Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez et Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

«J’ai honte, on est passés pour des clowns. » Brillant sur le terrain depuis l’ouverture du bal à Brest (lire dessous), le gardien des Violets Baptiste Reynet l’est tout autant devant les micros. Avant-hier, au sortir du 1-3 reçu en pleine poire, au Stadium, face à Bordeaux, le soir de l’hommage à Brice Taton, il a dit tout haut ce que le peuple violet pensait tout bas. Ou pas, d’ailleurs, vu les « Mouillez le maillot » descendus des travées en seconde période… C’est arithmétique : avec un point par match, le TFC d’Alain Casanova accuse un rythme de relégable. N’ayons pas peur des mots. Comme Reynet. D’ailleurs, après les rencontres dominicales, il est devenu barragiste.

Radioscopie à l’heure de la coupure internationale.

Défense en chantier

Six lignes défensives différentes alignées en 9 journées disputées. Pas de stabilité égale pas de sécurité. En foot, il n’y a pas de secret ! C’est clair que n’aident pas les blessures (Shoji avant même le début des hostilités et seulement une mi-temps plus loin après sa rentrée, Rogel dès la première joute en Finistère), remise en forme (Isimat-Mirin, débarqué sur l’île du Ramier le 21 août) et suspension (Diakité) ou encore option tactique (arrière-garde à 5 au PSG). N’empêche : les Toulousains peuvent et, surtout, doivent faire plus. Mieux faire, aussi. On pense, et on le rabâchera tant que ce sera le cas, à leurs entames. « Catastrophiques » dixit Casanova samedi. On ressort le chiffre du derby : 56 secondes pour l’ouverture du score signée de Préville. Ou comment le Tef invente les matchs à handicap… Et tout le monde est concerné. Autant à Metz ce fut Sylla le fautif qui tergiverse, face aux Girondins c’est Sangaré en cause qui lâche le marquage. Les séances vidéo risquent de chauffer les semaines à venir…

Et les indisponibles longue durée (Shoji et Rogel) ne pas devoir avoir à trop patienter en salle d’attente !

Un milieu sur courant alternatif

Un trident pour mettre le grappin sur les adversaires. L’instauration d’une triplette avec l’ancien Marseillais Vainqueur en pointe basse et le toujours Niçois Makengo en relayeur gauche (Sangaré était à la CAN), fut un des motifs de satisfecit de l’intersaison et des galops de préparation. Si, trois mois après, le soufflé n’est pas forcément retombé [nonobstant le Garonico William Vainqueur monte crescendo et Jean-Victor Maken-go est deuxième buteur de l’équipe], il est aujourd’hui trop dépendant de la forme fluctuante d’un Ibrahim Sangaré qui, à notre sens, n’a pas, encore, recouvré totalement son niveau d’avant-blessure à l’automne passé. Quid des recours ? Les solutions ne sont pas légion : chez les pros « aguerris », Sidibé est toujours enquiquiné avec ses adducteurs ; tandis que dans les rangs du groupe élite Koné était couché sur la feuille samedi soir, Adli et Ngoumou sont jugés trop tendres encore. Boisgard, enfin, titulaire face à Amiens et Angers, n’a pas assez montré pour se faire une place dans le trio de l’entrejeu – le 4-4-2 n’ayant été utilisé qu’en cours de partie ou à la reprise contre les Bordelais.

En attaque, ça se cherche

C’était, au mois de juillet, le secteur le plus excitant de ce TFC 2019-2020. Gradel resté sur les bords de Garonne, et rejoint par Wesley Saïd, recrue la plus chère de l’histoire du club (8 millions d’euros), plus Efthymios Koulouris, meilleur buteur du championnat grec la saison dernière : les motifs d’espoirs existaient. Tout du moins, il est certain que l’attaque téféciste s’était renforcée en comparaison avec l’exercice précédent. Qu’en est-il après un quart de championnat ? En 9 journées, les Violets ont scoré 9 fois, se plaçant au 11e rang du classement des (meilleures) attaques françaises. Si l’attaque toulousaine est loin d’être un rouleau compresseur, elle peut compter sur la régularité de son nouvel artificier, Koulouris, buteur dès son premier match de Ligue 1 à Brest et qui a depuis porté son total à 4 réalisations. Une bonne nouvelle pour Max-Alain Gradel, délesté de la pression d’être le seul à marquer ; le capitaine n’a d’ailleurs scoré qu’une fois. Sur l’aile droite, Wesley Saïd commence peu à peu à se faire sa place. Encore un peu effacé, l’ex-Dijonnais a toutefois ouvert son compteur, et a le mérite de faire sortir Dossevi de sa zone de confort. En pointe, Leya Iseka et Sanogo récemment ont montré de belles choses, mais la hiérarchie est établie. Il faut faire beaucoup mieux, il y a de quoi.

Octobre rouge

Alain Casanova jure toujours prendre les matchs les uns après les autres. Samedi après la défaite devant Bordeaux, il a toutefois admis : « On a un calendrier délicat. » C’est peu de le dire. À la reprise, Toulouse accueillera Lille, avant de se rendre à Rennes, puis de recevoir Lyon au début du mois de novembre. Soit trois équipes européennes, qui connaissent des fortunes diverses depuis le top-départ, mais seront de gros morceaux à avaler… D’autant que la suite ne sera guère plus réjouissante, avec Montpellier, Marseille et Nantes.

Les points manqués en ce début de saison pourraient être grandement regrettés…

 

Calendrier jusqu'à Noël

  • reçoit > Lille (10eJ) :. samedi 19 octobre à 20h / beIN
  • va > à Rennes (11eJ) :. dimanche 27 octobre à 15h / beIN1
  • reçoit > Lyon (12eJ) :. samedi 2 novembre à 20h / beIN
  • va > à Montpellier (13eJ) :. samedi 9 novembre (week-end du)
  • reçoit > Marseille (14eJ) :. samedi 23 novembre (idem)
  • va > à Nantes (15eJ) :. samedi 30 novembre (idem)
  • reçoit > Monaco (16eJ) :. mercredi 4 décembre
  • va > à Strasbourg (17eJ) :. samedi 7 décembre (week-end du)
  • reçoit > Reims (18eJ) :. samedi 14 décembre (idem)
  • va > à Nice (19eJ) :. samedi 21 décembre (idem)


Les meilleurs sont…

BUTEURS :

1. KOULOURIS, 4 buts

2. Makengo, 2

3. Gradel, Leya Iseka et Saïd, 1.

PASSEURS :

1. GRADEL, 2 passes

2. Koulouris, Amian, Saïd, Sanogo et Sangaré, 1.

TEMPS de JEU :

1. SYLLA et REYNET, 810min

3. Amian, 765’

4. Gradel, 740’ ; etc.

 

Et les pires…

CARTONS : Gradel, Vainqueur et Moreira, avec 2 jaunes, sont sous la menace ; Diakité a vu rouge à Nîmes (3 ferme).

 

Baptiste Reynet, toujours numéro un

Et de deux ! Reynet règne – sans jeu de mots, avec bonnes notes. Après son été indien, l’ancien gardien du temple bourguignon vit un automne où il continue de ramasser les lauriers dans nos colonnes : 6 ; 6 ; 5 ; 5 et un 4 – seule fois où « BR » n’a pas atteint la moyenne sur notre 10 d’excellence (rappel : demi-points acceptés) – pour (mal) terminer le tronçon des 5 journées comprises entre les deux trêves de l’équipe de France. Soit de la N°5 (2-2 à Saint-étienne, 15 septembre) à la N°9 (1-3 face à Bordeaux, avant-hier est-il utile de remuer le couteau dans la plaie).


Le seul à maintenir le cap

Si la moyenne des notes du portier téféciste récoltées dans La Dépêche est moindre (5,22 sur cette période contre 6,6 précédemment au mois d’août), elle n’est due qu’à la baisse de régime significative de sa formation – passée de la 9e place au 18e rang.

Dans ce laps de temps, ce n’est pas sorcier, le Toulouse Football-Club a essuyé 3 revers cependant qu’il n’en avait encaissé qu’un unique auparavant. CQFD.

Quand l’équipe brille, les individualités ressortent. Inversement, lorsque ça ne veut pas sourire, c’est tout le monde qui grimace…

Quand bien même la responsabilité de Baptiste Reynet ne saurait être engagée sur aucun des 10 buts pris sur ladite séquence. Au vrai, on dénombre 1 péno (Niane à Metz), 1 coup franc (Alioui pour Angers), 2 frappes enroulées aux petits oignons (Hamouma à Saint-étienne et Philippoteaux à Nîmes), 1 tir venu d’ailleurs (Hwang pour les Girondins), 2 autres déviés (Diallo à Saint-Symphorien et de Préville encore samedi), 3 « abandons » par sa défense (Hamouma qui égalise, Alioui et Pablo qui breakent). En revanche, on louera une fois de plus le jeu au pied du goal, vrai libero de l’équipe, bien que l’intéressé a avoué dans notre édition d’hier son goût prononcé pour le rugby – photo à l’appui !
Gradel et Saïd pointent le bout du nez

Derrière le N°1, apparaît un duo inséparable composé de Max-Alain Gradel et Wesley Saïd (5,125). La sentinelle William Vainqueur (5,1) complétant le podium. Tout neuf puisque, pour mémoire, le mois dernier c’étaient Makengo (5,9) et Koulouris (5,4) qui trustaient les places d’honneur.

Rien de plus normal : l’ailier gauche toulousain a attendu la 5e journée et le déplacement dans le Forez pour ouvrir son compteur-buts alors que son pendant flanc droit n’a connu sa première titularisation qu’à l’occasion de ce même 5e épisode L1. Et les deux ont eu une suite réjouissante : une seconde passe « dé » à Metz pour l’Ivoirien ; un but, son premier sous ses nouvelles couleurs, pour le polyvalent de l’escouade offensive d’Alain Casanova à Metz servi par… MAG.

Prochain relevé de notes, à l’issue de l’autre derby, Montpellier-Toulouse, le 9 novembre.

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES