?

Toujours. On apprend. Des joueurs se sont révélés, des jeunes sont apparus, d'autres ont gagné en maturité et constance franchissant un palier.

Quels pensionnaires du Centre sont prêts à faire leurs débuts en L1 ?

Tous ceux qui ont signé un contrat cette année, et ils sont nombreux (7 : B. Diakité, A. Adli, K. Sidibé, Ngoumou, K. Koné, Zobo, Mous. Diarra). S'ils ont signé, c'est qu'on mise concrètement sur eux. Il reste un gros travail à faire, certes. Car ils sont encore en post-formation. L'on sait très bien qu'avec l'équipe finaliste de la Gambardella il faudra être patient. Penser qu'ils vont être des titulaires en puissance rapidement, serait une erreur.

L'exception Diakité…

Bafodé a déjà confirmé qu'il pouvait commencer à jouer en pros, même si lui aussi conserve une grande marge de progression. D'autres vont s'en rapprocher : samedi soir, on avait Manu Koné avec nous. Je pourrais tous les nommer, ils ont chacun des choses intéressantes, du potentiel… Cependant, j'insiste : entre jouer en N3 qui est l'ancienne Division Honneur et en Ligue 1, il y a un fossé énorme. C'est pour ça qu'on va leur donner tous les moyens possibles afin d'y prétendre.

Le Centre de formation va désormais abriter un Groupe élite, c'est ça ?

Tout n'est pas encore positionné mais on va faire certains aménagements, oui.

Pour clore l'exercice, comment qualifieriez-vous la saison 2018-2019 ?

Elle est médiocre. Je m'attendais à mieux, bien que je m'étais imaginé un passage compliqué. Le club sort de quelques années difficiles. Voilà. Ça prend du temps avant de constituer une équipe avec plus de stabilité dans les résultats, de certitudes. Or en foot on en dispose de peu. Après, beaucoup de clubs aimeraient également être à notre place. Et en même temps, quelques résultats auraient pu nous être défavorables, entraînant 2-3 points de moins et une menace sérieuse. Comme l'on pourrait afficher 5-6 unités de plus…

«Plus jamais ça» : que faut-il faire pour que 2019-2020 soit – enfin – calme ?

Redevenir une formation capable de se rapprocher des 50 points. Cela requiert régularité et constance. être plus compétiteurs encore, savoir se sublimer.

Encore un chiffre : 38 points aujourd'hui. Si on en reste là, ce sera après mai dernier le pire total de fin de saison du Téfécé moderne…

Et sur ma période, le plus faible.

Vous êtes-vous senti menacé ?

(blanc) Chaque entraîneur peut être remis en question. Moi, j'ai toujours reçu un soutien indéfectible de la part du président, du club ; u-ne unité et de la confiance autour de ma personne. Je remercie tout le monde. Mais vous savez, je m'interroge rarement sur mon cas personnel. Mon but est que l'équipe avance, progresse ; je me réfugie dans le travail. Souvent, ça finit par payer. Les clubs qui ont pris d'autres virages n'ont pas gagné pour autant : regardez Guingamp qui a changé de coach et descend (Gourvennec pour Kombouaré), Dijon (Dall'Oglio par… Kombouaré) est aussi en difficulté ; Monaco (Jardim-Henry-Jardim) pareil. La stabilité a du bon. Un entraîneur qui ne se sent pas menacé, qui ne risque pas pour son poste, ça n'existe pas. On le sait tous.

Samedi, à votre nom énoncé par le speaker, il y a eu des sifflets dans les travées…

Je peux le comprendre, je le respecte. C'est la loi du sport, tout simplement.

Presque, on a l'impression que par rapport à l'an dernier à la même époque, il n'y a rien de neuf.

Du temps, c'est le maître-mot. L'équipe a acquis une philosophie dans le jeu, elle cherche à jouer, à mettre en place ses principes. évidemment seuls les victoires valident l'investissement.

Faut-il du sang frais cet été ?

C'est obligatoire. Des éléments arrivent en fin de contrat et vont partir, d'autres sont en bout de cycle et veulent voir autre chose. Le club aussi comme on l'a fait dans les années précédentes veut voir certains de ses protégés avoir d'aucunes ambitions : Capoue, Sissoko,

Aurier, etc. ça amène du changement.Ce renouvellement est-il chiffrable ?

Aux alentours de 30%, cela paraît raisonnable. Néanmoins c'est tellement dépendant de paramètres : fins de bail, propositions que les joueurs peuvent avoir, décision du président de laisser partir ou pas.

Des profils ont-ils déjà été ciblés ?

Jusqu'à maintenant, on était totalement focus sur le maintien. Priorité des priorités. Ça n'empêche que la cellule a travaillé, qu'on supervise, qu'on échange beaucoup.


Ce qu'il dit sur les cas Gradel et Reynet

Le premier, capitaine et ailier gauche, a fait part de son intention de quitter le navire Téfécé si le président ne lui donnait pas de garanties sportives pour la prochaine saison. «Max est un des grands artisans du sauvetage l'an passé comme des résultats positifs qu'on a pu avoir cette année. Il a marqué 11 buts et délivré 5 passes. C'est un joueur qui est important pour le TFC, opine Casanova. On verra ce que, lui, souhaite faire et le président décidera.»

Le second, gardien arrivé au mois de juin en provenance de Dijon, a perdu de sa superbe au fur et à mesure de l'exercice qu'il ne peut terminer – victime d'une contusion à l'épaule droi-te. «Baptiste, après une belle entame, a rencontré des moments plus délicats. ll a vécu ce que beaucoup connaissent en changeant de club. Mais il garde toute notre entière confiance, je crois énormément en lui. Il va vite revenir à son meilleur niveau.»


Notre sélection au fil de la saison violette

On a aimé


Les promesses du début de saison.

Alain Casanova avait signé son retour sur l'île du Ramier par une promesse : celle que son équipe jouerait au football. Et il l'a tenue quelque temps. Après quatre matchs et trois victoires, son Tef était troisième, et surtout, plaisant à voir jouer, avec une animation offensive dictée par Manu Garcia et un Sangaré rayonnant. Mais la machine s'est grippée, l'Espagnol a progressivement été remisé sur le banc, l'Ivoirien s'est blessé, et rien n'est revenu à la normale. Pour autant, ce beau mois d'août aura permis de voir ce dont les Violets étaient capables.


Gen Shoji

Arrivé lors du mercato d'hiver en provenance des Kashima Antlers, l'international japonais a été la bonne surprise de la deuxième partie de saison. Son intégration rapide (jamais évidente pour les joueurs débarquant d'Asie) a permis de stabiliser la défense du TFC, et de remettre Christopher Jullien en confiance après un début de championnat délicat. Qualité de relance, d'anticipation, jeu long : Shoji a assuré haut la main ses galons de titulaire, et rassure déjà pour la saison prochaine.


Le ciseau de Gradel

Le Stadium a peu eu l'occasion de vibrer cette saison, mais son capitaine lui en a donné une belle. Un magnifique ciseau retourné pour égaliser face à Dijon le 2 décembre dernier, qui lui a valu une nomination aux trophées UNFP. Au-delà de ça, la saison de Max-Alain Gradel, souvent sauveur, mérite d'être soulignée.


Issiaga Sylla

Pas souvent le plus mis en avant, le Guinéen a sans doute réalisé l'une de ses meilleures saisons sous le maillot violet, et s'est imposé dans le couloir gauche au détriment de François Moubandjé. Guerrier, le doyen de l'effectif, au club depuis 2012, ne compte pas ses efforts. Sa bonne entente avec Gradel et son apport offensif lui ont permis de marquer deux buts.


On n'a pas aimé…


Le sentiment de déjà-vu

Malheureusement, les saisons se suivent et se ressemblent pour le TFC… Après un sauvetage in extremis en barrages la saison passée, les Violets se sont réembarqués dans une année galère, malgré un effectif taillé pour jouer bien plus que le maintien. Crise de confiance, fébrilité, manque d'ambition dans le jeu ont eu raison de ce TFC 2018-2019, qui a encore acquis son maintien dans les derniers instants…


L'affaire Todibo

Il était arrivé du Centre de formation et avait réglé tous les problèmes d'Alain Casanova, qui cherchait un successeur à Issa Diop en défense centrale. Impressionnant par ses qualités athlétiques et sa maturité, Jean Clair Todibo a, en 10 apparitions sous le maillot toulousain, mis tout le monde d'accord. Mais d'accord, il n'y en a pas eu sur la signature de son premier contrat pro avec son club formateur. Mis au placard par la direction, Todibo a fini par trouver une porte de sortie au FC Barcelone lors du mercato d'hiver. Un crève-cœur, qui pourrait être d'autant plus douloureux si le natif de Cayenne suit la trajectoire qui lui est promise les prochaines années.


L'incroyable série noire à domicile

Une victoire face à Nîmes le 25 août et puis plus rien… jusqu'à la libération 6 mois et demi plus tard devant Guingamp, le 10 mars. Entre les deux, un trou noir de 11 matchs sans victoires (7N, 4D), et un Stadium en dépression. Il aura fallu la venue de la lanterne rouge pour relancer les Violets, mais que ce fut long…


Les difficultés offensives

Heureusement que la 14e attaque de L1 (34 buts) a pu compter sur Max-Alain Gradel... Yaya Sanogo (3 buts) et Aaron Leya Iseka (4 buts) n'ont pas réussi à s'imposer, et Dossevi a trop peu pesé (4 buts, 2 passes).

Quels transferts pour le TFC ?

À une journée de la fin du championnat, les grandes manœuvres se préparent en coulisses, alors que le marché ouvrira le 11 juin. Le point sur le groupe toulousain, ligne par ligne.

- Derrière, remplacer Jullien

Issa Diop l'été dernier, maintenant au tour de Christopher Jullien ? L'avenir du défenseur central (26 ans) pourrait bien s'écrire en anglais. Déjà sur les tablettes de plusieurs écuries de Premier League lors des précédents mercatos, il devrait se voir accorder un bon de sortie. La priorité de la cellule de recrutement toulousaine serait donc de trouver son remplaçant, pour faire la paire avec Gen Shoji. Jean-Kévin Duverne (21 ans) du RC Lens, que Casanova a lancé en Ligue 2, est suivi. En fin de contrat, François Moubandjé va partir. Le TFC sera donc sur la piste d'un latéral gauche pour accompagner Issiaga Sylla. À droite, la direction a signifié à Kelvin Amian son souhait de le conserver, même si le latéral aimerait découvrir d'autres horizons.

Au poste de gardien, malgré une saison en dents de scie, Baptiste Reynet devrait rester, ainsi que Mauro Goicoechea. En revanche, Marc Vidal est en fin de contrat, et pourrait quitter le club. Le TFC devra recruter un numéro 3, ou faire monter un jeune, comme Mathis Carvalho ou Thomas Himeur.

- Dans l'entrejeu, au moins une recrue attendue

Au milieu, le départ de Yannick Cahuzac à Lens est déjà acté. Le club devra aussi gérer les cas Manu Garcia et surtout Jimmy Durmaz, qui arrivent en fin de contrat. Le Suédois s'entend bien avec Alain Casanova et sort d'une bonne saison. Alors que les joueurs prêtés Blin, Bodiger, Boisgard ne semblent pas sur la piste d'un retour, il faudra recruter un profil «créateur».

Dans l'entrejeu, Alain Casanova souhaite s'appuyer sur la paire Sidibé-Sangaré qu'il a installée cette saison. Mais les sirènes s'allument pour l'Ivoirien, et plusieurs clubs seraient prêts à racheter ses années de contrat restantes (jusqu'en 2022). En France, l'Olympique Lyonnais, qui va se séparer de Tanguy Ndombélé, est intéressé. Le TFC souhaite le conserver, mais devra résister.

- Devant, le cas Gradel

Déçu par une nouvelle saison passée à se battre pour le maintien, Max-Alain Gradel a commencé à exprimer ses envies d'ailleurs. Et le capitaine a envoyé un message à la direction du TFC : il souhaite des garanties sur les ambitions du club avant de prendre une décision sur son avenir. Sa très bonne année sur le plan statistique (11 buts, 5 passes) attire les convoitises de clubs de Ligue 1 (Saint-étienne, Rennes, Bordeaux, Nice, Reims…) ainsi que de l'étranger avec un plus fort potentiel financier (Chine, Qatar, Turquie notamment).

L'une des priorités d'Alain Casanova est de trouver un attaquant de pointe, pour étoffer un poste où ni Aaron Leya Iseka ni Yaya Sanogo ne se sont imposés cette saison. Le Belge (21 ans, lié jusqu'en 2022) représente l'avenir, et Casanova semble compter sur lui ; l'avenir de Sanogo semble plus incertain…


Le point sur les 37 contrats
Liés jusqu'en…

- 2019 : Y. Cahuzac, J. Durmaz, Manu Garcia (prêt de Manchester City/ANG), Moubandjé, M. Vidal ;

- 2020 : Al. Blin (prêté à l'Amiens SC), Bodiger (prêté à Cordoue/ D2 ESP), Boisgard (prêté à Pau/N1), M. Dossevi, El Mokeddem, Cl. Michelin (prêté à l'AC Ajaccio/L2), J. Pi (prêté à Brest/L2), Yaya Sanogo, Yago (prêté au Havre/L2) ;

- 2021 : A. Adli, Amian Adou, Bostock, B. Diakité, St. Fortes (prêté à Lens/L2), M. Goicoechea, M. Goncalves, Gradel, C. Jean, C. Jullien, K. Koné, St. Moreira, Mubele, Ngoumou, K. Sidibé, Taoui ;

- 2022 : Mous. Diarra, Leya Iseka, Reynet, Ib. Sangaré, Shoji, Zobo ;

- 2023 : Is. Sylla.


Trophées UNFP : Mbappé le meilleur, le Losc à l'honneur

L'UNFP distribuait les «oscars» de la Ligue 1 version 2018-2019, hier soir. Sans surprise, Kylian Mbappé (PSG) a été désigné par ses pairs meilleur joueur du championnat, en plus d'en être le meilleur espoir pour la troisième saison consécutive. Le Losc a été hautement distingué : Christophe Galtier meilleur entraîneur, Mike Maignan meilleur gardien, et Loïc Rémy a reçu le trophée du plus beau but (décerné par le public). Avec 35% des voix, il devance largement Max-Alain Gradel (17%, 3e). Chez les dames, Dzsenifer Marozsan (OL), qui a remporté la Ligue des champions samedi, est élue meilleure joueuse, Marie-Antoinette Katoto (PSG) est la meilleure espoir. Gaëtan Charbonnier (Brest) est élu meilleur joueur de Ligue 2, Pascal Gastien (Clermont Foot) meilleur entraîneur.

 

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES