Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Avec un but contre son camp et un penalty concédé, le Pitchoun gardera son baptême en mémoire. Mais derrière les difficultés de la première se cachent une victoire et des promesses.

Tous les footballeurs qui ont eu la chance de le vivre se rappellent leur premier match professionnel. La date, l'adversaire, les pensées qui leur traversaient l'esprit ce soir-là… Mathieu Goncalves ne fera sans doute pas exception à la règle. Pour son baptême du feu, le défenseur de 18 ans a été propulsé titulaire au Parc des Princes, pour tenir la baraque violette face au champion en titre et ses stars. Une mission presque impossible, qui s'est achevée à la 71e minute du match, quand Wesley Saïd est entré à sa place. À ce moment-là, Paris menait 2-0, et le Pitchoun avait concédé un penalty, et marqué contre son camp.


«Personne ne va te juger sur ce match»

De la prestation de Mathieu Goncalves, il restera d'abord des images. Celle de sa glissade amenant sa main, et surtout, celle le montrant cloué au poteau, la mine défaite et les yeux dans le vague, quelques secondes après avoir trompé son propre gardien. «Il m'a dit qu'à ce moment-là, il n'arrivait pas à se situer, il ne savait pas où il était sur le terrain», nous dira Baptiste Reynet après la rencontre. Un après-match dont profite aussi le portier toulousain pour désamorcer le malaise : «Il la met bien, quand même. Je lui ai dit qu'il avait marqué un joli but !» Et plus sérieusement, Reynet rappelle ensuite l'essentiel : «Je lui avais dit avant la rencontre «Mathieu, c'est ta première en Ligue 1, tu es au Parc, devant 45 000 personnes, fais-toi plaisir, personne ne va te juger sur ce match». Ce sont des erreurs qui vont le faire grandir et progresser pour la suite, parce que c'est un très bon joueur. Il faut être là pour lui.» Ce qu'ont largement fait les Toulousains, notamment Steven Moreira et Issiaga Sylla, s'empressant d'aller réconforter leur coéquipier après son but malheureux.

«Voir qu'ils m'ont soutenu pendant, et même avant le match, fait que cette première s'est finalement bien passée», raconte l'intéressé, dont il faut saluer la classe et le courage de s'être arrêté dire un mot en zone mixte, après la rencontre.


Seconde chance

Oui, il y aura aussi des bons souvenirs, parce que malgré les images qui resteront, malgré le naufrage, qui est avant tout collectif, cette première titularisation est une immense victoire pour Mathieu Goncalves, après avoir passé les deux dernières saisons à se battre contre des blessures à répétition. Souvent présenté comme l'un des plus grands talents du centre de formation ces dernières saisons, le défenseur, qui a signé son premier contrat professionnel en juin 2018, a dû attendre plus d'un an pour enfin saisir sa chance, «chez lui», à Paris où il est né, sous les yeux de toute sa famille. «Ça montre que le travail paye, c'est une belle récompense après ces deux années de galère», estime-t-il, reconnaissant aussi son match «compliqué». «J'étais dans un mauvais soir, mais cela me donne encore plus envie de revenir, de faire une meilleure prestation.»

Et pour montrer que cette soirée parisienne était une erreur de parcours, le Pitchoun pourrait bien avoir une seconde chance. À l'heure actuelle, Goncalves, qui assure être à l'aise tant en défenseur central qu'en latéral, paraît être la doublure naturelle d'Issiaga Sylla couloir gauche (en concurrence avec Moussa Diarra). De quoi gratter du temps de jeu, et terminer son apprentissage dans des eaux plus calmes.


Ce qu'en dit Casanova

Invité à s'exprimer sur le jeune défenseur qu'il a lancé dans le grand bain de la Ligue 1, Alain Casanova, l'entraîneur toulousain, estime que «c'est malheureux pour Mathieu Goncalves. Mais je ne suis pas déçu de sa prestation. Je sais que c'est un jeune joueur avec du potentiel. Il a de beaux jours devant lui. Je voulais jouer à cinq défenseurs car face à cette équipe-là, il faut être capable de très bien défendre sur la largeur et sur les centres. Si j'avais pu utiliser Nicolas Isimat-Mirin, je l'aurais utilisé mais il manque encore de rythme et doit travailler physiquement. Il ne pouvait démarrer le match aujourd'hui».

La dernière recrue du TFC (arrivé mercredi dernier) devrait en revanche être apte pour la réception d'Amiens samedi, tout comme Gen Shoji, de retour de blessure.

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES