Menu

Fil de navigation

Recherche

Arthur Tirat pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Le nouvel entraîneur du TFC est méconnu du grand public. Pour remédier à cela, Pascal Dupraz, qui l’a fait venir à Toulouse en 2017, se charge des présentations.

Lorsqu’il a appris, dimanche, que Denis Zanko allait prendre la tête de l’équipe première du TFC, Pascal Dupraz n’a pas attendu pour décrocher son téléphone. "Je le connais depuis longtemps Denis, on a notamment passé le BEPF (diplôme d’entraîneur pro) ensemble", raconte l’ancien entraîneur de Toulouse.

Lundi, Olivier Sadran a confirmé que Denis Zanko (55 ans), ex-directeur technique du centre de formation du TFC allait prendre les commandes des pros jusqu’à la fin de la saison, au moins. Et si le natif de Laval porte aujourd’hui cette casquette, le coach Dupraz n’y est sans doute pas pour rien.


"J’ai dit à Sadran de se pencher sur Zanko…"

Retour à l’été 2017. Après avoir décroché un maintien inespéré à Angers (3-2), lors de la dernière journée de Ligue 1, le TFC amorce une (timide) reconstruction. A ce moment-là Fabrice Garrigues quitte ses fonctions de responsable technique au sein du centre de formation toulousain. Auréolé de son historique "remontada", Pascal Dupraz est alors questionné par Olivier Sadran et Jean-François Soucasse pour lui trouver un remplaçant. Il raconte : "On m’a demandé si j’avais des idées et si je voyais quelqu’un à ce poste-là, se rappelle le Savoyard, aujourd’hui entraîneur de Caen, en Ligue 2. J’ai donc dit à Sadran et Soucasse qu’ils se penchent sur Denis Zanko. C’est un très bon formateur, qui a de la bouteille, qui a touché à tout."

Une fois les détails réglés, Zanko débarque sur les bords de Garonne après quelques mois de chômage. L’ancien joueur de Tours, Dunkerque et Valence, notamment, avait été démis de ses fonctions d’entraîneur du Stade Lavallois en novembre 2016 après une pige de deux ans en Ligue 2.

Grâce à l’appui de Pascal Dupraz, Zanko prend alors les rênes de l’équipe réserve. L’ancien joueur de Valence ne parvient cependant pas à faire remonter les Pitchouns en National 2.

Qu’importe, c’est dans les mains de ce travailleur que Sadran a choisi de placer le destin du club. Il faut dire qu’être pompier de service, il connaît. À Valence dès novembre 1999, au Mans en décembre 2011, et donc au Stade Lavallois à partir de février 2014. Trois défis de maintien en L2 relevés haut la main.

C’est maintenant en Ligue 1 que Zanko devra faire ses preuves.


Les séances de 45 minutes, c’est terminé

"Je l’ai encouragé quand j’ai appris qu’il allait s’occuper de l’équipe première, mais je me garderais bien de lui donner des conseils car il n’en a pas besoin", détaille Dupraz. "Au moins il est au fait de ce qu’il se passe, il n’aura pas besoin de période d’adaptation."

Et sa connaissance des jeunes pousses du centre de formation en fait partie. Pourra-t-il en revanche s’appuyer dessus pour relever l’objectif maintien ? "Etre jeune ce n’est pas une qualité" balaye Pascal Dupraz. "C’est vrai qu’il les connaît, mais peut-être que finalement, les jeunes ne sont pas aussi bons qu’on ne le pense, même si je ne les connais pas personnellement." Ça reste à voir, mais il est difficilement concevable que Zanko n’accorde pas sa confiance aux Koné, Gonçalves, Adli et consorts, qui ne l’ont pas attendu pour frapper aux portes du groupe pro.

Reste que les courtes séances d’entraînement de 45 minutes, dont était coutumier Antoine Kombouaré, devraient se faire plus rares. "Zanko est passé par le foot amateur, il a touché à tout. C’est un garçon bosseur, qui a de la rigueur", prévient Dupraz. De quoi ravir les joueurs qui se plaignaient de ne pas en faire assez, pendant l’ère Kombouaré…


« Le TFC ne sera pas dernier »

Interrogé sur son sentiment quant à la potentielle relégation qui plane sur le Tef, Pascal Dupraz ne s’est pas fait prier pour partir dans une envolée dont il a le secret : « Le TFC reste toujours dans mon cœur mais comme je suis loin de tout ça je me garderais de donner des conseils. Je suis supporter du TFC à jamais, j’espère qu’il va rester en Ligue 1. Je crois que c’est toutes les forces vives du club qui doivent se rassembler et faire confiance à Denis Zanko et au président Sadran. On peut dire ce qu’on veut mais s’il n’avait pas été là, il n’y aurait pas de club, il assume tout. J’en entends beaucoup parler et donner des leçons mais ils ne sont pas à la place des gens. Dans le sport, il y a toujours un premier et un dernier. Ce qui compte c’est qu’à la fin, le TFC ne soit pas dernier et il ne finira pas dernier. Je croise les doigts et l’issue sera la bonne, foi de prédicateur. »

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES