Menu

Fil de navigation

Recherche

Patrick Desprez, Arthur Tirat pour La Dépêche du Midi

 

Ligue1

Un coup à jouer. En cas de succès dans les Côtes-d’Armor, en soirée, les Téfécistes reviendraient sur les talons du leader Troyes, mis en échec au Paris FC (1-1), et prendraient leurs distances avec Grenoble, sur le podium suite à sa victoire devant Caen (3-1), comme avec Clermont, battu à Pau (1-2).

Allez, on résume – tableau à l’appui. Si tout baigne pour la troupe de Garande, cela donnerait : 1) Estac 62pts, 2) TFC 61pts, 3) GF38 57pts, 4) CF63 56pts (avec un match en moins). Bref, le club de la Ville rose ne serait plus qu’à une unité du trône et, dans le même temps, hors d’atteinte des poursuivants isérois et auvergnats, "relégués" respectivement à 4 et 5 longueurs. Autrement formulé : les coéquipiers de Gabrielsen se gagneraient un joker. Même si ce scénario n’est que football fiction, il n’empêche qu’il doit trotter dans les têtes toulousaines.

Alors, est-ce que les pousses violettes ressentent la pression d’entrer sur le pré après tout le monde ?


La bonne pression

"Il y en a toujours au foot, répond Patrice Garande. Après, je ne veux pas que les joueurs l’aient. Ou, plus exactement, qu’ils ne prennent que la bonne. Avoir l’attitude, le comportement, les intentions : ce sont les seules responsabilités que je leur demande d’endosser ; le reste, c’est pour moi."

Pour un peu, on croirait entendre Pascal Dupraz à son arrivée en bord de Garonne, à J-10 au printemps 2016, trouvant le navire Tef é-choué sur l’île du Ramier… La comparaison s’arrête là puisque la cuvée 2020-2021 s’escrime à remonter et ne lutte pas pour ne pas descendre. L’euphorie peut être identique, mais la nuance est de taille.

"Si on prend le classement tel qu’il est et les matchs qu’il nous reste, répète à l’envi l’actuel entraîneur toulousain, je suis persuadé qu’on va y aller. à la condition, toujours pareil, de faire le job."


Esprit, es-tu là hors-Stadium ?

Et ça commence par retrouver le côté irrésistible que l’équipe affichait à l’extérieur cet hiver [invaincue hors de ses bases entre les 4e et 21e journées avec la bagatelle de 6V et 3N]. "Mettre les mêmes ingrédients qu’à domicile, dit en substance ’’PG’’. On en revient à la force collective. Je me faisais la réflexion en regardant le match de Lille à Metz vendredi soir (victoire, compliquée, 2-0 des Dogues).

Le Losc n’était pas brillant, ça arrive ; mais on sent un état d’esprit. Rien qu’à observer comment les joueurs se parlent. Ils auraient donc pu perdre or ils ont vaincu, et ce n’est pas le fruit du hasard. Aujourd’hui, nous, à notre échelle, on est dans la même situation : ce qui nous importe, c’est capitaliser, chaque point vaut de l’or. J’estime que nous avons montré assez de belles choses jusqu’ici ; on n’est plus là pour être beaux, quoi !"

De la parole aux actes, cela donne… "Ne soyons pas dans la réaction. Dès le départ, nous nous devons de jouer vers l’avant, le plus haut possible, en harcelant l’adversaire et sortant nos tripes. Dans un match, relève Garande, il est primordial de remporter le premier duel, ça signifie beaucoup. En clair, dès les 30 secondes initiales, si vous ne pouvez pas avoir la certitude de gagner 90 minutes plus tard, au moins vous envoyez un message à la formation en-face : ’’On est là, eh bien là !’’"


L’EAG a fait trembler l’Estac

Justement, le préposé du jour : sur le papier, l’EAG n’a rien d’un barragiste. "Pour ne rien vous cacher, explicite le technicien garonnais, je voyais les Bretons à la bagarre dans le Top 5. Après, quand la mayonnaise ne prend pas au début… Mais les Guingampais restent sur un contenu à l’ES Troyes qui aurait mérité plus qu’un court revers 0-1."

Sûr que ce soir le TFC signerait, des deux pieds, pour le même score en sa faveur.


Adli et Spierings ne sont pas du voyage

Alors que le club a communiqué samedi matin sur deux nouveaux cas de Covid au sein de son effectif–qui s’ajoutent à trois premiers joueurs positifs décelés lundi dernier, Amine Adli et Stijn Spierings ne figurent pas dans le groupe des « 18 » divulgués hier soir. Déjà privé de Steven Moreira, qui purgera à l’occasion le dernier de ses trois matchs de suspension, Patrice Garande doit composer avec l’absence de ces deux titulaires en puissance. Pour pallier la défection de la sentinelle néerlandaise, le tacticien dispose de sa doublure de luxe, en la personne de Manu Koné. Cependant que pour la patte gauche, les possibilités de remplacement–sous réserve de ne pas changer de schéma–sont au nombre de trois d’après les joueurs retenus : Antiste, Bayo, Ngoumou. Le dernier étant davantage un offensif de côté, ça se joue entre l’hélicoptère ivoirien et celui récemment appelé en U19 France. Eu égard à la réussite du moment (son but face à Nancy le week-end passé), on mise un billet sur le feu follet Janis.
Sinon, au rayon bonne nouvelle : Wesley Saïd (rupture ligament croisé antérieur genou droit le 4 août) va reprendre avec le groupe mardi. « On le gérera encore un petit peu mais l’idée, se réjouit Garande, est que d’ici la fin de saison il postule sur des bouts de match ou en Coupe. »

 

Wesley Saïd est de retour et si c'était l'homme de la fin de saison ?

L'attaquant du TFC, Wesley Saïd devrait réintégrer le groupe professionnel mardi 13 avril, au retour du match face à Guingamp. S'il est en forme, il pourrait influer sur la fin de saison du club toulousain.

Il a traversé la saison comme un fantôme, la faute à une grave blessure contractée l'été dernier. Une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, le 4 août dernier, a cloué au lit Wesley Saïd. L'attaquant toulousain n'ayant eu d'autre choix que de suivre la renaissance du club violet à la TV, sans vraiment prendre part à la vie du groupe.

Après une longue période de reprise, le joueur le plus cher de l'histoire du TFC (acheté 8 millions d'euros à l'été 2019), pourrait à nouveau reporter le maillot violet. "Il devrait réintégrer le groupe professionnel au retour du match de Guingamp (lundi 12 avril)", a annoncé Patrice Garande, samedi.

Une aubaine quand on connaît le calendrier chargé qui se dessine pour le club toulousain. Entre la Coupe de France (quart de finale à Rumiliy-Vallières, club de National 2) et le sprint final de Ligue 2 qui s'annonce palpitant jusqu'à la dernière journée... l'attaquant aura son mot à dire.


"Il nous sera utile"

Et l'entraîneur du TFC ne s'en est pas caché. Saïd devrait participer à l'aventure "sur des bouts de matchs ou peut-être en Coupe de France". Garande a en tout cas prévenu, comme s'il voulait préparer le joueur : "Il nous sera utile pour la fin de saison."

Dans l'esprit des supporters, Wesley Saïd reste cependant identifié à l'échec du recrutement de la saison passée, à l'origine de la saison cauchemardesque.


Tout à prouver...

Avec seulement deux buts en 23 matchs, l'ancien dijonnais a encore tout à prouver au TFC. Mais avec un Saïd en pleine forme, le club toulousain aurait un atout supplémentaire pour cette fin de saison. Notamment pour débloquer des fins de matchs face à des équipes verrouillées.

Être le facteur X des Violets avant un départ probable cet été, ce serait une belle revanche pour ce grand oublié du TFC.

 

 

 

2020 / 2021

CALENDRIER

2020/2021

CLASSEMENT

Suivez l'actualité du TFC

ACTUALITE

2020/2021

EFFECTIF

2020/2021

TRANSFERTS

2020/2021

STATISTIQUES