Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

C’est la conséquence logique de n’importe quelle mauvaise série : tout est remis en question. Alors, après le match nul à Clermont le 19 septembre (1-1), la quatrième rencontre sans victoires en autant de possibilités sur la saison, les questions avaient commencé à affleurer sur les lèvres des suiveurs du TFC. Le système choisi par Patrice Garande, à cinq défenseurs (trois centraux), était-il le bon ?

Une semaine plus tard, au sortir de la victoire face à Auxerre, le terrain a amené un élément de réponse. Avec des performances brillantes, Sam Sanna, à droite, et Deiver Machado, à gauche, ont illuminé les couloirs et largement contribué au succès des Violets.


Machado, le Colombien qui roule

Arrivé libre cet été en provenance de La Gantoise, Deiver Machado semble prendre ses marques dans le couloir gauche. Inusable, le Colombien n’a pas connu de fringale face à l’AJA, multipliant les attaques à gauche. Et le pauvre latéral droit auxerrois, Carlens Arcus, a bien souvent eu du mal à prendre sa roue. En témoigne par exemple cette action où Machado réussit un double contact sur Ngando, avant d’effacer Arcus (18). Sans une bonne intervention du gardien bourguignon devant Antiste, Machado aurait pu s’offrir une très belle passe décisive.

Une action qui illustre surtout la liberté offensive dont peuvent jouir les pistons toulousains dans ce système, quand Amian, Gabrielsen et Diakité surveillent la maison derrière.
Sanna, le couteau suisse bigourdan

Et que dire de Sam Sanna ? Son premier contrat professionnel à peine signé (c’était en juin), le Lourdais s’impose déjà comme un élément indispensable (et décisif) de la formation haut-garonnaise.

Dans son couloir droit samedi, il s’est, comme son coéquipier de l’autre côté du terrain, particulièrement distingué dans les phases offensives. Dès la 7e minute, il combine avec Antiste et tente une frappe. Moins de 10 minutes plus tard, Dupé le trouve parfaitement dans la course : Sanna accélère, avant de servir Koné en retrait, dont la frappe s’envole malheureusement bien loin au-dessus de la transversale de Léon. Il manque en revanche de clairvoyance en oubliant de servir van den Boomen en retrait (39).

Pas grave, ce n’était que partie remise. Car dans ce match, Sam Sanna s’est particulièrement illustré en seconde période, quand Patrice Garande l’a replacé au cœur du jeu. Le milieu de terrain de formation a ici pu dynamiter l’AJA, en étant notamment à l’origine du but de Steven Moreira à la 86e minute.Un Moreira entré en jeu à la place de Dejaegere, et qui avait pris la place de Sanna sur le terrain. "Tout ça était prévu, les garçons étaient prévenus", nous confie Patrice Garande. Ce coup-là, personne ne le discutera.

 

Steven Moreira, retour gagnant

Certains retours sont plus réussis que d’autres. Celui de Steven Moreira, samedi, aura été parfait. Entré sur la pelouse du Stadium à la 70e minute de jeu à la place de Brecht Dejaegere, le défenseur a guidé les siens vers la victoire, inscrivant le deuxième but toulousain à quatre minutes de la fin du temps réglementaire, et amorçant la fin d’une terrible série pour le TFC. Le club revient de loin. Moreira aussi…


"Il aime le TFC"

Avant de ferrailler face à ses adversaires de Ligue 2, l’ancien joueur du Stade Rennais se battait loin des terrains face au Covid. "Il a eu des symptômes, a été très touché sur le plan physique, nous confie Patrice Garande. Il a eu une préparation tronquée, il a donc fallu se remettre dans le coup après ça."

Mais au vrai, Steven Moreira revient d’encore plus loin. D’une saison mitigée, au cours de laquelle il n’a jamais vraiment réussi à s’imposer sous les ordres d’Alain Casanova, puis une autre, terminée par une descente. Voilà, jusqu’alors, à quoi se résumait l’expérience toulousaine du natif de Noisy-le-Grand.

Pourtant, "il aime le TFC, il va être au TFC, et il l’a montré quand il est rentré sur le terrain, avec ses potes", glisse Patrice Garande. Ses potes qui ont attendu qu’il finisse son interview d’après-match pour la télé, avant de lui réserver un accueil digne de ce nom dans le vestiaire. Parce qu’au-delà de la délivrance qu’il a apportée, ce n’est pas tous les jours qu’un défenseur marque un but ; pour lui, c’était même le premier avec le maillot violet. Celui-ci a été célébré comme s’il en valait dix.

Le TFC, depuis 332 jours, manquait cruellement de héros. Samedi, il s’en est trouvé un.

2020 / 2021

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2020/2021

EFFECTIF

2020/2021

TRANSFERTS

2020/2021

STATISTIQUES