Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère, Hocine Zaoui pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Battu à plate couture sur le terrain lors de la dernière visite de l’Olympique de Marseille en mai dernier (2-5), Toulouse l’avait également été en tribune. Où encore une fois, le ciel et blanc olympien avait éclipsé le violet. Les supporters marseillais, pourtant, avaient été interdits de déplacement par arrêté préfectoral (dans un contexte de manifestations des gilets jaunes, et quelques jours après un match tendu entre Lyon et Marseille). Mais voilà toute l’histoire : à Toulouse les supporters marseillais ne se déplacent pas. Ils sont déjà chez eux.

La saillie de Pascal Dupraz en 2017, qui avait jugé « insupportable qu’une agglomération de plus d’un million d’habitants ne fasse pas la loi dans les tribunes », n’y avait rien changé. Mais comment expliquer ce contraste toujours aussi saisissant dans la quatrième ville de France ? « Je suis désolé, mais pour moi, Toulouse n’est pas une ville de foot, juge Paul. Il n’y a qu’à voir aux niveaux amateurs : les tribunes sont pleines au rugby, jamais au foot, même en National. Et le TFC est un club insipide. À part les anciens qui te parlent de Marcico, il n’y a rien » lâche ce Toulousain dont les murs sont décorés de maillots de l’OM encadrés. Né en 1986, il raconte sa passion pour Waddle, et comment il a attrapé le virus en 1993, quand René, 26 ans et originaire de Castres, parle lui de Vedran Runje et Daniel Van Buyten : « Quand tu commences à supporter l’OM, tu ne peux plus supporter une autre équipe, c’est impossible. Le fait que Toulouse soit ma ville actuelle n’a rien à voir avec ça », assène ce juriste désormais installé dans la Ville rose.


La chasse aux « Footix »

Le débat est vieux comme le foot mondialisé, et c’est exactement ce que les supporters toulousains reprochent aux Marseillais d’adoption. Comment peut-on pousser derrière le club d’une ville qu’on ne connaît pas ? Pour les associations de supporters toulousains, voire le TFC, qui a pu jouer sur cette corde dans sa communication, les Marseillais originaires de la région toulousaine ne sont pas de « vrais supporters. » «Je déteste que l’on parle des gens qui vont supporter l’OM au Stadium comme des ‘footix’, s’emporte Paul. Un ‘footix’, c’est soit un gars qui n’y connaît rien, soit qui change de club comme de chemise. Moi, on peut en prendre 4 au Stadium, descendre en Ligue 2, je m’en fous, je supporterai l’OM, il n’y a aucun autre club. »

Et le fait que l’OM rassemble au-delà de Marseille est même un facteur décisif. « Je suis allé voir plusieurs matchs au Vélodrome, j’ai pu me rendre compte de la ferveur dans la ville, mais c’est aussi extraordinaire de voir l’engouement des supporters du monde entier pour cette équipe » explique René.

Un club historique, qui transperce les frontières, et qui a surtout marqué une génération entière de gosses, comme le reconnaît Paul : « Évidemment, quand Marseille cartonnait au début des années 90, ça a amené des supporters. Maintenant, ça va laisser place à Paris, avec Neymar, Mbappé. Moi, je suis tombé amoureux de l’OM avec mes yeux d’enfants. »

Et dimanche, ils devraient encore être beaucoup à venir les ouvrir au Stadium.


OL - TFC le 18 décembre

Qualifiés pour les huitièmes de finale de la Coupede la Ligue après leur succès à Niort (2-1) le 30 octobre dernier, les Toulousains se déplaceront à Lyon pour tenter d’atteindre les quarts. Hier, la date de ce match a été fixée au mercredi 18 décembre prochain à 18h45 (diffusion sur Canal + Sport), une plage horaire réservée uniquement à cette rencontre. Les cinq autres affiches de la soirée (Le Mans-PSG ; Nîmes-Saint-Etienne ; Brest-Bordeaux ; Amiens-Rennes ; Nantes-Strasbourg) auront lieu en simultané à 21h05. Deux matchs (Reims-Montpellier et Monaco-Lille) sont programmés la veille.

 

Le mal d’amour des supporters toulousains

Depuis le début de la saison 2019-2020, le club de football toulousain est en bien mauvaise posture. Sur 13 matchs joués, le Toulouse Football Club a fait égalité trois fois, a perdu 7 fois et a gagné seulement trois fois. Au classement de Ligue 1, le club occupe la 19e place. Mercredi dernier, des supporters ont lancé une opération pour faire réagir le club. Le site Lesviolets.com, l’association ADIST (Association de Défense des Intérêts des Supporters Toulousains) et le web radio Feuille de Match se sont associés. Ils ont proposé aux supporters toulousains d’envoyer des lettres au club. Une lettre expliquant pourquoi ils ne venaient plus et une autre, pour demander le remboursement de l’abonnement au Stadium. Sur les réseaux sociaux, ils ont lancé le #SauvonsLeTFC : le mouvement a été suivi par plusieurs centaines de supporters.

« On a réfléchi à une action pour exprimer notre mécontentement. Les discours sur la politique sportive ne sont jamais tenus », explique Yves Dussert, président de l’ADIST. Les supporters se sentent « délaissés, pas intégrés dans les décisions du club ». L’opération a pour but de « réunir les supporters, montrer l’amour du club ». « On espère pas devenir être un top club, juste être fier du TFC. D’autant plus que les dirigeants ne nous respectent pas » confie Jean-Baptiste Jammes, créateur du site Les violets.com. Suite à l’insistance des supporters le club à donner suite à certaines demandes.


Un dialogue avec les supporters

« On m’a dit que le club a répondu à certaines lettres en essayant de comprendre les fans » raconte Jean Baptiste. Sollicité par La Dépêche, le TFC n’a pas souhaité s’exprimer. Les supporters attendent désormais « des actions et rien d’autre ».

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES