Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère et Arthur Tirat pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

C’est la nouvelle habitude à prendre du côté du Stadium : un ennui mortel en première période, suivi d’une seconde de bien meilleure facture, où les Violets semblent prendre conscience que pour gagner un match, il faut d’abord le jouer. Hier encore, comme face à Dijon il y a deux semaines, le TFC a fait le coup de la panne de réveil. Mais encore une fois, le TFC s’est remis la tête à l’endroit, et a gagné.


Le jeu des banderoles

Pour trouver un semblant d’intérêt à la rencontre, en première période, il fallait regarder du côté des tribunes. Le Stadium n’a pas échappé à la tendance générale du week-end en Ligue 1, qui voit s’opposer ultras et instances du foot professionnel, les premiers armés de banderoles, les seconds de sanctions. Depuis l’arrêt du match Nice-Marseille mercredi pour des messages jugés à caractère homophobe dans les gradins de l’Allianz Riviera, le jeu est à celui qui trouvera la banderole la plus ingénieuse. Et les Indians n’ont pas été en reste hier soir : « Trois ans après toujours en L1, merci PD », pouvait-on lire sur le tissu dévoilé à la 25e minute. Un hommage, évidemment, à l’ex entraîneur du club, Pascal Dupraz.

Un peu plus bas sur le pré, rien à se mettre sous la dent en revanche. Face au 5-4-1 bien organisé d’Amiens, Toulouse n’y arrive pas, n’invente rien. Malgré un Quentin Boisgard volontaire (mais qui semble parfois courir à vide), les Violets sont en panne. Une seule occasion est à mettre à leur crédit, avec un contre mené par Boisgard : non attaqué, il tente sa chance à l’entrée de la surface mais rate le cadre. On joue alors le temps additionnel de la première période, qui a semblé durer une éternité. Les Violets, eux, avaient tremblé avec un poteau dès la 3e minute, consécutif à un cafouillage sur un corner amiénois. La mi-temps met fin au calvaire.


Le héros s’appelle Makengo

Et dans les vestiaires, le déclic. Pour le public, un air de déjà-vu : après la pause, le Tef revient transfiguré. Le bloc remonte d’un cran, et le 11 campe chez les Picards. La différence est faite en 5 minutes, avec une projection d’Amian, qui sert Jean-Victor Makengo. Déjà buteur face à Dijon (1-0), le Français prêté par Nice récidive d’une frappe puissante en pleine lucarne.

Suffisant pour déverrouiller la rencontre, et obliger les Amiénois à sortir de leur camp et se découvrir. Et c’est sur un contre que Toulouse vient achever son adversaire, grâce au premier but à domicile de la recrue Efthymios Koulouris, qui avait déjà planté lors de la première journée, à Brest. Il n’en fallait pas plus pour que le public entonne le chant à son nom. Le Stadium s’est trouvé une raison de sourire, et peut-être, un buteur….

Désormais, on aimerait voir à quoi cela ressemblerait en jouant un match entier.

 

Makengo le canonnier

REYNET (6/10).- Sauvé par son poteau dès l’entame du match (3), le meilleur toulousain de ce début de saison n’a pas eu grand-chose à faire par la suite. Une seule frappe cadrée de la part d’Amiens, soirée tranquille pour le portier qui a fait admirer son adresse balle au pied.

MOREIRA (5).- Vigilant à de nombreuses reprises pour couper les transmissions adverses, il n’a cependant pas assez pesé offensivement.

AMIAN (5).- Sobre et efficace, il s’est permis de sortir de sa zone pour gêner les lancements d’attaque amiénois. Il offre la dernière passe à Makengo après un beau mouvement collectif.

DIAKITE (5).- Plutôt serein hier soir face à une attaque amiénoise qui ne l’a pas vraiment mis en difficulté. Son énorme tacle glissé dans les pieds de Guirassy (58) amène le deuxième but toulousain. Attention cependant à ne pas mettre trop de temps dans sa prise de décision.

SYLLA (6).- Très intéressant sur le plan offensif, le latéral gauche a fait vibrer le Stadium à plusieurs reprises après des percées en solo (56, 75). C’est en revanche sur le plan défensif que le Guinéen doit faire des efforts, son côté gauche est trop souvent délaissé et offre des boulevards à ses adversaires.

VAINQUEUR (4).- Un peu trop serein, à la limite de la nonchalance. Il a perdu beaucoup de ballons… Il en a gratté aussi beaucoup mais tarde dans ses prises de décisions. Il a fait le lien entre la défense et l’attaque en descendant très bas mais n’a pas réussi à véritablement accélérer le jeu.

BOISGARD (5).- Il la voulait sa première titularisation mais n’a malheureusement pas réussi à se mettre en valeur. S’il a eu du mal à se situer en première période, il s’est quand même procuré l’occasion la plus dangereuse de la première mi-temps après un beau rush en solitaire (45+1). À revoir. Remplacé par Sidibé (67).

MAKENGO (7).- Deux matchs au Stadium et deux buts pour le jeune milieu de terrain. S’il a vécu une première mi-temps difficile (à l’image de l’équipe), l’ancien Niçois s’est lâché au retour des vestiaires. De nombreuses percées dans la défense amiénoise pour créer des décalages. Et que dire de son coup de canon à 30m qui finit dans la lucarne de Gurtner. Saïd a pris sa place en fin de match (78) et a fait admirer sa pointe de vitesse.

DOSSEVI (5).- Pas en réussite en première mi-temps, l’ailier droit s’est réveillé au retour des vestiaires. De nombreux débordements malheureusement sans grande réussite. Mais l’envie est là.

KOULOURIS (6).- Un but au Stadium et déjà une chanson à son nom. S’il n’a touché que 5 ballons en première période, le Grec a été beaucoup plus percutant et dangereux dans le deuxième acte. Après son but plein de finesse de l’intérieur du pied (59), « Koulou » s’est procuré deux autres occasions franches mais a manqué de spontanéité pour scorer à nouveau.

GRADEL (5).- S’il n’a toujours pas marqué cette saison, le capitaine toulousain n’a pas à rougir. C’est lui qui offre le second but à Koulouris après un grand pont dans le rond central. Il n’a cependant pas retrouvé sa capacité d’élimination qui faisait sa force l’année passée. Remplacé par Leya Iseka (86).

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES