Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Interview

Toujours en quête de points, le TFC se déplace demain soir à La Beaujoire sous les yeux de l'illustre international.

 

Maxime, Nantes c'est presque toute votre vie…

Naturellement, aux Canaris j'y ai quand même passé 13 années : de mes 17 à 30 ans (1973-1985), avant une parenthèse au Racing (85-89), puis une dernière saison au FCN pour dépanner (90-91). Les souvenirs débordent… Je pense de suite à la Coupe de France-79, la tout première de Nantes contre le Auxerre de Guy Roux qui validera 1 an plus tard sa montée en première division. Nous avions gagné 4-1 après prolongation (triplé de Pécoud, ndlr). Y'a pas à dire : cette compétition a quelque chose en plus ! Je me rappelle également de notre finale, perdue là, face au Paris-SG en 1983 (2-3, avec un but «brésilien» de Touré). On loupe le doublé de si peu… En cet âge d'or, on jouait les premiers rôles.

 

Avec le fameux jeu à la nantaise…

Tout à fait. Mais il ne faut plus en parler aujourd'hui ; le débat énerve les dirigeants, d'ailleurs. L'époque est révolue, c'était l'apanage des Suaudeau, Denoueix (jusqu'en 2001) et même Jean Vincent avant eux (1976-82).

 

On peut dire que le Barça pratique le même foot, non ?

Toute proportion gardée, en effet. Des enchaînements techniques, des mouvements parfaitement huilés. C'est vrai : les morphotypes aussi se ressemblent beaucoup. Chez nous, il n'y avait pas de grands gabarits.

 

Au fait, qu'avez-vous fait pendant votre semi-retraite saison 1989-1990 ?

Des matches exhibition, de charité. Très sympa. J'ai notamment eu l'occasion d'aller au Japon à l'initiative des champions du monde italiens de 1982 pour jouer contre une sélection d'Amérique du Sud où étaient alignés Zico, Socrates, Passarella, Tarantini de Toulouse, tiens. Un sacré honneur.

 

Après votre escapade «parisienne», vous rentrez donc au bercail…

Oui. Le club avait des difficultés à la fois financières et sportives. La direction n'avait pas vraiment d'autre choix que de faire confiance aux jeunes, encadrés par quelques joueurs d'expérience. J'ai ainsi vu débuter les Desailly, Karembeu, Loko, Pedros, Ouédec, N'Doram ; dans la foulée, Makelele. Une génération qui va s'avérer exceptionnelle avec, cerise sur le gâteau, le titre de 1995. Et les prémices du dernier, celui de 2001.

 

Depuis 1982, de latéral droit ou gauche vous aviez glissé libero !

Exact. Après la Coupe du monde et au moment de la retraite in-ternationale de Marius Trésor, le sélectionneur Michel Hidalgo m'avait testé en charnière lors d'un match amical au Portugal et l'essai avait été concluant (16/02/83 : succès 3-0). La même saison, en club, Henri Michel raccrochait. D'une pierre deux coups, en somme. J'ai fait le tour de la question, puisque j'ai débuté milieu offensif à La Roche-sur-Yon et été ensuite formé et joué latéral, ma position préférentielle.

 

Quel central vous plaît ?

J'aime bien la doublette parisienne Thiago Silva/David Luiz, c'est la référence. Même si le second sort de temps à autre de son rôle, pas toujours à bon escient. Sinon, notre Varane national est le prototype du défenseur moderne. Il a tout : le physique, la vitesse, l'intelligence. Raphaël est au-dessus du lot. Clairement.

 

Le FCN aujourd'hui ?

Il affiche une certaine continuité depuis 2 ans et demi maintenant. ça vaut du 8-12, 10e peut-être si ça sourit. Rongier qui est blessé pour longtemps, Léo Dubois, Djidji, Nkoudou parti à Marseille cet été : le filon de la formation redonne bien !

 

Comme au TFC.

Machach est intéressant, assurément. Le problème d'une équipe dans le dur, c'est qu'elle doit d'abord solidifier sa défense. Ce n'est pas encore le cas – du moins sur la durée ; car j'ai vu une évolution notable depuis le revers de Toulouse à Guingamp (0-2 ; 14eJ, 21/11). Vous m'auriez sondé il y a un mois, je vous aurais répondu que j'étais inquiet pour le TFC. Que je le sentais mal. C'est une question d'équilibre. Dominique Arribagé cherche la bonne formule avec dans les buts Lafont et derrière Diop, qui se posent moins de questions ; devant, Ben Yedder a de nouveau de l'influence.

 

Allez, un petit prono ?

Déjà je suis très mauvais en la matière. Ensuite, je ne serais pas objectif !

2018 / 2019

CALENDRIER

2018/2019

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2018/2019

EFFECTIF

2018/2019

TRANSFERTS

2018/2019

STATISTIQUES