Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Deuxième défaite en deux matches pour les Toulousains pour débuter cette saison en Ligue 2. Hier à Grenoble, ils ont été défaits 5-3 et pointent à la dernière place. Il y a déjà urgence.

À un but près - et ce ne sont pas les occasions qui ont manqué - on aurait déplacé notre compte-rendu dans la rubrique tennis. Jeu, set et match.

La dernière fois qu’on avait osé la comparaison, c’était à la suite d’un TFC-OM, perdu 2-5 au Stadium mais qui offrait le maintien à Toulouse en mai 2019. Tiens, c’est marrant, on parle de lutte pour sauver sa tête à l’heure où, certes sans signification car à J2, les Violets sont bon derniers… Lorsqu’on affiche des ambitions de remontée immédiate, ça la fout mal !

Nous l’avons déjà écrit la semaine dernière, mais oui les saisons ont la fâcheuse tendance à répéter leurs sales scénarios depuis un bout de temps en ce qui concerne les Garonnais. Inhibés pour l’ouverture du bal, fessés donc samedi soir sur le pré grenoblois ; on attend avec une impatience non feinte la 3e joute, post-trêve, avec la réception du FC Sochaux en décalé (lundi 14 septembre, 20h45). Car le TFC n’aura déjà plus le choix : "Il faut accélérer l’apprentissage, a lancé Patrice Garande au coup de sifflet final, le championnat ne va pas nous attendre…"


Deux corners, deux buts...

Un entraîneur téféciste qui avait décidé de changer de système, troquant le 4-1-4-1, son canevas de la prépa, en un 3-5-2, à la mode lyonnaise, dira-t-on. "On l’avait travaillé toute la semaine et les joueurs se sentaient bien. Si j’avais opté pour une défense à 3, c’est en fonction de l’effectif que j’ai sous la main." Le dispositif peut-il être une explication à la défaite ? Le Normand balaye du revers de la main : "Sur une phase arrêtée, le schéma n’a rien à voir avec le marquage. Je suis en colère parce qu’il s’agit, ici, d’une question de concentration, d’une certaine négligence alors que, croyez-le bien, on les travaille les corners défensifs ! Oui, après la déception légitime, il y a donc la colère qui me monte."

Et il y a de quoi. Jugez par vous-même : deux premiers coups de coin égalent deux buts dans la musette. "On avait identifié certaines faiblesses", concèdera sourire en coin le technicien du GF38 Philippe Hinschberger. Beau joueur tel qu’on le connaît : "Après, je dois reconnaître que leurs trois buts sont magnifiques. Sur le deuxième, l’avant-centre a une détente verticale assez extraordinaire ; quant à la reprise de volée acrobatique, elle se passe de commentaires."

Cela nous étonnerait que ça aide à faire passer la pilule à Patrice Garande. Par contre, le coach, qui nous a avoué cette semaine toujours préférer la bouteille à moitié pleine à celle à moitié vide, a terminé son analyse de ce deuxième revers en autant de rencontres par une note positive. "Mon dernier mot de la soirée, c’est espoir. J’ai vu, encore plus que samedi passé, des séquences vraiment intéressantes. Nos trois buts viennent de centres des pistons, trouvés sur la largeur. On ne l’a pas fait suffisamment, on aurait pu plusieurs autres fois trouver le chemin des filets."

Celui du succès face à Montbéliard, en tout cas, sonne comme une première nécessité.

 

Bayo le joli doublé, Antiste le bijou ciselé

Malgré la défaite, quelques satisfactions ressortent du collectif toulousain, notamment sur le front de l'attaque, et c'est déjà ça...

Dupé (3/10).- Forcément, quand on en prend cinq dans ses filets, il n’y a pas grand-chose à dire… Même si la responsabilité de l’ex-Canari n’est engagée sur aucun des buts.

Amian (4).- Certainement le défenseur le plus correct (ou le moins vilain, rayez la mention inutile), dans le naufrage collectif.

Gabrielsen (3).- L’armoire à glace se fait encore bouger (Anani, 36). Pas normal !

Diakité (3).- Copie neutre. Plus saignant après le repos.

Sanna (5).- Drôle de baptême du feu pour le Pitchoun qui disputait ses toutes premières minutes avec les pros. Il a montré sa qualité de passe (décisive sur la seconde réalisation de Bayo, 32). Moins à l’aise dans les duels (épaule de Nestor, 23).

Koné (4).- Pas de coup d’éclat de la part de la pépite violette ; en revanche, il a joué simple et ainsi fluidifié la circulation dans l’entrejeu. Remplacé par Adli, passeur décisif ; une première aussi.

Sangaré (3).- Nonchalant le week-end dernier face à Dunkerque (0-1), le grand Ibra aura été malheureux cette fois-ci : c’est lui qui contre le tir grenoblois sur le troisième but (32e) et qui ne peut sortir la dernière réalisation du GF38 (69e). Plus influent en seconde période.

Machado (3).- Du bon (devant), du moins bon (derrière). Le Colombien a été comme on nous l’annonçait : un latéral qui prend son couloir. Remplacé par Goncalves, de suite actif.

Van den boomen (5).- Ce joueur pue le foot. En témoigne son astucieuse talonnade pour mettre sur orbite Machado dans le rectangle de vérité (14). Et comme le coach avait eu la riche idée de le placer dans les meilleures conditions (en N°10), on a eu un aperçu de son talent…

Bayo (6).- Forte tête, naturellement, l’Ivoirien du Celtic. Deux coups de casque smashés, soit un doublé, pour sa Première. Que lui demander de plus ? Remplacé par Antiste, super-buteur (80e) et à l’origine du penalty sur une remise de Leya Iseka (90+5e).

Koulouris (2).- En dépit d’une tête au ras sur corner (21), on n’a rien noté… Remplacé par Leya Iseka, qui s’est démené mais n’a pas trouvé le cadre (81e et 83e) et, surtout, pas bon pour la confiance, a vu son péno sortir par le goal adverse (90+5e).

2020 / 2021

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2020/2021

EFFECTIF

2020/2021

TRANSFERTS

2019/2020

STATISTIQUES