Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez, Sacha Tisic pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Après avoir pourtant fait le break au milieu de la première mi-temps et repris l’avantage à l’heure de jeu, les Violets, en difficulté sur chaque action adverse, ont fini par mordre la poussière.

Neuf buts avec un quadruplé, un doublé, quatre coups francs gagnants dont trois indirects et deux victorieux véritables frères siamois. Le foot était tombé sur la tête, hier soir, sur l’île du Ramier. à huis-clos, donc, et c’est dommageable car, par définition, ce match dingue ne laissera certainement pas une trace aussi profonde qu’il ne l’aurait mérité. Mais peut-être que Patrice Garande préférera…

Alors que sa jeune et joyeuse troupe pouvait – en cas de succès face à une équipe qui n’avait pas encore ramené un seul point de ses quatre déplacements précédents (3D, 1N) – se hisser sur la deuxième marche du podium, elle se retrouve ce matin redégringolée à la 9e place. Déjà à 10 points du leader, le Paris FC.

Les dommages sont collatéraux et, ainsi, ne considèrent pas le seul cuisant revers enregistré avant la coupure internationale.

Les Téfécistes peuvent s’en mordre les doigts, eux qui menaient – certes contre le cours du jeu et une formation valenciennoise séduisante à souhait – 2-0 à l’entame du second quart d’heure. Las, leurs errements défensifs vont coûter cher. Et pratiquement sur toute situation. Entre marquage élastique, passivité, attentisme, fébrilité (sur chaque phase statique adverse, c’était le feu !), l’arrière-garde haut-garonnaise remplira tout le cahier des charges – sans qu’aucune case ne soit à décocher. En un match, les quatre clean-sheet obtenus à grand renfort de sueur depuis début octobre, se retrouvent effacés. D’un coup, d’un seul. Dur-dur, le métier d’entraîneur… Coach Garande avait raison de ressasser que "tout allait (trop) bien. Il faut justement redoubler de vigilance dans ces moments-là, être attentif au moindre détail. Une petite négligence peut vous faire perdre trois semaines plus tard…"

Il ne croyait pas si bien dire. La seule chose qu’il n’avait pas imaginée, comme nous tous, forcément, c’est la farandole offensive qu’ont offerte les deux clubs, à qui sera le plus joueur.

On essaye de résumer, façon évolution du score telle que nos amis rugbymen le font : 1-0, 14e ; 2-0, 23e ; 2-1, 26e ; 2-2, 33e ; 3-2, 59e ; 3-3, 63e ; 3-4, 77e ; 4-4, 84e ; 4-5, 86e. Ouf ! On remarquera que le Tef n’aura été mené qu’à deux reprises et n’aura, lui, su être devant au score que quatre petites minutes en seconde période. Peu, trop peu surtout lorsqu’on évolue chez soi.

Insuffisant. Irrationnel, irréel, surréaliste, aussi : les qualificatifs nous manquent, on l’avoue, au moment de retranscrire littéralement ce truc de ouf.

On se rappelle bien un 3-4 face à Nice au printemps 2013. Avec doublé de Ben Yedder et but-vainqueur azuréen à la 90+3… Mais hier, entendons-nous, ça a dépassé les bornes. Renvoyé dans ses 22, ce TFC-OGCN, si on poursuit dans le champ lexical de l’ovalie !

Maintenant, reste à savoir pourquoi le TFC est redevenu aussi poreux. Son système, le fameux 3-5-2, a été gêné aux entournures par celui d’Olivier Guégan : un 4-4-2 losange. C’est une certitude. Sans être l’unique cause, naturellement. Toulouse pointe le bout de son nez aux avant-postes, Toulouse devient l’é-quipe à battre, Toulouse et son jeu énergivore sont disséqués.

La trêve tombe à pic pour se remobiliser.

 

Le TFC s'incline 4-5 contre Valenciennes au terme d'un scénario rocambolesque

Le Toulouse Football Club concède sa troisième défaite de la saison ce samedi 7 novembre 4-5, après un match dingue, riche en buts et en péripéties. Les Violets reculent à la neuvième place à l'issue de cette dixième journée de Ligue 2.

Après avoir mené au score à deux reprises, le TFC s'incline 4-5 contre Valenciennes ce samedi 7 novembre au Stadium. Une rencontre haletante et pleine de rebondissement, qui a vu les Nordistes prendre l'avantage en toute fin de match, sur un triplé de Joffrey Cuffaut.

Pourtant, tout avait bien commencé pour les Violets, avec un doublé d'Amine Adli (14' et 23') en début de match. Dominateurs et plutôt offensifs, les Toulousains se sont fait surprendre à la 27e minute par Kévin Cabral, imité quelques minutes plus tard par Joffrey Cuffaut sur une frappe puissante. Le début d'un récital. Même si le Tef' reprend l'avantage au retour des vestiaires grâce à un beau coup franc de Dejaegere, il ne le reprendra plus jamais.

L'homme du match : Joffrey Cuffaut

Le latéral droit nous a gratifié d'une prestation XXL. Incroyable dans ce match, le défenseur a inscrit un quadruplé en 50 minutes, avec des frappes puissantes et limpides. Maxime Dupé, spectateur, ne peut pas grand-chose sur les buts encaissés, souvent hors de portée du portier.

Outre ses quatre buts, synonyme bien évidemment d'un match parfait, Cuffaut s'est montré disponible pour ses partenaires, souvent à l'origine des séquences collectives côté droit.

La déception : la défense toulousaine

Excellent la journée précédente contre Amiens, Anthony Rouault a cette fois-ci sombré contre Valenciennes, à l'image de l'arrière-garde du TFC. Préféré à Bafodé Diakité, Rouault, ainsi que Kelvin Amian, sont en retard sur l'ouverture du score des Nordistes.

Le premier aurait même pu concéder un penalty, peu avant la mi-temps sur une main flagrante et décollée du corps.

Il faut dire que le défenseur central n'a pas été aidé par les prestations de Ruben Gabrielsen et de Amian, le dernier à la lutte avec Cabral sur le premier but, et peut-être même buteur contre son camp.

La copie rendue par les arrières est d'autant plus frustrante que les 25 premières minutes étaient défensivement solides. À l'image de l'équipe, les joueurs ont refusé le jeu une grande partie du match, et perdent finalement logiquement cette folle rencontre.

Les satisfactions : Adli, Antiste, Dejaegere

Tout n'est pas à jeter dans la défaite toulousaine, loin de là. Amine Adli a inscrit ses premiers buts en professionnel avec un doublé. Janis Antiste porte son compteur buts à trois réalisations désormais, après une belle tête pour recoller à 4-4 sur un centre de Brecht Dejaegere.

Ce dernier donne même l'avantage au TFC sur un coup franc à la 59e minute. Ces trois joueurs ont fait leur match, et se sont montrés décisifs. Tout ce qu'on leur demande après tout.

L'insolite : la passe décisive de Maxime Dupé

Noyé sous les buts, Dupé aura au moins pu nous gratifier d'une passe décisive. Sur l'action du 2-0, le gardien relance très longuement à la main et trouve Adli à la limite du hors-jeu. Le "Pitchoun" s'offre un face-à-face ensuite avec Jérôme Prior... qu'il remporte aisément.

2020 / 2021

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2020/2021

EFFECTIF

2020/2021

TRANSFERTS

2020/2021

STATISTIQUES