Menu

Fil de navigation

Recherche

Arthur Tirat pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

On le connaît pour sa moustache, pour avoir été élu à deux reprises "meilleur entraîneur de Ligue 2" (avec Laval en 1996 puis Amiens en 2002) mais aussi pour avoir remporté le Brennus avec Clermont en 2017. Denis Troch, célèbre préparateur mental du monde du sport mais aussi de l’entreprise a accepté de donner son avis sur l’état mental des troupes toulousaines. Pour lui, le maintien est largement accessible pour le TFC… À condition que chacun y mette du sien.

 

En quoi consiste votre métier de préparateur mental ?

Je travaille sur l’accompagnement pour permettre à ceux qui en ont besoin, que ce soit dans le monde de l’entreprise, le sport ou la vie de tous les jours, de tirer le maximum de leur potentiel. Chasser toutes les interférences négatives ou toxiques pour qu’il n’y ait plus de regret à l’issue d’une action, d’un match, etc.

Aujourd’hui travaillez-vous avec un club en particulier ?

Je suis consultant pour des entreprises, des start-up et pour cette saison je travaille avec le RC Lens, en Ligue 2. En règle générale je travaille avec plusieurs clubs sur différents niveaux. Ça peut être au foot, mais aussi au rugby ou en cyclisme. J’ai notamment accompagné le club de Clermont l’année du titre en 2017.

En ce qui concerne le TFC, lorsque les joueurs découvrent les méthodes d’un troisième entraîneur en moins de six mois, dans quel état d’esprit se trouvent-ils ?

Il se passe beaucoup de choses dans leur tête, c’est une certitude. D’abord, on peut penser qu’il y a un mécanisme de défense qui se déclenche, qu’on soit joueur, entraîneur, dirigeant : c’est qu’on est dans le déni de penser qu’on est fautif. On n’y croit pas. Et ça peut durer 10 secondes comme ça peut durer toute une saison. Ça arrive très souvent. Mais on ne peut pas rester dans ce déni. On peut aussi tomber dans la colère. Les joueurs peuvent se dire "merde, la saison est morte", par exemple. À ce moment-là, on en veut soit aux autres, soit à soi-même ou bien encore à l’environnement. C’est un réflexe qui existe. Ils peuvent se dire, "mais merde, pourquoi je suis venu dans ce club" ou "c’est la faute de l’entraîneur, ou des joueurs, ou de la mienne". Lorsqu’il y a des changements, il y a toujours ce mécanisme qui se passe dans nos têtes mais chacun le développe différemment. Mais on essaie tous de se rassurer comme ça, car le changement fait peur.

Ce changement ne peut-il pas servir de déclic justement ?

Le côté positif c’est que tout le monde peut se remotiver : on peut plus dire que c’est la faute de l’entraîneur ou que c’est la faute du club. Les autres côtés positifs sont les nouvelles façons de travailler, les nouvelles méthodes de jeu…

Comment Denis Zanko devrait-il s’y prendre pour remobiliser ses troupes ?

Les joueurs doivent se remettre en question, ils ne peuvent pas se voiler la face. Ils doivent se rendre compte qu’ils ont une responsabilité quant à la situation actuelle du club. Pour Denis Zanko, que je connais très bien pour avoir joué avec lui au Matra Racing (en 1985, NDLR) puis l’avoir côtoyé à Laval ou dans des formations, son rôle va être d’obtenir des résultats le plus vite possible. De cette façon il créera une nouvelle dynamique, de l’ambiance, du plaisir et de l’envie. Pour motiver ses joueurs, il pourrait aussi donner de nouvelles responsabilités. Par exemple, donner des responsabilités "minimes" à chacun des joueurs, de manière à ce que chaque joueur se sente investi, même si les résultats ne sont pas bons. Ce sont des micros-leviers qui peuvent aider. Pour que le changement fonctionne en tout cas, il sera nécessaire que l’ensemble des entités changent toutes quelque chose, à leur niveau. Les joueurs, doivent faire plus d’effort, le staff doit se remettre en question, la direction aussi… Et ça fonctionne aussi pour les supporters. Attention, il ne faut pas pour autant détraquer tout le système du club, mais il faut que ça bouge. Et si tout le système bouge pour avancer dans le même sens, pour que l’équipe sans sorte, l’équipe s’en sortira. Il y a très peu de clubs qui sont dans une telle dynamique et c’est dans des moments de crise, que l’on peut retrouver cette cohésion, ce mouvement collégial qui va donner de la force au club pour avancer.

 

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES