Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Toujours aussi truculent, le consutant RMC (66 ans) nous livre son avis sur le nouveau projet toulousain. Et pas que.

 

 

Après Marseille et Bordeaux, voici Toulouse sur le point de passer sous pavillon américain. Est-ce une bonne chose pour le foot français ?

Premièrement, je ne suis pas devin. Deuxièmement, je ne sais pas exactement quels seront les objectifs de ce fonds d’investissement. Wait and see, attendons et voyons. Mais ne mettons pas dans le mê-me sac tous nos amis amerloques… Il y a des Américains sérieux, des Américains pas sérieux, des Américains fantasques, des Américains farfelus. Prions, pour Toulouse, qu’ils n’appartiennent pas à cette dernière catégorie ! Qu’ils soient bons en résumé. Rappelez-vous le passage de Colony Capital au Paris-SG avant les Qataris (2006-2011) : on n’avait pas sauté au plafond ! Le groupe RedBird dans la Ville rose, oui, il faut accompagner ce projet de tous nos vœux chaque jour…

Pour le TFC, quand même, cela apparaît comme une sacrée opportunité, non ?

Peut-être que oui, peut-être que non. Un garçon comme Sadran est un président sérieux, très compétent dans les affaires. D’un côté, il a dû étudier le dossier de reprise à fond ; d’un autre côté, lui-même n’a pas réussi. C’est un constat, plutôt inquiétant. Surtout…

Continuez…

Quand on voit ce qui s’est passé aux Girondins de M6 et Tavernost [racheté à l’été 2018 par le consortium étasunien General American CP – King Street puis par le second exclusivement en décembre dernier], pfff… C’est comme Margarita Louis-Dreyfus qui vend l’OM en 2016 : elle avait le choix entre deux-trois solutions, elle a essayé de faire au mieux pas seulement pour elle mais aussi pour son club. Après, comme sur le terrain, tu ne peux jamais savoir ce qui se passe avec ton remplaçant !

Quelle démarche idéale, selon vous, vont devoir emprunter les futurs

propriétaires téfécistes ?

Il s’agit d’abord de bien s’entourer. Damien Comolli, puisque c’est de lui dont on entend parler comme patron, me semble tout à fait compétent. Et, gageons-le, inspiré pour placer les personnes aux postes importants et indispensables de l’organigramme. On suivra l’histoire avec beaucoup d’attention et d’espérance pour Toulouse, quatrième ville de France, qui, j’estime, dans le pire des cas, devrait se classer 10e de L1. Un jour ou l’autre. Le plus tôt possible, quoi.

Dans leur communiqué commun, RedBird Capital Partners et Olivier Sadran (en négociations exclusives depuis jeudi), envisagent une remontée « dans les plus brefs délais ».

Bien sûr ! Il n’est pas question pour les Américains de végéter en Ligue 2. Le problème, c’est qu’en deuxième division 7 à 8 équipes ont le même objectif et, qu’à l’arrivée, plus de la moitié se tromperont.

Le groupe a son expérience dans le sport, aux USA certes, qui plaide

aussi pour lui…

Tant mieux, entendu. Or, je le répète, ce n’est jamais évident d’exceller de suite. Puis, une fois de plus, le mécanisme à l’intérieur des Girondins de Bordeaux n’invite pas à l’optimisme. À l’Olympique de Marseille, la donne est encore différente. C’est le club le plus attractif de France, le plus compliqué à gérer. Lorsque tu débarques au Vélodrome, tu dois prendre des proches expérimentés, connaissant le coin, les habitudes, le contexte… Pape Diouf réunissait toutes ces qualités, Jacques-Henri Eyraud même brillant débute si j’ose.

Le Havre, enfin, est à l’heure des States !

Oui-oui. Le doyen des clubs de l’Hexagone, avec Le Guen coach, apparaît sympa. Maintenant, je n’ai qu’une vision de l’extérieur. Je n’en sais pas plus. Ou si : c’est un rival de plus pour le Téfécé (sourire).

Revenons justement aux Violets : généralement, un changement de propriétaire s’accompagne d’une révolution de palais…

Le point chaud, forcément. Comolli devra trancher et, s’il est bon manager, laisser en place les gens qui font bien leur boulot. À l’image du mercato, il y a une différence entre recruter et renforcer. Comolli viendra, à n’en pas douter, avec ses hommes mais il doit garder des éléments. Cela me semble indispensable, ne serait-ce que pour s’acclimater au Sud-Ouest. À la ville. Le nouveau Toulouse devra attirer.

Niveau effectif, quelle règle d’or pour composer une équipe susceptible de reprendre l’ascenseur ?

Le juste équilibre, le bon mélange : des jeunes mais pas trop, du vécu en quantité là-aussi raisonnable, des revanchards, des prêtés qui veulent se montrer. Sans oublier une bonne dose de chance.

Cette descente, elle était grosse comme une maison…

Disons qu’elle se tramait depuis quatre-cinq ans. Alors, à force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.

Un mot sur le pataquès entre nos instances qui dirigent le ballon rond.

Disons que si après un vote de la LFP pour que la L2 soit à 22 – ce qui au passage répare pas toutes mais certaines injustices –, un moyen permet à la FFF d’annuler la décision, on ne frise pas le ridicule. Non : on est carrément les deux pieds dedans ! J’ai la légèreté de penser que les deux équipes reléguées en National (Le Mans et Orléans) et par cascade Le Puy et Béziers en N2 (le GFC Ajaccio et Toulon, qui sont aussi descendus, y resteront), toutes quatre repêchées mercredi dans la division supérieure, ne recevront pas un second couteau dans le dos la semaine prochaine. Ne déconnons pas, tout a une limite. Que la décision de la LFP soit maintenue.

Quid de la Ligue 1 ?

Stop. Les textes prévoient une L2 jusqu’à 22 clubs et une L1 à 20 maxi. C’est tout. Même si je suis d’accord qu’Amiens est à plaindre avec ses 4 petits points de retard sur Nîmes le 18e, non-barragiste exceptionnellement cette année. à 14 unités des Crocos, Toulouse – et vu mon attachement au club, vous savez que ça me fend le cœur de plaisanter avec – est quand même le PSG de la queue du championnat…

 

2019 / 2020

CALENDRIER

2019/2020

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2019/2020

EFFECTIF

2019/2020

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES