Menu

Fil de navigation

Recherche

Théo Faugère pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Emportés par Rodez dans le derby de l’ex-région Midi-Pyrénées samedi dernier (0-1), les Toulousains sont revenus de l’Aveyron avec une légère gueule de bois. Sur le plan comptable, février aura marqué un coup d’arrêt certain, avec 4 points pris sur les 12 derniers possibles, et Clermont a profité du déplacement des Violets à Paul-Lignon pour leur souffler la deuxième place du classement. « Il n’y a pas non plus matière à s’affoler », évacue Patrice Garande, alors que 12 journées de championnat restent à disputer.


Garande a parlé aux joueurs

Néanmoins, le coach haut-garonnais a senti le besoin, au cours de la semaine écoulée, de remettre les points sur les i de son groupe, ou comme nous le disait Steven Moreira, « remettre la tête à l’endroit » à ses joueurs (voir notre édition d’hier).

« Il y avait un discours nécessaire, sur la manière dont on a perdu ce match à Rodez. Au-delà des conditions climatiques (un vent violent balayait Rodez ce soir-là NDLR), nous avions besoin d’une analyse approfondie. Un certain nombre de choses devaient être dites, et elles l’ont été. » L’entraîneur n’en révélera pas plus sur la teneur de ces discussions, mais une chose est sûre : il exige, dès aujourd’hui, une réaction. Celle-ci passera notamment par une remise à niveau des cadres de l’équipe, dont Garande attend qu’ils montrent la voie.


Les cadres attendus au tournant

« On a besoin dans ces moments-là de gens qui ont un vécu, qui sont à même de partager leur expérience. Il y a des périodes charnières dans une saison, au cours desquelles il faut prendre conscience des choses, et ensemble, trouver des solutions ; et sur le terrain, il doit y avoir des relais pour les appliquer » expose le coach. Steven Moreira, « un garçon qui a une importance capitale dans le groupe, qui est écouté, qui prend ses responsabilités » selon son entraîneur, en fait évidemment partie. Aujourd’hui, il retrouvera son couloir droit après avoir dépanné à gauche en l’absence de Deiver Machado, qui revient dans le groupe pour la réception des Picards. Autres retours importants, ceux de Stijn Spierings, Brecht Dejaegere et Rhys Healey, tous suspendus lors du déplacement en Aveyron.

En revanche, Ruben Gabrielsen, absent de l’entraînement depuis jeudi, n’est pas dans le groupe.


« Il ne faudra pas ronronner »

Toulouse devra donc faire sans son capitaine pour trouver les clés face à une solide équipe amiénoise, abonnée aux matchs fermés à double tour. Troisième meilleure défense du championnat (21 buts encaissés) mais 19e attaque (21 buts marqués), l’ASC a terminé six rencontres sur le score de 0-0, et huit sur celui de 1-0. « Il ne faudra pas ronronner, avec une alternance de jeu court, de jeu long, à droite, à gauche », prévient Patrice Garande, qui s’attend à avoir le ballon face aux Picards.

Le coach et ses hommes pourront aussi s’appuyer sur leur performance du match aller (1-0 le 2 novembre 2020), « un match référence » pour Garande : « Je n’ai pas le souvenir d’un match compliqué. On avait fait une très grosse prestation, notamment sur les 45 premières minutes. Sur le plan du jeu, ça a été un déclic important pour les joueurs, comme le match d’Auxerre l’a été sur le plan psychologique. » De déclic, il n’est plus question aujourd’hui. De rebond, beaucoup plus.


Les Picards se méfient

Il y a au moins un point sur lequel Patrice Garande et Oswald Tanchot se rejoignent. « Sur la première mi-temps du match aller, cette équipe de Toulouse avait été, je pense, notre adversaire le plus complet sur la première partie de saison » a estimé l’entraîneur d’Amiens à la veille de la manche retour. « On la sentait vraiment armée pour jouer le haut de tableau. » Impressionné par le Tef en novembre dernier, le coach picard aborde la rencontre du jour avec l’envie de « se jauger, voir si on a progressé, et savoir si on est capables de les mettre en difficulté », tout en sachant qu’après la défaite de Rodez, où il estime que « c’était délicat de jouer au football », Toulouse n’aura pas le droit de se louper.


« Dans le détail, ce n’est pas une équipe jeune »

Le coach, débarqué à la mi-octobre sur le banc suite au départ de Luka Elsner, est revenu sur les caractéristiques de l’équipe toulousaine, et a tenu à démonter ce qu’il estime être au mieux une exagération : « on dit toujours que le TFC a une équipe jeune, mais en regardant dans le détail, ce n’est pas si vrai que ça. Elle est jeune via des joueurs émergents et qui sont de très grande qualité, mais Dupé, Gabrielsen, Moreira, Amian, c’est tous plus de 100 matchs en pro. Les milieux de terrain néerlandais et belge ont aussi une grosse expérience… »

Tanchot s’est également avoué impressionné par la jeune génération toulousaine : « Dans le milieu, tout le monde les connaissait parce que c’est une génération qui a fait la finale de la Gambardella il y a deux ans. Koné, Diakité, Adli, Antiste également, ils sont promis à un très bel avenir. »


Calendrier épineux

Pour les Amiénois, ce match sera le premier d’une série épineuse, qui les verra recevoir Auxerre (5e), se déplacer à Clermont (2e) puis recevoir Troyes (1er) lors des prochaines journées, après avoir affronté Grenoble (4e), Sochaux (7e), et donc Toulouse (3e).

« Dans notre présentation aux joueurs du match de Toulouse, on joue une équipe de Ligue 1 », a-t-il résumé.


2020 / 2021

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2020/2021

EFFECTIF

2020/2021

TRANSFERTS

2020/2021

STATISTIQUES