Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Pro et dispo. L’arrière axial de l’AS Saint-étienne, 34 ans depuis un mois, apparaît à l’autre bout du téléphone comme à l’écran.

Avant-match enrichissant.

 

Loïc, avec 4 petits points au compteur le début de saison de l’ASSE n’est forcément pas conforme aux ambitions…

Après, il faut aussi voir le calendrier qu’on a eu. Trois déplacements en quatre journées dont deux derniers d’affilée qui ne sont pas faciles sur le papier. À Lille on a fait un non-match et on ne pouvait rien espérer d’autre qu’une défaite (0-3). Mais ce ne fut pas le cas à Marseille où on méritait vraiment autre chose que revenir fanny (0-1). Ce qui nous laisse entrevoir la suite avec un peu plus de confiance même si, oui vous avez raison, l’aspect comptable est insuffisant.

Comment expliquez-vous cette drôle d’entame ?

On a eu pas mal de joueurs arrivés tardivement, d’où un petit déficit au niveau physique. Heureusement qu’on sort de trêve ; on a pu pallier, je pense, ce retard à l’allumage. Puis on a eu quand même 11 nouveaux éléments dans l’effectif, pas anodin : il faut que la mayonnaise prenne.

Le groupe a de la gueule…

On a une belle équipe. C’est très fourni ; et nécessaire avec la coupe d’Europe car les rencontres sont rapprochées. Là, on attaque une série par exemple (7 matchs en 22 jours).

Le club n’a jamais eu un budget si conséquent (100M€).

Les chiffres, on leur fait toujours dire un peu ce qu’on veut… Bien que cela prouve que l’ASSE franchit des paliers, petit à petit, sans brûler les étapes. On arrive ainsi à recruter des internationaux qui sont là pour renforcer l’ossature.

Quels sont, justement, les objectifs des Verts ?

Lorsqu’on débute un exercice, le but du jeu est de faire aussi bien que l’année d’avant. Et comme on sort d’une saison assez extraordinaire… On se rend compte également que la concurrence en L1 est de plus en plus exacerbée.

La coupe d’Europe, en l’oc-currence la C3 pour Saint-étienne, arrive très vite : jeudi prochain et un premier voyage en Belgique à La Gantoise ! Un danger d’y penser dès dimanche ?

On a y regoûté il n’y a pas si longtemps que ça (2016-17). L’expérience compte. Et l’adage le rappelle : le match le plus important est toujours celui qui arrive.

Revenons à la Ligue 1 : face à Toulouse, vous avez déjà le couteau sous la gorge ?

Toutes les échéances sont importantes. Maintenant, il est vrai que celle-là a toutes les apparences du couperet. Il s’agit d’un premier tournant dans la saison, même si on ne joue pas notre vie non plus.

Que pensez-vous de ce TFC ?

Toulouse a des éléments intéressants. Dont un qu’on connaît bien : Max (Gradel). C’est un joueur déroutant, sans cesse dans la provocation ; il a beaucoup d’activité. Puis d’autres garçons ont fait un bon de début de saison : je citerai l’avant-centre grec Koulouris, une vraie découverte ; Makengo, qui a mis deux jolis buts. Voilà, c’est une formation qui renferme incontestablement de la qualité.

Vous parliez d’Efthymios Koulouris : un attaquant un peu à l’ancienne, de surface. Les costauds, ça vous gêne ?

Je vous le dirai après le match… Plus sérieusement, ça dépend de la physionomie des débats. Un buteur, parfois, il ne lui faut en effet pas beaucoup d’occasions pour marquer. D’un autre côté, il y a de plus en plus de profils qui sont très rapides ; et c’est tout autant compliqué pour un central de gérer la vitesse.

Vous avez évolué avec une défense à 3 au Vélodrome… Peu importe, j’allais dire. Une fois de plus, tout est lié à ce que vous faites du schéma. À proprement parler, il ne signifie pas grand-chose, il se transforme. Il s’agit de l’animer, surtout.

Perso, avec 4 titularisations sur 4, ça baigne pour vous !

C’est même paradoxal car je n’ai pas eu franchement de préparation. Pendant les vacances, j’ai dû subir une petite intervention au genou (droit, petit lavage articulaire). La révision des 300.000, quoi ! Pourvu que ça dure…

Il s’agit de votre 17e saison consécutive dans le Forez. Vous êtes un dinosaure.

Les mentalités ont changé. Moi, je continue à prendre du plaisir.

Un secret ?

Je ne m’imagine pas dans une autre tunique que celle verte, j’avoue. Je serai en fin de contrat au mois de juin prochain. Je ne suis pas du tout inquiet : je profite, je ferai un petit point à Noël et on avisera.

La sérénité que vous dégagez sur et en dehors du pré, c’est ce qui vous caractérise.

Dans la vie, il y a pire que jouer au foot.

Un mot sur le brassard ?

Je n’y fais même plus attention ; j’ai été capitaine à l’âge de 22 ans, en 2007.

 

Sangaré apte

En dehors des deux blessés longue durée [Jean, rupture du ligament croisé antérieur au genou droit ; Rogel, fracture de la clavicule gauche], Alain Casanova dispose à nouveau de son effectif au complet. Si la charnière Shoji - Isimat-Mirin fut alignée ensemble 87min durant contre l’Athletic Bilbao en amical (1-2) jeudi dernier, le milieu box-to-box Ibrahim Sangaré (douleur genou droit) a repris collectivement depuis mercredi. Alors que la dernière recrue, Wesley Saïd, « en cannes » hier à l’entraînement, pourrait se voir offrir une première titularisation…

 

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES