Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Zanko ce héros ou Toulouse à nouveau zéro. La caricature est toujours osée, mais jamais très loin de la vérité. Surtout en ce qui concerne le Téfécé cuvée 2019-2020.

Lanterne rouge depuis mine de rien un mois (c’était suite au revers sans appel 1-2 chez les Canaris), les Violets volent de contreperformance en camouflet. Allez, on redresse le couvert défaites – sans jeu de mots – une ultime fois : 12 points à la trêve, total dérisoire ; avant-dernier à domicile et dernier à l’extérieur ; pire défense avec la bagatelle de 39 buts encaissés. N’en jetez plus…

Ou plutôt si, en se focalisant sur les records historiques intrinsèques au club d’Olivier Sadran : son équipe a perdu 9 matchs de suite en championnat, 10 rencontres toutes compétitions confondues (avec les deux coupes nationales) ; elle en est à son 3e entraîneur depuis l’ouverture du bal – une première là aussi à Toulouse. Un dernier chiffre, significatif du trou d’air persistant : Kombouaré sera resté en poste 84 jours seulement !

Voilà pour l’état des lieux qui n’incite évidemment pas à l’optimisme. Néanmoins, les Toulousains ont une sacrée bonne étoile qui veille sur eux : car, à l’heure où l’on se parle, ils ne sont pas largués (à 5 points de la 18e place de barragiste, premier strapontin identifié pour se sauver). ça tient du miracle et ils veulent s’y raccrocher avec leurs forces vives. Denis Zanko a ainsi remplacé le technicien kanak dimanche midi, le lendemain Président Sadran sortait du bois et prenait le taureau par les cornes : "Nous sommes déjà en L2, à nous de remonter."


"On n’est pas illuminés"

Lançant l’opération commando. "On n’est pas juste illuminés, dixit le coach fraîchement promu. J’y crois, le staff avec et les joueurs aussi. Il y a des éléments tangibles qui nous laissent penser que le maintien est possible."

La quête commence donc ce soir, sur l’île du Ramier, où cela s’était doublement mal passé lors de la dernière sortie : prestation médiocre devant Reims (0-1) et débordements dans les tribunes avec l’irruption en Présidentielle d’ultras voulant s’expliquer avec les dirigeants. "On a besoin des supporters, poursuit ’’DZ’’, ils font partie intégrante de la mission."


Football total

Le terme est lâché. Il reste 10 occasions à la troupe du Mayennais pour ressortir la tête de l’eau autant que redorer son blason. Chaque journée s’apparente à une finale. "Tout le monde a conscience de la situation, l’éluder serait cavalier."

à cheval sur la discipline de groupe, le pompier en service commandé entend bien revenir aux fondamentaux. "Du plaisir, c’est-à-dire des prises d’initiatives, d’où de la confiance." Le foot, c’est la simplicité incarnée. "On attaque à 11, on défend à 11 avance en sub-stance l’ancien milieu de terrain. Nos problèmes défensifs, on les réglera à partir de nos attaquants. Que tous les garçons soient concernés par la récupération puis l’animation."

Condition sine qua non : l’adhésion de tous – sans exception. L’union sacrée a un coût, celui du sacrifice. Mais vu comment le TFC est mal embarqué, un maintien n’aurait pas de prix.

 

Première balle de match

Dites 19. Comme le nombre de matchs à disputer. à brûle-pourpoint(s), 57 unités à glaner – 19x3pts – lorsque vous n’en avez qu’une poignée de retard dans le championnat des cancres (ou 6 exactement avec l’option sans barrages), peut paraître "large" pour reprendre l’expression de l’humoriste Florence Foresti. Maintenant, les dernières sorties violettes n’incitent pas à rire. Même pas à sourire. à moins d’aimer souffrir, forcément.

Mais avec du recul, ce qu’il faut désormais appeler mission toulousaine n’a rien d’insurmontable. à preuve : "Dieupraz" en avait bien récupéré "10" en 10 journées. Une autre époque, certes ; une tout autre mentalité également, convenons-en. Ce qui est évident, en revanche, c’est que tout autre résultat qu’un succès assombrirait clairement – n’en déplaise à l’oxymore – l’avenir des hommes de Zanko. Pour deux raisons. Primo, on l’a déjà surligné : le Stade Brestois est une équipe qui lutte pour rester en L1 ; deuxio, le calendrier du Tef ne prête franchement pas aux grandes envolées.

 

OL puis ASC au menu

Jugez par vous-même : deux déplacements d’affilée à Lyon (pas besoin de dessin) puis Amiens (autre concurrent direct). Janvier au tison, février où ? C’est bien l’interrogation du moment. Dont une bonne partie sera levée en soirée.

À vos armes, Toulousains !

 

Dall’Oglio : « Attention à l’étincelle »

Olivier, cette élimination à Lyon en quart de finale de Coupe de la Ligue mercredi (1-3) doit vous laisser amer ?

Tout à fait. On reste sur notre faim. Car on n’a pas été trop efficaces devant le but et pas non plus aidés par nos amis arbitres. On râle parce qu’on a eu un penalty contre nous, en Coupe de France ce week-end, à Lorient (1-2 ap). Alors que pour le même contact sur Perraud (de Traoré, 55e), là ce n’est pas sifflé.

Mine de rien, avec la dernière journée aller (0-3 à Montpellier), Brest enchaîne 3 revers consécutifs…

En fait, on sait qu’on vient de monter et que beaucoup de joueurs découvrent l’élite. Nous sommes préparés à vivre des moments délicats. à encaisser.

Vous regrettez le turn-over effectué dans le Rhône ?

Je l’assume. J’ai un groupe homogène et certains avaient besoin de temps de jeu. Il faut que tous mes garçons soient concernés. Au contraire, ça me servira pour la suite – notamment pour les tournants de la saison.

Samedi, on peut s’attendre au retour des « titulaires ».

Il y aura une réflexion.

Votre priorité, le maintien, est en bonne voie eu égard à votre première partie de saison, non ?

Avec 22 points, oui, ce fut positif. Surtout à la maison, moins à l’extérieur (1 seule victoire et 2 nuls en 9 rencontres).

À quelle hauteur, selon vous, la barre pour se sauver ?

Difficile à estimer. La saison passée, elle était très basse puisque Dijon, mon ancien club, a été en barrages avec 34 points. Disons que si vous atteignez le chiffre de 40, vous devriez être maintenus.

Finalement, le SB29 (15e, 22pts) est la dernière équipe au-dessus du gruppetto [le 16e, Dijon, affiche 18 unités]. Vous avez un petit matelas ?

Il y a des clubs qui ont des matchs en retard. Mais il est naturellement plus confortable d’occuper la position qui est la nôtre.

Le TFC, parlons-en : vous redoutez un choc psychologique…

Il peut se passer quelque chose. Une réaction de la part des joueurs. C’est en effet une crainte, quelque part. Parfois il suffit d’une étincelle pour redémarrer. Puis…

Oui…

Cette équipe renferme quelques éléments de valeur dont on se méfie – je citerai Dossevi, Reynet que je connais forcément très bien, Saïd mais qui est blessé, Koulouris qui est un renard des surfaces.

Un mot sur Romain Perraud, le régional de l’étape (formé à Colomiers).

Il alterne avec Ludovic Baal au poste de latéral gauche. Romain nous amène fraîcheur, vitesse, énergie ; Ludo, son vécu de la Ligue 1. Ce sont deux caractères et deux profils différents. Deux titulaires, quoi.

Qui sera aligné au Stadium ?

(sourire) L’un ou l’autre.

 

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES